Érick d’Orion Aussi dans la presse

La presse en parle

Critique

Corinne Guimont, Les chroniques de Corinne, 11 février 2010

Vous avez jusqu’au 28 février 2010 pour contempler l’exposition étonnante d’Érick d’Orion: Solo de musique concrète pour six pianos sans pianiste. Une fascinante exposition vous attend. Vous entrerez dans un univers décharné où six pianos gisent dans la salle. Un concert qui allie sons et ambiance à partir des pianos en tant que caisse de résonance: étonnant… Essayer de deviner les pièces qui seront jouer dans l’enregistrement qui passe en boucle. Je vous conseille également le petit vidéo (sur place) qui explique bien la démarche de l’artiste. Très intéressant!!!

Une fascinante exposition vous attend.

Critique

Le Courrier, 15 janvier 2010

Érick d’Orion, artiste de l’installation, compositeur et musicien autodidacte, réunit de vieux pianos pour l’exposition Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste. Grâce aux nouvelles technologies, cette installation, à la fois visuelle et sonore, crée un environnement musical. Chacun des pianos résonne aux rythmes des impulsions des moteurs désaxés disposés dans leur ventre. Érick d’Orion cherche à comprendre le rapport harmonieux entre l’imaginaire du spectateur devant des objets familiers et l’espace acoustique. L’exposition, parfois dérangeante, invite à une exploration de la musique concrète, du «noize», du free jazz et de l’électroacoustique. L’œuvre d’Érick d’Orion est originale, percutante et d’une grande sensibilité.

L’œuvre d’Érick d’Orion est originale, percutante et d’une grande sensibilité.

Influences sonores

Christine Rousseau, Impact Campus, 24 novembre 2009

Lui-même artiste du milieu de la performance sonore, Érick d’Orion est l’un des trois commissaires invités cette année par Avatar, un centre d’artistes spécialisé dans les arts audio et électronique. Si sa propre pratique s’oriente souvent autour de l’idée de relecture et de réappropriation de courants de l’histoire de l’art, avec Influences, c’est le concept d’old school qu’il a demandé aux performeurs de revisiter. «La création, c’est toujours ça. L’artiste se positionne face à ce qui s’est fait dans le passé. L’idée du old school, c’était de partir de quelque chose de passé pour aller plus loin», explique-t-il.

Le commissaire a sélectionné différents mouvements artistiques du XXe siècle, parmi lesquels l’automatisme, le death métal, le cinéma direct et le free jazz, pour ne nommer que ceux-là. «Le choix des performeurs s’est fait en lien avec les courants d’art retenus. Pour le gangsta rap, par exemple, c’était sûr pour moi que [le performeur] allait être eRikm. Je savais qu’il serait capable de défoncer le cadre. […] Ce sont tous des artistes que je connais et dont je respecte le travail. Je voulais les sortir de leur zone de confort et ils ont tous travaillé vraiment fort», indique Érick d’Orion.

Un travail réussi. Deux soirées de performances intenses et bien accueillies par le public. «Québec, c’est une bonne place pour organiser des trucs comme Influences. Avatar, c’est un des seuls centres au Canada qui s’intéressent à la problématique de l’art audio», commente Érick d’Orion, très content du succès de l’événement.

Un travail réussi. Deux soirées de performances intenses et bien accueillies par le public.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.