electrocd

Érick d’Orion

Bold

François Couture, Monsieur Délire, 22 mai 2010

Érick d’Orion, Nicolas Bernier et Alexis Bellavance ont donné une prestation saisissante de bruits crus mais bien pensés — beau jeu d’ensemble, cabotinage agréable, démarche solide. Un bon coup de poing pour commencer la journée.

Un bon coup de poing pour commencer la journée.

FIMAV 2010, Jour 2

François Couture, Monsieur Délire, 22 mai 2010

Avant le premier concert, nous sommes retournés voir l’installation sonore d’Érick d’Orion. D’abord, elle est plastiquement superbe: six pianos en ruine de formes et d’époques variées. Très classe. La bande-son des solos de piano est présente mais discrète, enterrée par les vibrations provoquées par les moteurs qu’elle entraîne (jeu d’assignation numérique des fréquences de la bande). Du beau boulot.

Très classe. Du beau boulot.

Le FIMAV pour tout le monde

Manon Toupin, La Nouvelle Union, 21 mai 2010

Pour ceux qui n’ont pas nécessairement l’audace d’acheter des billets pour assister à un concert du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), une belle alternative leur est offerte cette année avec la mise en place d’installations sonores dans l’espace public.

Ainsi, trois lieux différents, accessibles gratuitement, ont été aménagés afin d’y offrir une expérience sonore inhabituelle.

Une première installation est accessible à l’intérieur du théâtre Parminou. À cet endroit, Érick d’Orion a installé ses six pianos qui vibrent grâce à l’ajout d’un mécanisme. Ainsi, au lieu d’entendre les notes résonner dans l’espace, c’est le bois des pianos qui vibrent sous la baguette d’un programme informatique.

Intitulée Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste, l’installation propose six pianos laissés à l’abandon. En musique de fond, pour accompagner la vibration, un montage sonore d’échantillons de solos de pianos.

Érick d’Orion, qui est électronicien, artiste sonore bruitiste et maximaliste, est très heureux de pouvoir présenter ce travail dans le cadre du FIMAV, qu’il fréquente depuis plusieurs années.

Les deux autres installations sont situées dans le parc Sainte-Victoire. Au kiosque à musique, ce sont les Empreintes d’Yves Daoust que les passants peuvent apprécier. En effet, il a installé des carillons faits de différents matériaux (cuillères, bouts de bois, etc.) qui émettent leur son lorsqu’ils sont agités. S’ajoute à cela une musique électroacoustique déversée par 8 haut-parleurs fixés au plafond du kiosque. Les visiteurs sont donc invités à se laisser envahir par les sons.

Finalement, directement sur la piste cyclable, près de la vélogare, La vie mode d’emploi d’André Pappathomas lance ses voix avec une orchestration multipiste des voix de choristes de la région qu’il a enregistrées il y a quelques mois.

Chaque haut-parleur, fixé à un arbre, diffuse sa propre partition ce qui fait qu’en avançant sur la piste, différents voix, sons et mélodies parviennent aux oreilles. Une expérience enveloppante où les gens pourront s’amuser à reconnaître des voix de parents, d’amis ou de connaissances

Ainsi, au lieu d’entendre les notes résonner dans l’espace, c’est le bois des pianos qui vibrent sous la baguette d’un programme informatique.

Le 26e FIMAV se lance sur six pianos

Yanick Poisson, La Tribune, 21 mai 2010

Le directeur artistique du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), Michel Levasseur, a donné le coup d’envoi à la 26e reprise de son événement, jeudi soir, avec un an de retard. Selon lui, le stress relié à l’obsession de bien faire après cette année sabbatique s’est transformé en une adrénaline qui donnera son énergie à une étape cruciale dans l’histoire de l’événement.

«Nous avons retranché une journée au Festival cette année. En revanche, nous nous sommes imposé le stress d’ajouter une journée pour les installations sonores et la présentation du spectacle de Nabaz’mob aux écoliers, des choses que nous n’avions pas faites depuis un bout de temps. Maintenant que ces étapes sont franchies, le stress s’est transformé en adrénaline», a indiqué M Levasseur.

Sans en dévoiler le nombre, le fondateur du FIMAV a d’entrée de jeu admis que le 26e événement ne sera pas aussi prisé que son précédent, qui a eu lieu en 2008. Il faut dire que le 25e avait été une édition festive et que l’année de relâche a certainement eu un impact sur la pré-vente de billets. Peu importe l’achalandage du week-end, Michel Levasseur n’espère qu’une chose, c’est que le Festival retrouve sa vivacité d’antan.

Afin d’ouvrir de belle façon le 26e FIMAV, Michel Levasseur a fait appel à Éric d’Orion et à son installation Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste. Cette œuvre consiste, comme son nom l’indique, en six pianos munis de moteurs qui entonnent autant de partitions différentes sans l’aide de pianistes. La particularité avec ces pianos est le fait qu’ils ont tous des imperfections et qu’ils n’ont donc pas le même son qu’un piano en bon état.

«Dans cette installation, j’ai recherché un moyen de donner une vie à des objets qui ne sont plus utilisés. J’ai appelé chez un restaurateur de pianos qui a été très heureux de me vendre six pianos défectueux pour 1000$. Il est même venu me les livrer», a-t-il expliqué.

L’artiste a ensuite choisi une série de pièces allant du jazz de Duke Ellington au «gros rap sale» et a attitré, par ordinateur, des trames à chacun des pianos. Le résultat est impressionnant.

Éric d’Orion en est à sa deuxième participation au FIMAV. De son propre aveu, sa première visite à Victoriaville, il y a de cela sept ans, lui a permis de faire son chemin sur la scène internationale. «Que tu sois n’importe où, le FIMAV est un joueur majeur dans le milieu et c’est sûr que d’intégrer ça dans ton CV ouvre plusieurs portes», a-t-il conclu.

Le résultat est impressionnant.