Artistes Joane Hétu

Née en 1958 à Montréal, où elle vit et travaille depuis toujours, Joane Hétu est musicienne, compositrice, improvisatrice, chef d’orchestre, travailleuse culturelle et gestionnaire. Lauréate du prestigieux Freddie Stone Award en 2006 pour son implication dans la musique de création canadienne, Hétu manie ses deux instruments, la voix et le saxophone alto, en combinant la flexibilité de l’un et l’urgence de l’autre dans une symbiose qui lui est propre. Elle dirige la chorale bruitiste Joker qu’elle a fondée en 2012 et pour qui elle a créé, entre autres, les œuvres Où est-il donc ce rêve? (2014) et Langoureusengagée (2017) et Les lucioles (2019). Elle codirige l’Ensemble SuperMusique (ensemble de 6 à 20 musiciens) avec Danielle Palardy Roger depuis 1998 et propulse ainsi à l’avant-scène la création et l’interprétation des partitions graphiques ainsi que de la gestuelle de direction en musiques improvisées. Ardente passionnée des musiques actuelles et improvisées, elle anime la série des Mercredimusics avec Jean Derome et Lori Freedman depuis 2001.

Au cours des dernières années, elle a composé pour l’Ensemble SuperMusique, le Quatuor Bozzini, le Now Orchestra, Quasar quatuor de saxophones et Instruments of Happiness. Elle forme, avec Jean Derome, le magique duo Nous perçons les oreilles et elle dirige le quintette Castor et compagnie qui se consacre à la chanson cochonne et amoureuse. Hétu présente sa musique depuis 40 ans dans le cadre de festivals, tournées et séries de concerts, tant au Canada qu’à l’international. Elle est également fondatrice et directrice de la maison de disque DAME (Distributions Ambiances Magnétiques Etcetera, 1991), codirectrice artistique de Productions SuperMusique (1980) et membre fondatrice de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Sa discographie comprend une cinquantaine d’albums.

[xi-19]

Joane Hétu

Montréal (Québec), 1958

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositrice
  • Interprète (saxophone alto, voix)
  • Autrice

Ensembles associés

Sur le web

Joane Hétu [Photo: Céline Côté, 2018]
Joane Hétu [Photo: Céline Côté, 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • De gauche à droite, derrière: Isaiah Ceccarelli, , Alexandre St-Onge, Preston Beebe. Devant: Joane Hétu, Jean Derome, , , Philippe Lauzier, Cléo Palacio-Quintin, , Craig Pedersen, Émilie Girard-Charest [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]
  • Joane Hétu, Jean Derome,  [Photo: Céline Côté, 22 novembre 2018]

La presse en parle

  • Philippe Renaud, Le Devoir, 13 mai 2019
    L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.
  • Mathilde Recly, atuvu.ca, 7 février 2017
    Cette soirée sera donc l’occasion de célébrer la vitalité, la richesse et l’enthousiasme des musiques nouvelles…
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2017
    Sans tambour ni trompette, DAME marquait ses 25 ans l’an dernier. Cependant, ne voulant pas que l’anniversaire passe inaperçu, elle choisit plutôt de le célébrer en cette nouvelle année.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 mars 2011
    Il ne fait aucun doute que le milieu est considérablement fragilisé par cette politique du fédéral

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, toujours aussi fort à 35 ans

Philippe Renaud, Le Devoir, 13 mai 2019

Pour sa 35e édition, débutant jeudi, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) réinvite ses vieux amis, parmi lesquels Peter Brötzmann et Keiji Haino, et accueille la relève, comme le trio du jeune guitariste français Julien Desprez. Discussion sur la pérennité de la scène musicale défendue par le FIMAV avec deux générations de musiciens «actuels» d’ici, la défricheuse Joane Hétu et le duo Political Ritual.

