electrocd

Érick d’Orion

Plus que juste un peu

Sylvie Nicolas, Le Devoir, 16 octobre 2012
La chute du piano a de quoi ravir dans son assemblage ludique de sons, de présences, d’images, de voix, de texte et d’espace.

Critique

Info-Culture, 13 octobre 2012

Existentialisme ou surréalisme? Bien difficile à dire.

La pièce La chute du piano présentée à la salle Multi de la coopérative Méduse a intrigué la centaine de spectateurs samedi soir le 13 octobre.

Un heureux mélange pluridisciplinaire et multimédia d’une durée d’environ 45 minutes.

Il est très difficile d’en tirer une conclusion. Par contre nous pouvons dire que le jeu et le texte des comédiens se limitent au strict minimum. Les textes étant récités par une voix dite ‘off’. La mise en scène est astucieuse. Les projections vidéos sont surprenantes et prenantes. Les effets sonores sont adéquats. On nous a dit que «nous avions des oreilles pour voir» et que même si «une question est bonne, il ne faut pas la gâcher en lui donnant une réponse».

Chacun doit faire sa propre évaluation de ce spectacle. Ou était-ce une représentation?

Synopsis

Il est question d’un piano qui chute, d’une auteure qui chute, d’un chanteur qui se tient sur un point élevé, d’un danseur étendu par terre. Il est question d’un philosophe et d’un musicien qui discutent du projet de faire un spectacle dont le sujet (et le titre) serait la chute du piano. Ce philosophe et ce musicien, Gilles et John, sont des personnages inventant le spectacle qui est en train de se faire par des personnes réelles. C’est l’envers. L’endroit étant le plateau où les artistes se tiennent, où les images et les scènes — faites de poésie et de pixels — se font et se refont jusqu’au point d’impact, la chute du spectacle.

Éclats et Rhizome proposent un projet hybride entre poésie, danse et musique. Une collaboration franco-québécoise, une rencontre interdisciplinaire autour des figures du philosophe Gilles Deleuze et du compositeur John Cage.

La mise en scène est astucieuse. Les projections vidéos sont surprenantes et prenantes.

Festival de Victoriaville: ni croissance ni déclin

Alain Brunet, La Presse, 21 mai 2012

[…] Érick d’Orion, commissaire aux installations sonores, un concept mis de l’avant au FIMAV depuis trois ans s’est montré fier de leur impact auprès des résidants des Bois-Francs. «Nous avons observé que les gens étaient curieux de ces installations qu’ils fréquentaient par hasard au cours des années précédentes. Ils se les approprient, ce qui augure bien pour les années à venir.»

… les gens étaient curieux de ces installations…

Critique

Josianne Desloges, Le Soleil, 23 décembre 2011
L’œuvre suivante, signée Érick d’Orion, est sonore: il s’agit d’un collage d’airs de Noël connus (chantés par Fernand Gignac, Michel Louvain, Richard Verreau…) qui se déconstruit jusqu’à devenir de la musique expérimentale.