Artistes Éric Normand

Éric Normand est improvisateur, bassiste, compositeur, chanteur et parolier, concepteur d’instruments et producteur de disques et de concerts. Il se définit comme un artiste épidisciplinaire, électron libre animé par l’esprit de la rencontre, par la défense de la liberté et de l’esprit de co-création.

Il vit en région éloignée, à Rimouski (Québec), et est directeur artistique de Tour de Bras, un organisme voué aux musiques d’improvisation. Il y dirige aussi, depuis dix ans, le Grand groupe régional d’improvisation libérée (GGRIL).

Improvisateur, Éric invente un langage personnel et radical. Équipant sa basse d’un attirail électronique se sa fabrication, il se force à réinventer la gestuelle instrumentale. Il devient un dompteur d’électricité qui, par des gestes précis et légers, cultive un bruistme de chambre raffiné, mais toujours au bord du ravin. Il privilégie les duos et trios avec Xavier Charles, Philippe Lauzier, Jim Denley, Pierre-Yves Martel, Martin Tétreault, en plus de nombreuses rencontres impromptues.

Compositeur, il crée des musiques d’ensembles usant de diverses syntaxes et puisant tantôt dans le folk tantôt dans la musique de chambre, tantôt dans la poésie ou la danses.

Sa musique à été jouée dans plusieurs festivals au Canada, en Australie, et en Europe (France, Suisse, Espagne, Autriche, Italie), en plus d’être entendue sur les ondes de Radio-Canada, Australian broadcasting corporation, CBC, Radio Grenouille et plusieurs radios étudiantes.

«… one of Canada’s most creative musical visions.— Stuart Brommer, The Wholenote (Canada)

«… a highly disciplined approach to noise making.» — Dan Bigna, Real Art (Australie)

[ii-17]

Éric Normand

Québec, 1977

Résidence: Rimouski (Québec)

  • Compositeur
  • Interprète (basse, batterie, voix, électronique)
Éric Normand, photo: Marie-Êve Campbell (atelier camion), août 2016
Éric Normand, photo: Marie-Êve Campbell (atelier camion), août 2016
  • Jack et ses boîtes en concert, photo: Céline Côté, Montréal (Québec), 30 mai 2017
  • Jean Derome, , Peggy Lee, Éric Normand improvisent ensemble lors d’un concert, photo: Laura Krutz Photography, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada), 21 novembre 2016
  • Éric Normand, photo: Marie-Êve Campbell (atelier camion), août 2016
  • Éric Normand, photo: Marie-Êve Campbell (atelier camion), août 2016
  • Au FIMAV 2016, l’Ensemble SuperMusique et le  dirigés par  de France. 1e rangée: Ida Toninato; ; Jean Derome; Éric Normand (caché); ; Joane Hétu; ; ; ; 2e rangée: ; ; Martin Tétreault (caché); ; Isaiah Ceccarelli (caché); direction: , photo: Martin Morisette, Victoriaville (Québec), 2016
  • Éric Normand, photo: Sébastien Raboin, Rimouski (Québec), 2013
  • Éric Normand, photo: Sébastien Raboin., Rimouski (Québec), 2013
  • Isaiah Ceccarelli, Éric Normand, photo: Sébastien Raboin, mars 2012

Compléments

Artistes divers
OHM / Avatar / AVTR 050 / 2009
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Articles écrits

  • Éric Normand, Mouton Noir, 1 décembre 2003
    On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage.
  • Éric Normand, JazzoSphère, 1 novembre 2003
    … à découvrir d’urgence.
  • Éric Normand, Mouton Noir, 1 octobre 2003
    Étonnamment inventive et accessible, la musique de Pierre Labbé saura plaire aux amateurs de musiques rock et jazz éclatées.
  • Eric Normand, JazzoSphère, 1 mars 2003
    … son boîtier lui va si bien à ce petit bijou…

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, 1 décembre 2003

Avec à leur tête (le poète) Frank Martel, ménestrel verbulateur, les hors-la-loi de L’Ouest Céleste sont de retour. Au programme: «chansons-comptines, rock poignard et pastiches country». La première formule est sans doute la plus heureuse pour décrire les quatorze (dont 12 ont moins de 3 minutes) courtes pièces qui composent Sautons ce repas de midi. On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage. M. Martel connaît bien l’art de la phrase, du jeu de mot et du non sens. En fait preuve le choix du nom de son groupe: L’Ouest céleste, référence ironique à la dynastie Martel? Les airs de Martel s’inspirent néanmoins des musiques américaines: folk, guitare surf, country, rock et blues autant que de la chanson. Afin de concocter ces petits univers pastichés, Martel s’adjoint les services de musiciens hors-pairs: Bernard Falaise (guitare, direction musicale), Michel F Côté (batterie) - que l’on retrouve aux côtés de Marie-Jo Thério et dans divers projets d’improvisation (Klaxon Gueule, Buire…) - et Éloi Déit (Urbain Desbois) à la basse. Malgré une voix au registre limité, Martel sait nous entraîner dans ses fantaisies ludiques avec des intonations qui, au passage, rappellent Claude Dubois, André Duchesne ou Faulkner. Musicalement difficile à étiqueter, Martel propose une chanson rock poético-absurde, une sorte de mélange risqué entre Thomas Jensen, Urbain Desbois, Sttella et Bobby Lapointe: plus maîtrisé et moins international que le premier, plus absurde que le second et moins barbu que le dernier.

