Artistes Georges Forget

Georges Forget a commencé sa formation en 1998 auprès de Christian Éloy au Conservatoire de Bordeaux (France), dont il est sorti avec un premier prix à l’unanimité en composition électroacoustique. Arrivé au Québec en 2001, il a ensuite obtenu une maîtrise avec Robert Normandeau à l’Université de Montréal (Québec) pour terminer son cursus universitaire en 2010 avec un doctorat en composition sous la direction d’Isabelle Panneton et de Jean Piché.

Ses œuvres ont été présentées dans de nombreux événements nationaux et internationaux. Il est lauréat, finaliste ou a reçu des mentions de plusieurs concours de compositions dont le 1er prix ex æquo au 25e Concorso internazionale di musica elettroacustica e rumore Luigi Russolo-Rossana Maggia (Annecy, France, 2011).

Compositeur principalement électroacoustique, il travaille également pour les instruments et l’image. À côté de son activité de compositeur, Georges Forget enseigne à la Faculté de musique de l’Université de Montréal; il y donne des cours de composition électroacoustique, de techniques de studio et de prise de son créative (adaptation originale des théories schaeffériennes à la conception sonore).

Il est boursier du Conseil des arts de Montréal (CAM), du Conseil des arts du Canada (CAC), du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC).

[i-15]

Georges Forget

Niort (Deux-Sèvres, France), 1978

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

Sur le web

Georges Forget [Montréal (Québec), 20 février 2015]
Georges Forget [Montréal (Québec), 20 février 2015]
  • Georges Forget [Montréal (Québec), 20 février 2015]
  • Georges Forget, Studio Hydro-Québec — Monument-National [Photo: Luc Beauchemin, Montréal (Québec), 11 décembre 2008]
  • Georges Forget [Montréal (Québec), 2001]

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 15133, IMED 15133_NUM / 2015

Apparitions

Artistes divers
CEC-PeP / PEP 012 / 2009

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Monochrome Vision / MV EW / 2011
  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue

Folio

empreintes DIGITALes / IMED 15133, IMED 15133_NUM / 2015

La presse en parle

Akousma: Quinzième sommet de l’exploration électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 15 octobre 2018

Présenté dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales, le festival Akousma XV démarre aujourd’hui et se conclut samedi: six programmes des plus nourrissants pour les amateurs les plus pointus des approches électroniques et électroacoustiques.

Francis Dhomont

Ce soir, 20h, Au Gesù

Cet incontournable de l’électroacroustique cultive encore aujourd’hui un intérêt fervent pour une écriture dite «morphologique» et aussi pour ses observations créatrices des «ambiguïtés» entre le son et l’image. Entre le Québec et la France, Francis Dhomont a cumulé les honneurs sa vie durant: Grand Prix Mega-Hertz 2013-Allemagne; docteur honoris causa de l’Université de Montréal; prix SACEM 2007 de la meilleure création contemporaine électroacoustique; prix Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada; 1er prix (1981) et prix «Magisterium» (1988) au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France); prix Ars Electronica 1992 (Autriche). De 1978 a 2004, il a partagé ses activités entre la France et le Québec, où il a enseigné à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le nonagénaire vit aujourd’hui à Avignon, compose toujours et étoffe sa réflexion théorique. En feriez-vous autant à 92 ans? Au programme de demain, plusieurs œuvres en création nord-américaine.

La lucarne des rêves

Demain, 20h, Au Conservatoire de musique de Montréal

Voilà un film immersif conçu par la Française Cendrine Robelin, avec [la participation] de Martin Gracineau (son) et de Claude Mercier (montage). Voilà une œuvre cinématographique autour de la musique concrète, au sein de laquelle l’approche des compositeurs Bernard Parmegiani et Lionel Marchetti est respectueusement évoquée. «Je rêve d’un film avec le pouvoir de transformer notre perception des bruits du monde et de nous inviter à en faire de la musique. Ces bruits du monde nous entourent et nous façonnent sans que l’on y prête attention. C’est la rumeur de la ville, l’éveil des oiseaux, un moteur en action, des voix, des bruits de machines, des instruments», indique Cendrine Robelin, question de piquer notre curiosité et de nous convier à cette soirée où elle présente également Bain de gong, d’une durée de sept minutes.

