Artistes Frank Koustrup

Frank Koustrup

  • Compositeur

Apparitions

Artistes divers
CEC-PeP / CEC 95CD / 1995

Compléments

Artistes divers
CEC-PeP / CEC 92CD / 1992
  • Épuisé

Articles écrits

  • Frank Koustrup, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997
  • Frank Koustrup, Contact!, no 10:2, 1 mars 1997
    Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées…

Critique

Frank Koustrup, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997

Préludes à la vie est un disque fascinant comprenant deux recueils d’œuvres du compositeur français Michel Chion. Les deux pièces sont constituées de plusieurs petites sections.

Composé de 1972 à 1991, Le prisonnier du son est narratif, sorte de pièce radiophonique qui débute par une introduction parlée. De nombreuses parties de cette longue œuvre sont résolument “lo-fi” et même distortionnées, révélant ainsi l’âge technologique de l’œuvre. Ce n’est pas une mauvaise chose. Certains passages de mauvaise qualité évoquent efficacement la sensation d’être coincé. Même si elle est divisée en petits morceaux, la composition entière donne l’impression d’être unifiée.

Cependant, dans les 24 préludes à la vie, il y a un peu de tout. Ce sont des préludes qui mènent au prélude suivant, qui mène au suivant, qui mène à la vie à la fin du disque. La plupart de ces 24 préludes sont délicieux et parfois mystérieux. Les textures et les arrangements sont magnifiques. Mais certains passent et ne retiennent guère l’attention, comme des moments où l’on serait dans la lune. À l’exception du dernier, tous durent moins de trois minutes. J’aime particulièrement Éveil, l’ambiance sournoise de Le couple et les monstres redoutables de Danse de l’Ombre.

Les pièces brèves ont un charme inhérent, ne serait-ce que parce que si vous n’aimez pas une pièce, au moins elle ne durera pas longtemps. Mais rarement les pièces brèves développent-elles une ambiance pour ensuite se répandre. Lorsqu’elles s’enchaînent les unes aux autres comme sur le disque, l’effet d’ensemble de ces œuvres est abrupt et informe. Les compositions individuelles font alors partie d’une masse incohérente, une succession d’éruptions. Une telle mise en séquence de la musique fait penser à l’écriture d’un poème qui n’utiliserait que des mots à une syllabe, ou à l’écoute d’un athlète qui parle. Le médium, le milieu ne convient pas à ces pièces. Ces compositions seraient bien plus convaincantes, soit comme répit pour l’oreille, soit comme quelque chose qui nous éveille subitement, si elles étaient disposées entre des compositions plus longues et fluides. Ou comme le titre le suggère, ces œuvres seraient mieux utilisées comme préludes plutôt que comme succession d’unités discrètes dont les relations sont souvent pauvres. Il est difficile de retenir les pièces qui nous attirent et d’éviter celles qui ne sont pas réussies.

Néanmoins, j’aime ce disque. Michel Chion est un maître de la texture et je prend plaisir à me plonger dans ses figures subtiles et imprévisibles. J’apprécie les touches absurdes qu’il dépose tout au long de ces œuvres, les voix maniaques, les fracas déformés et soudains. Sa musique est impétueuse, sautillante et ensuite douloureusement lyrique.

Bien que la composition de ce disque ne soit pas idéale, la musique de Michel Chion abonde toujours en joyaux et laisse entendre un humour étrange, inhabituel.

Critique

Frank Koustrup, Contact!, no 10:2, 1 mars 1997

Ce disque m’a pris par surprise. Lors des premières auditions, je n’y ai pas tellement porté attention. La musique ne m’a pas impressionné. Mais après quelques essais supplémentaires, ce disque est devenu captivant. Je le trouve maintenant presque indispensable et le considère comme faisant partie de la meilleure musique acousmatique que j’ai entendue. L’orientation stylistique de Patrick Ascione est acousmatique et s’apparente à celle de Francis Dhomont et Michel Chion. Mon indifférence du début était peut-être due à la manière distraite dont j’écoute la musique maintenant. Je ne prends presque jamais le temps de m’arrêter et d’écouter. J’ai perdu contact avec ma vieille habitude d’une écoute méditative, le type d’écoute que mérite cette musique.

Chacune des trois pièces de ce disque dure vingt minutes ou plus. Lune noire débute mécaniquement mais sensuellement. Malgré leur qualité métallique, les timbres s’apparentent à la voix. Sur champ d’azur est un paysage panoramique, plutôt peint que photographié, davantage une interprétation qu’un document. Son étendue est vaste. Valeurs d’ombre termine ce disque dans une ambiance plus sombre qui nous emporte. Cette pièce est belle, cependant qu’elle finit trop abruptement, sans sentiment de cadence.

M. Ascione décrit son approche compositionnelle comme s’apparentant à celle d’un peintre. Il juxtapose les couleurs sonores comme un expressionniste abstrait le ferait avec les pigments de couleurs. Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées sur une toile de grande dimension. Dans l’espace, le temps et l’orchestration, la musique est gigantesque et d’une grande complexité. Deux haut-parleurs étranglent ces trois pièces. Elles exigent obstinément une salle de concert, un système à voies multiples et la pénombre. Afin de créer l’illusion d’un espace plus profond, j’ai récemment écouté ce disque avec un casque d’écoute en laissant également le son sortir des haut-parleurs stéréo. De cette façon, les hautes fréquences se répandaient près de ma tête alors que les basses fréquences résonaient de plus loin. Ce type d’écoute m’a donné une meilleure idée de l’espace musical de ces compositions.

Comme d’habitude, le produit d’empreintes DIGITALes est complet et attirant.

Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.