electrocd

Érick d’Orion

Folie/Culture propose un nouvel atelier: création audio

Isabelle Chabot, Québec Hebdo, 9 septembre 2011

L’organisation oeuvrant auprès des personnes ayant des problèmes de santé mentale, Folie/Culture, lance un nouvel Atelier de création en art audio. L’activité unique est gratuite et offerte à environ huit personnes.

Le projet est organisé en collaboration avec le centre Avatar et animé par Érick d’Orion. L’artiste sonore est également musicien et commissaire à l’occasion. Il proposera aux participants l’exploration et l’expérimentation sonore. «L’idée est de les amener plus loin dans un processus de création. C’est une façon de valoriser grâce à la présentation publique prévue. Ça donne une certaine importance et ça les met aussi en contact avec des artistes professionnels», explique la directrice de Folie/culture, Céline Marcotte. Cette dernière souligne que l’atelier n’est pas une forme d’art thérapie. Personne n’étudiera ou n’analysera les participants.

L’idée est de les amener plus loin dans un processus de création.

Bivouac urbain: désordre ordonné

Josianne Desloges, Le Soleil, 4 août 2011

Les artistes Martin Bureau, Erick d’Orion et Jean-François Dugas utiliseront la façade de l’église Saint-Roch comme écran pour composer en direct une projection architecturale. Le Soleil les a rencontrés dans la nuit d’hier, alors qu’ils faisaient les premiers essais au grand air. Puisque ces dernières semaines, ils peaufinaient leurs images sur une maquette de six pieds de haut dans un petit studio de montage, ils avaient bien hâte de voir le résultat.

«On a vu un peu ce qui avait été fait dans le temps des Fêtes, et on savait qu’il fallait créer des images très contrastées. Il a aussi fallu tenir compte de la surface, qui est assez ingrate», indique Jean-François Dugas, en charge du volet vidéo de La kyrielle des chiens. Une kyrielle désigne à la fois un chant liturgique et un exercice de style littéraire où chaque vers débute par la syllabe qui terminait le vers précédent (comme dans La ballade des pendus de François Villon et la comptine Trois petits chats). Quant aux chiens, Saint-Roch est leur patron.

Le thème de la catastrophe

D’une image et d’un son à l’autre, le trio arrimera trois anniversaires qui ont modifié l’architecture urbaine et l’expérience humaine. «On rappellera les 10 ans du Sommet des Amériques, de la destruction du toit du mail Saint-Roch et on évoquera les attentats du 11 septembre», souligne Erick d’Orion, qui s’occupe de la création sonore. Initiateur du projet, le peintre et dessinateur Martin Bureau s’intéresse depuis longtemps au thème de la catastrophe dans ses œuvres. «Paul Virilio n’est jamais bien loin», indique l’artiste, pour qui les écrits de ce penseur de la fin du monde sont une source d’inspiration constante. Il a utilisé pour la première fois une tablette graphique pour réaliser ses dessins, qui auront un look très «crayonné». Jean-François Dugas a puisé dans ses images d’archives (et dans celles de Patrick Boivin de Phylactère Cola, qui donnera une conférence à Méduse samedi) pour compléter le volet visuel. Avions, étoiles, satellites, chiens, explosions, caméra de surveillance, pompe à pétrole, grues et images de foule défileront sur la façade de l’église. Quelques images de jeux vidéo ont aussi été utilisées. Partant de la vision et du matériel des trois artistes, Lumenistudio, une compagnie de Québec créée par Dominique Grenier, a rendu la projection architecturale concrète. La firme a notamment travaillé sur le Moulin à images et sur la projection de Spider-Man sur l’édifice Beenox. La kyrielle des chiens permettra de dégager le thème de la compétition de ce troisième Bivouac. Pendant 48 heures, dans le campement créatif de la place de l’Université-du-Québec, les concepteurs inscrits créeront des jeux vidéo, des courts-métrages d’animation ou des peintures d’environnements numériques (concept art). Le public pourra tester les créations dimanche après-midi.

«On rappellera les 10 ans du Sommet des Amériques, de la destruction du toit du mail Saint-Roch et on évoquera les attentats du 11 septembre», souligne Erick d’Orion, qui s’occupe de la création sonore.