Dôme + Sinus + Fiction

Mercredi, 20h, À la Satosphère de la SAT

Dans le contexte d’Akousma, la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) accueille mercredi trois œuvres immersives sous la bannière Dome + Sinus + Fiction. Un «ensemble d’oscillateurs» réunit d’abord un florilège d’électroacousticiens québécois, suivi de Out of Joint, «essai d’hybridation sonore autour du Macbeth de Shakespeare», imaginé par la compositrice québécoise Monique Jean. Le programme se conclut par le travail du compositeur français Franck Vigroux, intégration singulière de musique contemporaine et de bruitisme, mais aussi de théâtre, de danse et de vidéo. Alternativement guitariste, platiniste, électroacousticien, producteur électro, improvisateur, compositeur, il a travaillé notamment avec des musiciens iconoclastes de réputation internationale tels Mika Vainio (Pan Sonic), Reinhold Friedl, Elliott Sharp, Joey Baron, Zeena Parkins, Ars Nova ensemble instrumental.

Complexe + Nature

Jeudi, 20h, À l’Usine C

Andrea Gozzi et Francesco Casciaro présentent Dot Plot, dialogue improvisé via le PrintStrument, sorte de synthétiseur polyphonique électromécanique conçu à partir d’une imprimante matricielle. De la compositrice d’origine mexicaine Nashim Gargari, on aura droit à Ensifera Ventum et Glaciar and Blue Whale, quête d’unité avec la science, les arts visuels et l’environnement. La compositrice canadienne Rose Bolton présentera ensuite The Blinding, évocation sonore du fonctionnement de la mémoire. S’ensuit Live Somewhere du Québécois Philippe Vandal, qui travaille ici sur nos problèmes de perception induits par la saturation d’informations. Le numéro suivant s’intitule Spiel; la performeuse Nien Tzu Weng exploitera le concept «pour bouche préparée» de Michael Montanaro et de Tatev Yesayan. Après quoi le compositeur québécois Georges Forget offrira Eurosignal, inspiré d’un ancien système de radiomessagerie (téléavertisseur, pager). La soirée se conclut par Les Hexacordes bien synthétisés, micro-pièces explorant les 35 hexacordes de la «pitch class set theory» d’Allen Forte.

Chaos + Émergent

Vendredi, 20h, À l’Usine C

La soirée Chaos + Émergent réunira d’abord les Italiens Francesco Canavese et Francesco Giomi, qui exécuteront The SDENG Project, exploration des relations entre le live electronic et l’improvisation. La pièce Thunderdrone, des Espagnols Diego de León et Manu Retamero, témoignera de leur expertise en conception de synthétiseurs et de l’influence qu’ils exercent sur le genre glitch-ambient ou même la techno. Par la suite, la Québécoise Myriam Bleau nous offrira un de ses systèmes audiovisuels dont elle a le secret… quelque part entre l’installation et la performance musicale intégrant l’électroacoustique, la techno, la pop ou le hip-hop. Myriam Bleau sera suivie de l’Allemand Markus Mehr, dont l’œuvre Liquid Empires résulte de subtils traitements d’enregistrements sous-marins… glou glou! Ce programme sera coiffé de Giant Claw, œuvre singulière de l’artiste audiovisuel américain Keith Rankin.

Viva l’Italia!

Samedi, 20h, À l’Usine C

À l’évidence, la présence italienne domine le 15e festival Akousma, le programme de clôture en fera l’éloquente démonstration. D’abord au menu sera diffusée la pièce Valence du Montréalais Ilyaa Ghafouri, un diplômé du Conservatoire de musique de Montréal, sous la tutelle de Louis Dufort, en l’occurrence le directeur artistique d’Akousma. Ensuite, les compositeurs italiens uniront leurs forces: Francesco Casciaro, Francesco Canavese, Francesco Giomi et Andrea Gozzi diffuseront un florilège d’œuvres les ayant marqués; o Down de Gabriele Marangoni pour quatre performeurs; Chants parallèles du brillantissime Luciano Berio; Microclima II de Marco Dibeltulu, imprégnée de musiques traditionnelles de Sardaigne; Scabro de Francesco Giomi, de facture «rugueuse, rustre, rude et impolie»; Otkaz [de] Simonluca Laitempergher, fondée sur le principe d’oktaz, point précis où un mouvement s’arrête et un autre s’amorce.

… dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales…

Porte d’entrée sur la musique actuelle

Jérôme Delgado, Le Devoir, 15 mai 2015

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, et ses sons non formatés, prend son envol.

Il pleuvait à boire debout, ce lundi matin. Mais place Sainte-Victoire, espace de verdure au cœur de Victoriaville, rien ne semblait arrêter la musique. Si l’auditoire se faisait rare, les interprètes, eux, ou plutôt elles, ne cessaient de jouer. Elles? Des installations sonores, ou des machines de toutes sortes, si vous préférez, fabriquées avec des objets aussi dissonants que des portes de «chars», des piscines gonflables ou des… arbres.

Il pleuvait et pleuvait lors de ce premier jour du volet arts visuels — n’ayons pas peur des paradoxes — du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV). Volet distinct du reste de la programmation: le FIMAV ne débutait officiellement que trois jours plus tard.

Les «installations sonores dans l’espace public» sont ici une chose bien à part. Pas besoin de billet d’entrée, ni d’horaire fixe, elles se découvrent presque au hasard d’une promenade. Ou d’une randonnée cycliste puisque, sur cette place Sainte-Victoire, dominent la «vélogare» et la Route verte — ou sentier Transcanadien.

«La musique actuelle peut prendre d’autres formes qu’un spectacle. C’est ce que j’essaie de montrer, dit Érick d’Orion, artiste et commissaire depuis 2011 de l’exposition sonore du FIMAV. Beaucoup de compositeurs ont une pratique en installation et travaillent le son comme matière première.»

Pour le festival, le volet visuel et sonore est une formidable vitrine. Et, plus que jamais en cette édition, une porte d’entrée. Sur le bord de la piste cyclable, une dizaine de portières de voitures trônent, bien debout, comme un monument coloré à la «cour à scrap». Il s’agit d’une installation signée Sarah L’Hérault, intitulée 124 portes de chars. Sa musique? Une bande qui émet les sons associés à cet objet, de l’alarme déclenchée par son ouverture au claquement émis par sa fermeture.

«On venait à peine d’installer les portes qu’un cycliste s’est arrêté», confie Érick d’Orion, convaincu que l’homme, une fois descendu de son vélo, venait d’ouvrir ses oreilles à tout le festival. D’une certaine manière, selon le commissaire, les installations font aussi «connaître les formes de musique qui ne sont pas formatées». «Les gens rigolent, et c’est tant mieux.»

Une grande part du succès de ces installations repose sur les groupes scolaires. En 2014, une trentaine d’entre eux étaient passés les voir. Lundi, malgré la pluie, des écoliers faisaient déjà le parcours. Selon Érick d’Orion, les enfants aiment à ce point leur visite qu’ils reviennent avec leur famille. Les statistiques du FIMAV ne disent pas le contraire: sur les 16 000 festivaliers de l’édition 2014, on considère que 11 000 se sont pointés place Sainte-Victoire.

Diversité de propositions

Érick d’Orion a retenu sept propositions, dont la majorité s’expérimentent en plein air. Il a voulu offrir une vaste étendue de ce qui se fait en musique, entre des compositions plus électroacoustiques, ce qu’il appelle le «old school», des œuvres «plus tape-à-l’œil» et d’autres davantage du type bricolage et animées par l’imprévu et l’accidentel.

Place Sainte-Victoire, il y a bien un kiosque à musique, et c’est abrité sous son toit que le piano trafiqué, renversé et démembré par Nataliya Petkova laisse frapper ses marteaux. Pas loin de ce kiosque, le parc possède aussi sa piste de breakdance. C’est autour d’elle, cachés derrière une baie d’arbres, que résonnent les haut-parleurs de l’œuvre Duramen, de Martin Bédard et Georges Forget. Le titre de la pièce évoque la partie interne de l’arbre, et c’est donc celui-ci ou ceux-là qui s’expriment à travers des airs envoûtants, type new age.

Dans un espace sous forme de rotonde, les passants découvriront Fenêtres, d’Alexis Bellavance. Il s’agit de trois bassins d’eau (des piscines gonflables) sur lesquels flottent des miroirs. Simple en apparence, l’œuvre est d’une belle complexité. La musique qui en émane, le déplacement des miroirs, le reflet du ciel, tout est relié et ces trois oasis d’eau forment tout un orchestre.