Joane Hétu et le FIMAV ont grandi main dans la main, pourrait-on dire. «Je le fréquente depuis sa deuxième édition», note la compositrice, interprète et chef d’orchestre qui a fondé, avec son amie Danielle Palardy Roger, la plus importante structure québécoise consacrée à la musique actuelle, Productions SuperMémé (rebaptisée SuperMusique en 1991), il y a quarante ans — cinq ans plus tard, en 1984, la boîte se dotait d’une étiquette de disques, Ambiances Magnétiques, qui a depuis édité plus de 250 œuvres enregistrées.

«On ne savait pas trop ce qu’on faisait à cette époque, au début des années 1980, raconte Joane Hétu. Cette musique n’avait pas de nom, on pensait qu’on était les seuls au monde à en faire, puis est arrivé le Festival international de musique actuelle de Victoriaville». Le FIMAV, suggère Réjean Beaucage dans son récent livre Musique actuelle — Topographie d’un genre (éditions Varia), a contribué à définir les contours de cette insaisissable musique, dont les «ingrédients fondamentaux» sont «l’improvisation, le jazz et le rock d’avant-garde».

Ingrédients auxquels nous pourrions désormais ajouter les musiques électroniques, à en juger par l’invitation faite par le FIMAV au duo Political Ritual. «Les musiciens de ma génération arrivent [au festival] avec une énergie différente, des influences différentes, une approche aussi différente [face à] la musique improvisée», estime Félix-Antoine Morin, qui forme Political Ritual avec Maxime Corbeil-Perron et qui dirige en parallèle l’éclectique et exploratrice étiquette de disques Kohlenstoff. «L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.»

«Oui, cette musique a changé» depuis la fondation du FIMAV, abonde Joane Hétu qui proposera dimanche une nouvelle création, Lucioles (coécrite par Jean Derome et Danielle Palardy Roger), interprétée par la «chorale bruitiste» Joker, qu’elle a fondée il y a sept ans en s’inspirant de la démarche de la compositrice torontoise Christine Ducan et de sa Element Choir.

«D’une manière, les étiquettes musicales sont de moins en moins distinctes [aujourd’hui dans la musique actuelle]. Par exemple, de la musique actuelle, il y en a dans la musique contemporaine, il y en a à MUTEK, et à l’inverse, il y a de l’électro dans la musique actuelle. Les genres musicaux se sont davantage mélangés, et tout le monde s’influence mutuellement. Après, il y a des spécificités propres à la musique actuelle: par exemple, je crois qu’il y a la plus grande variété de lutheries, instruments acoustiques, électriques, électroniques. Aussi, cette propension à mettre sur un même niveau le compositeur, le chef d’orchestre et l’interprète.»

Et, encore, l’improvisation. Chez Political Ritual, qui a lancé un album de drone électronique bruyant mais tonal en janvier 2018 et dont le matériel sera revisité jeudi soir, tout commence dans le chaos: «Lorsqu’on commence nos pratiques, chacun de son côté se met à émettre des sons — lui travaille la rythmique, la lutherie électronique, donc des sons plus électroniques, alors que moi je travaille surtout avec des instruments acoustiques dans une approche non traditionnelle. C’est le chaos, le bordel, du bruit, puis tranquillement, y a comme une forme qui se crée là-dedans. On essaie de s’accrocher à elle, puis ça devient quelque chose à partir de quoi on peut continuer à improviser. En résumé, on crée un chaos qu’on tente d’organiser — ou l’inverse, on part de quelque chose d’organisé pour le déconstruire, ce qui est somme toute assez classique comme approche…»

Le tout servi à la puissance maximale: «On aime jouer très fort, on aime ressentir les vibrations dans le corps et les communiquer. Au FIMAV, ils ont la réputation de ne pas décevoir, côté volume, grâce à de bons sonorisateurs et de bons systèmes de son…» Et ce, depuis 35 éditions!

L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.

Critique

Mathilde Recly, atuvu.ca, 7 février 2017

Le 16 février prochain, Le Vivier présentera une Grande soirée anniversaire pour les 25 ans de la maison de disques DAME, qui représente le courant de musique actuelle au Québec. Rendez-vous a été pris avec sa fondatrice Joane Hétu, pour parler avec elle du rôle joué par DAME depuis sa création à aujourd’hui, tout comme des prochains enjeux et de cette fameuse soirée anniversaire sous forme d’un grand concert produit par Productions SuperMusique.