On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage.

Critique

Éric Normand, JazzoSphère, 1 novembre 2003

empreintes DIGITALes, étiquette montréalaise spécialisée dans les musiques électroniques et électroacoustiques entreprend cet automne des fouilles dans l’œuvre surprenante du compositeur canadien Paul Dolden. Voilà d’un coup ces trois CDs d’œuvres datant de 1984 à 1996, «entièrement retraitées, remixées et remasterisées par le compositeur en 2001-02». La musique de Dolden est caractérisée par l’utilisation de centaines d’enregistrements instrumentaux et vocaux combinés en couches multiples. En matière de musique acousmatique, son œuvre est singulière puisque l’utilisation de sources instrumentales s’adjoint à un sens aigu de l’orchestration et place la musique aux antipodes des «musiques de bruits» que suggère souvent l’acousmatique. On pourrait peut-être parler d’une approche symphonico-numérique où Stravinsky et Xenakis reviennent en écho, machinés dans une hybridation maximale des styles. Les œuvres mixtes du compositeur (avec François Houle à la clarinette et Peggy Lee au violoncelle, entre autres) font particulièrement preuve de sa sensibilité musicale et nous entraînent dans des moments d’intensité incroyables. Ce petit survol de l’œuvre de Dolden démontre admirablement la singularité de son langage (et son importance) qui, tout en s’approchant d’un discours symphonique radicalisé, ouvre la porte aux influences du jazz, du rock et des diverses possibilités venues de l’électrification et de la capture du son. Une œuvre à découvrir d’urgence.

… à découvrir d’urgence.

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, 1 octobre 2003

Encore peu connu de l’amateur de disques, Pierre Labbé (saxophone) présente ici un premier opus surprenant en tant que «leader». Membre du groupe (prog-rock-fanfare) de Claude St-Jean Les Projectionnistes et collaborateur du sculpteur sonore Jean-Pierre Gauthier, Labbé nous présente maintenant son propre ensemble: Bernard Falaise (guitare électrique), Frédéric Alarie (contrebasse), Claude Lavergne (batterie) ainsi que Nathalie Bonin (violon) et Julie Trudeau (violoncelle). Le saxophoniste signe ici une musique hybride où rock, jazz (clin d’œil à Ornette Coleman), musique contemporaine alternent et se mélangent dans un dialogue soutenu entre composition et improvisation. De beaux thèmes - tantôt vaguement, mélos (Le blanc des yeux), tantôt franchement ludiques (Bloops) - servent de point de départ à ces agiles constructions: véritables jeux de blocs qui font s’emboîter agilement les styles autant que la variété de l’instrumentation. Étonnamment inventive et accessible, la musique de Pierre Labbé saura plaire aux amateurs de musiques rock et jazz éclatées. À ceux qui sont tombés sous le charme des musiques de chambre de John Zorn (Masada, etc.), je recommande fortement ce disque qui vous entraînera plus avant dans l’éclectisme tout en vous faisant découvrir un créateur original de chez nous qui se fait définitivement une place unique dans le monde des musiques actuelles.

Étonnamment inventive et accessible, la musique de Pierre Labbé saura plaire aux amateurs de musiques rock et jazz éclatées.

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, 1 mars 2003

Deuxième rencontre (après 21 situations) sur l’étiquette AM de ce duo de tripatouilleurs de phonogrammes, cette boite à bijoux (admirablement bricolée) se présente comme un véritable cadeau, bilan d’un travail sur l’instrument de capture du son élargi sur plusieurs niveaux. Si le premier des trois disques (studio) présente une improvisation (2000) où le phono prend sa valeur instrumentale, les deux autres s’inscrivent sous le signe de la relecture (2003), de la manipulation a posteriori du matériel sonore selon des méthodes distinctes: analogique, pour Tétreault, numérique pour Yoshihide. Le premier CD est le fruit d’une rencontre tandis que les deux autres sont marqués de l’individualité, de la réappropriation originale par chacun des musiciens du résultat de cette rencontre. L’album studio fait entendre à la fois le plaisir de jouer et de laisser jouer la machine; de la manipulation à l’automatisation, le jeu s’emballe jusqu’à la stabilité de la saturation ou de bourdonnement presque silencieux. Les différents disques nous entraînent sur la piste de trois façons de faire et surtout de trois résultats bien distincts dans un format d’écoute (3 x 20 minutes) qui oblige aussi l’auditeur à une certaine manipulation. Effectués sans concertation, les travaux de remontage font ressortir des facettes différentes de cette matière incandescente: un travail plus paisible sur le parasite et le crépitement rythmique chez Tétreault fait contrepoids au focus sur les feedbacks sur-aigus et sur les sons percussifs que privilégie Yoshihide. Travail de traitement et de bilan de la part de deux vétérans de la table, studio - analogique - numérique nous présente un phonogramme prit à son propre jeu de capture, récupéré par d’autres technologies du son; I’enregistreur enregistré. Après écoute, on constate que son boîtier lui va si bien à ce petit bijou qui ne saurait manquer d’intéresser tous les amateurs de phono, d’électro et autres arts audios - sans oublier les amateurs de disques-objets originaux. Une des belles surprises de l’année.

… son boîtier lui va si bien à ce petit bijou…

Autres textes

Mouton Noir

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.