Plus proches du spectacle, avec un début et une fin, les installations de Patrick Saint-Denis et de Danys Levasseur mettent en scène des androïdes musicaux. Celle du premier, à voir à la vélogare, offre une gigue à base d’accordéons. L’autre, à dénicher derrière un centre communautaire, est un festin audiovisuel basé sur la mécanique d’instruments nés par l’assemblage de déchets industriels. À la fin du numéro de Réserve phonique, on a presque le goût d’applaudir.

On comprend que les écoliers veuillent y revenir.

… et ses sons non formatés…

Des installations sonores intrigantes et invitantes

Manon Toupin, La Nouvelle Union, 13 mai 2015

Pour une sixième année consécutive, le FIMAV propose, dans sa programmation, des installations sonores dans l’environnement du parc Sainte-Victoire. C’est l’occasion de découvrir des créations intrigantes, mais aussi invitantes.

Le circuit propose cette année sept arrêts afin d’apprécier des œuvres musicales qui viennent s’intégrer à l’environnement. Les artistes ont opté, en grande majorité, pour des objets de la vie courante avec lesquels ils sont parvenus à créer une poésie musicale. Le commissaire aux installations, Érick d’Orion, a expliqué que l’équipe prenait de l’expérience en la matière. «Cette année, on remarque aussi moins de complexité technique», a-t-il souligné.

Il faut dire qu’il n’est pas nécessairement évident de trouver des artistes prêts à venir installer leurs œuvres pour le FIMAV. Le fait que quatre d’entre elles soient installées à l’extérieur, faisant face aux intempéries, peut en décourager certains. Aussi, ces installations sonores sont destinées, en majorité, à un grand public qui n’est pas nécessairement habitué à ce genre artistique.

Érick a donc opté pour des œuvres simples qui captent rapidement l’attention des passants. «Il faut des installations accessibles, ajoute-t-il, et solides lorsqu’elles sont installées à l’extérieur.»

Pour le commissaire, le rêve serait d’approcher les artistes une ou deux années à l’avance et leur attitrer un endroit spécifique. Ainsi, l’œuvre serait réalisée spécifiquement pour le lieu. Déjà cette année, deux installations ont été faites de cette façon. Il y a 124 portes de chars de Sarah L’Hérault et Duramen de Martin Bédard et Georges Forget qui répondent à ces critères.

Les installations sonores ont été montées sous la pluie dimanche dernier, et il a fallu attendre mercredi matin avant que le beau temps soit de la partie. À ce moment, les groupes d’élèves ont commencé leur visite du circuit, appréciant chaque œuvre expliquée par des bénévoles chevronnés. En tout, 31 groupes scolaires ont réservé une visite (le même nombre que l’an dernier) et on espère 12 000 visiteurs, tout comme en 2014.

Une visite du circuit

Les passants seront peut-être attirés par les portières de voitures, installées tout près de la piste cyclable. Il s’agit de l’œuvre de Sarah L’Hérault présentée en première mondiale et intitulée 124 portes de chars. Il s’agit en fait de huit portières de vieilles voitures installées aux abords de la piste, qui émettent toutes un son différent. Ça peut être un bruit de déverrouillage, un klaxon, un démarreur, bref des sons reliés aux véhicules automobiles. Le tout présenté dans un ordre qui en fait une joyeuse mélodie. «C’est un peu la porte d’entrée des installations sonores», dit Érick en souriant.

Les visiteurs voudront peut-être poursuivre le circuit dans la salle d’exposition de la Bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot qui accueille l’œuvre de Mark Lowe intitulée Singularity. Il s’agit d’une vidéo sonore un peu hypnotique qui présente un double vortex. Dans le noir presque total, une vidéo propose un premier vortex, créé par le retrait d’un bouchon dans une baignoire pleine d’eau. Une trame sonore, diffusée par des bandes magnétiques, vient ajouter à l’ambiance qui invite à la réflexion.