D’où vous est venue l’envie de créer DAME? Y a-t-il eu un événement déclencheur?

J’ai commencé à faire de la musique au début des années 1980, alors qu’à la même époque était créée l’étiquette indépendante Ambiances Magnétiques dont je suis devenue membre en 1985 par le biais de Wondeur Brass. À cette époque, on produisait des vinyles et il n’y avait pas beaucoup d’étiquettes indépendantes, «non commerciales» ou peut-être devrait-on dire «de création». Les musiciens d’Ambiances Magnétiques peinaient à avoir du soutien pour produire leurs albums et l’étiquette se structurait sans aucun appui tant du gouvernement du Québec que du Canada. En 1991, après avoir consulté certains intervenants gouvernementaux et à la lumière de leurs propositions, j’ai fondé DAME, acronyme de Distribution Ambiances Magnétiques Etcetera, qui a le mandat de produire et de distribuer les disques de l’étiquette Ambiances Magnétiques tout en ouvrant son catalogue à d’autres étiquettes.

Quels genres de musique ou d’artistes regroupez-vous sous l’étiquette «musiques en marge de l’industrie commerciale et représentant principalement le courant de musique actuelle au Québec»? Comment avez-vous choisi vos artistes, par exemple?

En tout premier lieu, j’ai toujours travaillé en collaboration avec les artistes. J’ai établi un lien de confiance avec eux et nous avons produit les albums en additionnant leurs moyens et ceux de DAME. Nous avons grandi ensemble et la relation de partenariat s’est solidifiée. Je ne travaille pas dans l’idée que je cherche un talent, non, je travaille avec des artistes que je rencontre, à travers les affinités qui s’opèrent dans la communauté. C’est 25 ans d’histoire, c’est plus d’une centaine de musiciens qui ont produit chez DAME. Ce ne sont pas des musiciens nécessairement très connus, mais ils sont tellement intéressants, pour en nommer quelques-uns: Jean Derome, Pierre-Yves Martel, Tim Brady, Danielle Palardy Roger, Martin Tétreault, Pierre Tanguay, Diane Labrosse, Lori Freedman. C’est une grande famille dans un monde parallèle. DAME documente ce patrimoine musical précieux et fait en sorte que ces musiques soient représentées, soutenues, disponibles et que cette histoire artistique soit accessible d’une certaine façon. Au final, ce sont les affiliations, l’intelligence de la musique et des relations humaines qui ont guidé DAME.

Quelles sont les principales missions de votre maison de disque?

Eh bien, c’est un long parcours 25 ans, alors j’ai eu à m’adapter à plusieurs situations. Quand j’ai fondé la compagnie, on produisait des vinyles, puis on est passé aux CDs, et maintenant c’est le format numérique en plus du vinyle qui revient, tout cela est assez incroyable. L’idée principale, c’est de diffuser cette musique. En ce moment, l’industrie est complètement chamboulée. C’est assez compliqué de s’y retrouver, mais je garde toujours en tête que c’est important d’enregistrer ces musiques, et de les rendre disponibles via le plus de plateformes possibles. On ne peut prédire ce que l’Histoire retiendra, mais je crois à cette musique, je l’aime, je la respecte et je lui accorde une tribune. J’ai un magasin virtuel sur www.actuellecd.com où on peut encore acheter des disques physiques. Ces musiques sont aussi distribuées sur des plateformes numériques comme iTunes et bandcamp. Et puis, si quelqu’un s’intéresse à l’un de ces musiciens et qu’il tape son nom par exemple sur Google, il va forcément arriver sur le site d’actuellecd.com, qui est référentiel. Le site propose des portraits de musiciens incluant la discographie de ceux-ci, des photos, des notices biographiques, des critiques et ainsi on retrouve un historique musical de l’artiste. C’est une mine d’or, il me semble!