Nouvelles vagues: variations poétiques et sonores

Lucie Vallée, Québec Info Musique, 22 janvier 2011

Le 12 janvier 2011 au Studio P, une soirée singulière nous était proposée. Elle visait à apparier art audio et nouvelle littérature dans cet espace culturel accueillant, attenant à la librairie Pantoute. Les deux modes d’expression étaient mis à contribution dans une chaîne de création d’œuvres agissant l’une sur l’autre et se modifiant l’une l’autre pour offrir une performance «nouvelles vagues», formule proposée par les Productions Rhizome et Érick d’Orion, producteurs du projet.

Ce projet mettait donc en équipe des duos d’artistes audio et littéraires. La démarche à l’origine du projet a été initiée par la production d’une première pièce audio. S’en inspirant, un texte était proposé par la suite. La voix de l’auteur lisant ce texte a été alors enregistrée et remise à l’artiste audio. Texte et voix ont finalement été utilisés pour la création d’une seconde pièce audio. En représentation, était alors proposée une lecture du texte par son auteur, suivie de l’écoute de la pièce composée par l’artiste audio.

Les artistes pour cette soirée Nouvelles Vagues étaient pour la première partie de la soirée Matthieu Campagna (Québec) et le poète Alexis Lussier (Montréal), et dans un deuxième temps, Mériol Lehmann (Québec) et la poète Annie Lafleur (Montréal). Le premier projet présenté était inspiré par une promenade dans l’espace urbain. La facture sonore appuyait une poésie plus linéaire. Il était intéressant de noter que, malgré la disposition sérielle des deux médium, leur intégration permettait de dégager un ensemble cohérent et d’avoir une appréciation plus perceptible de l’influence de l’un sur l’autre. Dans la seconde partie, le travail d’Annie Leclerc, qui construit «des tensions entre le concret et l’abstrait, la syntaxe linéaire et le chaos», était appuyé de façon plus développée au niveau sonore par le travail de Mériol Lehmann, dans un objet ou le texte enregistré par l’auteur était utilisé et reconstruit et incorporé au projet audio.

La ville de Québec est un beau laboratoire où se transforment de nouvelles formes artistiques à travers l’exploration des nouveaux médias par des créateurs qui travaillent à renouveler l’art audio et la performance poétique.

La ville de Québec est un beau laboratoire où se transforment de nouvelles formes artistiques à travers l’exploration des nouveaux médias par des créateurs qui travaillent à renouveler l’art audio et la performance poétique.

Review

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 1 juin 2010
I liked that they went from soft feedback to more explosive electronics with layers of static, a table-top guitar, small cymbals with pick-ups, brushes and bird-samples.

Critique

Danny Trobu, Chez Danny Trobu, 28 mai 2010

Cette année, le FIMAV n’était pas fait seulement de spectacles en salle. Au Théâtre Parminou il y avait cette curieuse installation faite de 6 pianos qui ont connus de meilleurs jours et de hauts-parleur qui jouaient des solos de piano.

Il faut dire que l’entrée en matière était assez particulière: J’arrive au Parminou et il y a une petite dame à l’entrée. «Venez-vous voir les pianos?» me demande-t-elle d’un air comme si j’étais le premier à me présenter. Elle me fait signe que c’est au bout du couloir à gauche. «Attendez, je vais vous ouvrir la porte» fait-elle comme si la porte était barrée pour garder les pianos à l’intérieur.

J’entre dans cette pièce aux murs noirs où seulement 6 spots éclairent les 6 pianos et il y a un piano qui gronde. La porte se referme derrière moi dans CLANG sonore. Ça y est, je suis pris au piège et les pianos vont avoir ma peau.

Après quelques secondes, je confirme que les pianos ne bougent pas. C’est déjà ça, mais maintenant 3 pianos grondent furieusement. Tout d’un coup, il se taisent. Le piano recommence doucement dans les hauts-parleurs et un piano enchaine en grondant légèrement. Plus le solo de piano s’emballe, plus les pianos entrent dans la mélodie et grondent en chœur.

Les pianos ont vraiment connus de meilleurs jours. Ils sont carrément hors d’état de jouer. Du coup, je voyais une maison de retraite pour vieux pianos séniles. Il y a un délai entre la musique et les réactions des pianos, comme des vieux gâteux qui passent leur temps à dire «Heille! C’est moi qui jouait ça!».