Installations sonores

Du côté de l’agora (derrière la bibliothèque), Duramen intrigue les passants. L’œuvre, composée par Martin Bédard et Georges Forget, n’est que sonore. Rien à voir. Il ne faut que s’installer au milieu de l’agora et se laisser entourer par la composition des deux musiciens. Les haut-parleurs ont été cachés dans la haie qui donne un effet «surround». «C’est du cinéma pour les oreilles, une allégorie du bois et des arbres», ajoute le commissaire. D’où le nom de l’œuvre «Duramen» qui est la partie interne de l’arbre. Une installation sonore électroacoustique enveloppante qu’il faut expérimenter sans faute.

Le kiosque à musique, de son côté, propose Composition en V+ de Nataliya Petkova. Il s’agit de deux pianos, les tables d’harmonie plus précisément, réduits à leur plus simple expression. Avec des moteurs, les cordes présentent des sons et une discrète mélodie.

Derrière la Vélogare, c’est l’installation d’Alexis Bellavance qui attire l’attention. Elle est formée de trois petites piscines munies chacune d’un haut-parleur et d’un miroir. Le visiteur pourra donc entendre ce trio inhabituel où l’eau vient aussi amplifier les sons de grenouilles et d’eau. L’œuvre s’intitule simplement Fenêtres puisque le miroir vient refléter le ciel comme s’il s’agissait d’une fenêtre.

Dans la Vélogare, c’est Patrick Saint-Denis qui a installé Pentafold. Une joyeuse œuvre formée de cinq accordéons (tous identiques) et qui viennent former un chœur robotisé. Un élaboré système informatique permet de présenter une pièce puis des pauses ou les accordéons soupirent en même temps avant de reprendre le boulot et animer les amateurs.

Finalement, il ne faut pas manquer la saveur locale des installations sonores, du côté du Centre Emmaüs. Présentée en première mondiale et en collaboration avec le Grave, l’installation du Chestervillois Danys Levasseur impressionne. Avec ses cinq sculptures sonores qui offrent une pièce musicale d’une quinzaine de minutes. «Danys a mis quatre années de travail avant de présenter sa première installation et sa composition Réserve phonique», explique Érick d’Orion.

Une installation sonore électroacoustique enveloppante qu’il faut expérimenter sans faute.

Articles écrits

  • Georges Forget, Circuit, no 22:1, 1 mai 2012
    Bel exemple de ce que peut apporter l’intégration et la fusion de styles

Critique

Georges Forget, Circuit, no 22:1, 1 mai 2012

Que s’est-il passé dans le monde de la musique électroacoustique récente pour que l’on porte à ce point aux nues et qu’on s’extasie devant ces «fameux» sons, ceux participant de ce que l’on pourrait désormais appeler le classicisme de l’inconfort? Telle pourrait être la première question de l’auditeur des premières minutes du morceau Reflets de notre société crépusculaire, tiré du nouveau disque de Pierre Alexandre Tremblay, tant ce dernier semble a priori fonder son discours sur une esthétique de la discontinuité, de la rupture et de l’attente…

Se méfier parfois des premières impressions… Rapidement, le propos se fait plus clair, plus directif, à la fois par l’émergence d’une écriture plus soutenue ainsi que par une rupture stylistique franche, aux accents pop britanniques assumés. Car on trouve dans le disque Quelques reflets des pièces résolument accessibles, frôlant parfois l’ambient music, comme Ces enseignes lumineuses, qui apporte une véritable proposition d’alliance entre acousmatique et musiques à saveur post-rock. Ou encore, la très «baylienne» For Ever Now Soon an End, qui, dans cette volonté de réconcilier électroacoustique savante et musique plus intuitive, plus sensuelle, poursuit le disque dans ce qui s’avère être littéralement une randonnée musicale. Au rythme des pas d’un marcheur décidé, l’auditeur traverse principalement trois paysages, deux landes horizontales et étendues, avec, en leur centre, un parcours plus accidenté, mais non moins lumineux et chatoyant, et qui, même s’il laisse parfois entrevoir la facture technique en arrière, se révèle être un petit bijou d’orfèvrerie électroacoustique.

Bel exemple de ce que peut apporter l’intégration et la fusion de styles pour ce nouvel opus de Pierre Alexandre Tremblay qui, s’il ne parvient pas toujours à convaincre par son unité, permet de découvrir de véritables trouvailles stylistiques innovantes et laisse imaginer à quoi pourrait ressembler une acousmatique «pop».

Bel exemple de ce que peut apporter l’intégration et la fusion de styles

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.