Et justement, en parlant de l’industrie musicale qui a beaucoup évolué, est-ce que vous avez eu l’impression que le rôle que vous aviez à jouer avec DAME depuis les 25 ans qu’elle existe a aussi changé?

Oui, c’est sûr. Le monde est devenu plus individualiste, dans tout. Je travaille avec l’idée du collectif, parce que si l’on se met tous ensemble, on va être plus forts et l’on va avoir plus d’impact. Mais en règle générale, les artistes pensent maintenant qu’ils peuvent s’en sortir tout seuls. Avant, dans les années 1980, on ne pouvait pas, on était obligés d’être avec une major sinon on n’arrivait à rien. Ensuite, il y a eu une prolifération de compagnies et d’étiquettes indépendantes, et enfin, on en est arrivé au stade où les artistes peuvent s’autoproduire du début à la fin. Les artistes, désormais, font un album avec DAME, un autre avec une autre maison de disques et puis encore un autre à leur nom qu’ils gèrent eux-mêmes sur leur bandcamp… Il y a une multitude de sources, mais je pense que le cœur de DAME reste quand même une référence puissante et appréciée des artistes et du public.

Quand vous enregistrez les artistes de DAME, y a-t-il un studio en particulier avec lequel vous travaillez, une salle de prédilection pour faire la captation de la musique, ou cela est spécifique à chaque cas?

Je n’impose rien à personne, mais historiquement depuis le début d’Ambiances Magnétiques, plusieurs musiciens se sont associés au Studio 270 à Montréal, où Robert Langlois y est le preneur de son. Il doit y avoir près de la moitié des disques de DAME qui ont été faits là-bas. Mais les musiciens peuvent enregistrer leur album où ils veulent.

Qu’est-ce qui vous a rendue le plus heureuse depuis ces 25 ans que DAME existe?

Tout ce parcours a été d’une certaine façon un sacrifice pour moi, quand j’y pense. Je suis aussi musicienne, j’ai amputé plus de la moitié de ma vie de compositrice et d’instrumentiste à travailler chez DAME. Maintenant, je ne pourrais pas laisser couler le bateau. Pour la communauté de musiciens, pour mes amis, pour ma musique, j’en ai besoin d’une façon viscérale, c’est en moi, je veux toujours sortir de nouveaux disques, soutenir de nouveaux projets. Je suis vraiment contente après 25 ans de constater que DAME a tenu la route. On est une belle équipe, on travaille fort. Je suis encore fascinée par les nouvelles avenues que prend la musique, je vibre à ça. J’ose espérer qu’il y aura une vie future pour la structure et l’histoire qui y est archivée. C’est émouvant de penser que DAME est l’une des rares compagnies en musique spécialisée au Canada qui existe depuis 25 ans. D’ailleurs, dans le monde, on n’est pas beaucoup non plus.

En quoi consiste votre affiliation avec Le Vivier? Qu’est-ce que cela vous permet mutuellement?

Le Vivier est un diffuseur de musiques nouvelles qui regroupe plus de 30 organismes. Le milieu a travaillé à mettre sur pied Le Vivier car c’est important de créer un lieu identitaire fort pour les musiques nouvelles à Montréal et au Québec. DAME est un organisme satellite au Le Vivier, puisque c’est une compagnie de disques et que le principal objectif du Vivier est de présenter des concerts. Je suis également codirectrice de Productions SuperMusique, qui est aussi membre du Vivier et qui produit le concert du 16 février prochain. SuperMusique a d’ailleurs fêté son 35e anniversaire l’année passée, ça fait donc longtemps qu’on est impliqués ensemble et qu’on représente la musique actuelle et improvisée. Le Vivier est le petit nouveau dans tout ça, on fonde beaucoup d’espoir dans cette aventure car c’est stimulant d’avoir un lieu vibrant qui réunit le milieu.