Les pianos grondent car d’Orion a placé un moteur électrique désaxé dans chacun d’eux. Après avoir discuté avec d’Orion entre deux show du FIMAV, j’ai appris que c’est un ordinateur qui contrôle les moteurs en les activant selon les fréquences présentes dans la trame de piano; un piano gronde sur les graves, un autre sur les moyennes-graves, un autre sur les hautes et ainsi de suite. Le délai entre la réaction du moteur par rapport à la musique est dû au temps que prends le moteur avant de démarrer, soit environ un quart de seconde.

J’ai dû passer 15 minutes planté là, seul, au milieu de 6 pianos qui grondent à étudier leurs réactions.

Mon avis: Fascinant!

Fascinant!

Le FIMAV persiste et signe malgré une baisse d’affluence

Alain Brunet, La Presse, 25 mai 2010

Après avoir fait la pause en 2009, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville a conclu dimanche sa 26e présentation par une chute substantielle de son affluence en salle: 3500 places payantes, comparativement à 6000 en 2008, et un déficit d’environ 25 000$ sur un budget qui frôle les 650 000$. En revanche, on affirme que près de 10 000 personnes ont assisté aux installations et événements gratuits présentés à Victoriaville par le festival.

«Il y a une baisse, ça c’est sûr. On s’attendait à ce qu’il y ait moins de public, mais nous aurions cru à une plus grande affluence vendredi», admet Michel Levasseur, directeur artistique et fondateur du FIMAV, avant de justifier cette décroissance. Dans ses meilleures années, faut-il le rappeler, le FIMAV avait franchi le cap des 7000 places.

«En diminuant le nombre de jours à quatre au lieu de cinq, nous espérons désormais atteindre le cap des 5000 entrées payantes. À tout le moins, 4500 entrées pour l’an prochain. Pour ce qui est de cette année, je crois qu’il est trop tôt pour évaluer l’opération dans son ensemble», croit-il, ajoutant d’un ton affirmatif que le FIMAV vit un nouveau départ et que les objectifs de la transition vers une formule renouvelée ont été atteints… sauf le nombre de places payantes, il va sans dire.

Des changements

Rappelons que l’équipe du festival a entrepris des changements structurels qui, selon Levasseur, ont été bien accueillis par la clientèle.

«Nous avons amorcé un volet cinéma (encore embryonnaire) avec quelques présentations — dont Mamori de Karl Lemieux, cinéaste originaire de Victoriaville dont le film a été créé en collaboration avec l’ONF. Nous avons aussi dynamisé l’événement avec les installations sonores gratuites qui, selon nos estimations, ont été vues par environ 10 000 personnes. De plus, la création d’une deuxième salle au Colisée des Bois-Francs a été très bien accueillie.»

En fait, la baisse de l’achalandage en salle ne semble pas décevoir Michel Levasseur. Il soutient ne rien regretter de ses choix de programmation, triés à partir de plus de 700 propositions artistiques. De surcroît, il dit assumer totalement la présence accrue de productions québécoises, à hauteur de plus ou moins 50% de la programmation en salle de son festival aux prétentions internationales. «Quand on pense que le concert de René Lussier était l’un des plus attendus de toute la programmation, je dis mission accomplie», tranche-t-il.

Beaux moments, belles rencontres

Parmi les grands moments passés au 26e FIMAV, le directeur artistique n’hésite pas à souligner le succès des soirées de samedi et dimanche au Colisée de Bois-Francs, notamment le concert du jazzman octogénaire Bill Dixon, Tapestries for Small Orchestra. «J’ai été ébloui par cet homme qui, à la fin de sa vie, est venu avec une telle force nous présenter de la musique entièrement inédite.»

Enfin, le directeur artistique du FIMAV se réjouit des rencontres entre artistes locaux et étrangers: «L’Américain Charlemagne Palestine, fait-il observer, a été emballé par l’installation du Québécois Éric d’Orion (Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste) présentée au Théâtre Parminou.»

Peu probable, donc, que la manière Levasseur ne connaisse des modifications importantes pour la 27e présentation du petit festival des Bois-Francs.

«Nous seront en mesure de peaufiner les changements structurels réalisés cette année. C’est un grand pas en avant, je crois», martèle-t-il.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le FIMAV persiste, signe… et assume sa signature.

Le directeur artistique du FIMAV se réjouit des rencontres entre artistes locaux et étrangers: «L’Américain Charlemagne Palestine, fait-il observer, a été emballé par l’installation du Québécois Érick d’Orion (Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste) présentée au Théâtre Parminou».