Pour terminer, pourriez-vous justement nous donner des détails croustillants sur cette grande soirée anniversaire qui a lieu le 16 février prochain au Gesù?

On est très heureux de présenter ce concert! On va habiter trois lieux: le hall d’entrée, l’Espace Custeau et l’amphithéâtre du Gesù. Il va y avoir plusieurs prestations musicales, un kiosque de disques qui défie toutes compétitions, et des surprises! L’Ensemble SuperMusique (16 musiciens) interprétera, en première mondiale, une pièce commandée par Productions SuperMusique au tromboniste/compositeur Scott Thomson Archive/Mémoire, qui revisite le catalogue de l’étiquette Ambiances Magnétiques à laquelle s’ajoutera 7 autres prestations associées à des nouveautés discographiques.

Cette soirée sera donc l’occasion de célébrer la vitalité, la richesse et l’enthousiasme des musiques nouvelles, avec:

  • Plus de 40 musiciens
  • 1 création de la pièce Archive/Mémoire
  • 8 performances musicales
  • 9 lancements d’albums (Ambiances Magnétiques, Collection qb)
  • 3 lancements d’albums numériques (Mikroclimat)
  • 1 kiosque de disques défiant toute compétition
  • + des surprises

Cette soirée sera donc l’occasion de célébrer la vitalité, la richesse et l’enthousiasme des musiques nouvelles…

DAME en fête au Gesù

Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2017
Sans tambour ni trompette, DAME marquait ses 25 ans l’an dernier. Cependant, ne voulant pas que l’anniversaire passe inaperçu, elle choisit plutôt de le célébrer en cette nouvelle année.

Actualités ambiantes

Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 mars 2011

Il y a de cela un an, une onde de choc déferla sur la communauté musicale lorsque le Conseil des Arts du Canada lui servit un cadeau empoisonné: d’une part, il annonça une augmentation de l’enveloppe budgétaire des subventions pour la production d’enregistrements sonores, mais de l’autre, il abolissait le programme d’appui aux musiques dites spécialisées. Peu importe que l’on soit un groupe de la relève faisant ses premiers pas, un ensemble de musique expérimentale ou une formation bien établie en musique pop, tout le monde était désormais placé dans le même bateau, avec les pires conséquences imaginables. Certains appréhendaient l’hécatombe, en l’occurrence la disparition de nombreuses étiquettes de disques indépendantes laissées pour compte dans l’attribution des fonds publics. Mais en cette nouvelle année, qu’en est-il de la prétendue déconfiture de ces musiques dites marginales?

Si l’on considère le jazz, parmi d’autres musiques créatives, le désastre n’a pas eu lieu, du moins pour le moment. En fait, la production se maintient et les nouveautés continuent d’affluer. Il serait alors malvenu de sonner le glas, mais les impacts de ces politiques ne se font sentir qu’à plus long terme. Tel est le point de vue de Joane Hétu, directrice du label Ambiances magnétiques et de la maison de distribution DAME. «Il ne fait aucun doute que le milieu est considérablement fragilisé par cette politique du fédéral, mais cela ne nous a pas empêchés de produire plusieurs titres l’an dernier (voir ci-dessous) et d’en ajouter de nouveaux à notre catalogue.» Au moment de cette conversation, le tout nouvel enregistrement du trio Derome-Guilbeault-Tanguay venait d’arriver au bureau (album dont nous reparlerons autour de son lancement, prévu pour le printemps). «En 1992, poursuit-elle, j’ai assisté au passage du vinyle au CD en plus d’avoir mis sur pied DAME, un travail considérable que je devais gérer de front avec ma carrière artistique. Après tout ce temps, une certaine fatigue s’installe et j’ai envie de passer le flambeau.» Pour l’avenir, toutes les options sont ouvertes, maintient-elle, son souhait le plus ardent étant de trouver des successeurs prêts à négocier le prochain tournant, soit celui du format compact au mode virtuel. Avis aux intéressés.

Il ne fait aucun doute que le milieu est considérablement fragilisé par cette politique du fédéral

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.