Artistes Robert Normandeau

Son travail de compositeur est principalement consacré à la musique acousmatique, quoiqu’il ait composé quelques œuvres mixtes. Plus spécifiquement, par les sonorités utilisées et les choix esthétiques qui la tendent, sa démarche s’inscrit dans un «cinéma pour l’oreille» où le ‘sens’ contribue à l’élaboration de ses œuvres tout autant que le ‘son’. Plus récemment Robert Normandeau a composé un cycle d’œuvres de musique immersive multiphonique pour dôme de haut-parleurs. À son travail de compositeur de musique de concert s’est ajouté, pendant une vingtaine d’années, celui de compositeur de musique de scène, pour le théâtre notamment.

Il a aussi œuvré comme directeur artistique pendant plus de vingt ans, notamment pour les séries de concerts Clair de terre (Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ)) de 1989 à 93 au Planétarium de Montréal, et Rien à voir et Akousma (Réseaux) de 1997 à 2006.

Il est professeur de composition électroacoustique à l’Université de Montréal depuis 1999 après avoir obtenu le premier doctorat (1992) en composition électroacoustique de l’Université de Montréal, sous la direction de Marcelle Deschênes et de Francis Dhomont. Il y dirige le Groupe de recherche immersion spatiale (GRIS), qui produit des logiciels de spatialisation sonore.

Il a reçu trois Prix Opus décernés par le Conseil québécois de la musique (CQM) dont deux en 1999 — «Compositeur de l’année» et «Disque de l’année — Musique contemporaine» pour son disque Figures (IMED 0944) — et un en 2013 — «Disque de l’année — Musique actuelle, électroacoustique» pour son disque Palimpseste (IMED 12116). L’Académie québécoise du théâtre (AQT) lui a décerné deux Masques «Meilleure musique de théâtre», le premier en 2002, pour la pièce Malina et le second en 2005, pour la pièce La cloche de verre, toutes deux dirigées par la metteure en scène Brigitte Haentjens.

Robert Normandeau est lauréat des concours internationaux Ars Electronica, Linz (Autriche, 1993, Golden Nica en 1996), Bourges (France, 1986, 88, 93), Fribourg (Suisse, 2002), Luigi-Russolo, Varese (Italie, 1989, 90), Métamorphoses, Bruxelles (Belgique, 2002, 04), Musica Nova, Prague (République Tchèque, 1994, 95, 98, 2012, 13), Noroit-Léonce Petitot, Arras (France, 1991, 93), Phonurgia Nova, Arles (France, 1987, 88), Stockholm (Suède, 1992) et Giga-Hertz (Karlsruhe, 2010).

Il a reçu des commandes d’œuvres du The Banff Centre for the Arts, BBC, CKUT-FM, Codes d’accès / Musiques & Recherches, Jacques Drouin, Les événements du neuf, Groupe de recherches musicales (GRM), Groupe de musique expérimentale de Marseille (GMEM), Terri Hron, Claire Marchand, Musée d’art contemporain de Montréal, Open Space Gallery, Orchestre symphonique de Montréal (OSM) / Société de transport de Montréal (STM), Arturo Parra, Société Radio-Canada, Réseaux, Sonorities Festival, Vancouver New Music Society et Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM).

Il a été compositeur invité à Banff (Canada, 1989, 92, 93, 2012), Bangor (Pays de Galles, RU, 2008), Belfast (Irlande du Nord, RU, 1997), Bourges (France, 1988, 99, 2005), Huddersfield (Angleterre, RU, 2015), Karlsruhe (Allemagne, 2004, 05, 10, 11), Mons (Belgique, 1996), Morelia (Mexique, 2013), Ohain (Belgique, 1987, 2007), Oslo (Norvège, 2015), Paris (France, 1990, 94) et Santiago (Chili, 2013).

[viii-16]

Robert Normandeau

Québec (Québec), 1955

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

robert.normandeau@umontreal.ca

Sur le web

Robert Normandeau [Photo: Bernard Préfontaine, Montréal (Québec), 23 janvier 2012]
Robert Normandeau [Photo: Bernard Préfontaine, Montréal (Québec), 23 janvier 2012]
  • Robert Normandeau, Andrew Lewis et Jonty Harrison sur la scène du Powis Hall, Bangor University [Bangor (Pays de Galles, RU), 30 octobre 2008]
  • Jean-François Denis et Robert Normandeau présentent le concert de Francis Dhomont lors d’Akousma (3), au Monument-National [Photo: Luc Beauchemin, Montréal (Québec), 2 novembre 2006]
  • Theodore Lotis, compositeur participant au Rien à voir (14), et Robert Normandeau au Belvedère sud du Mont-Royal [Photo: Anick La Bissonnière, Montréal (Québec), octobre 2003]
  • Robert Normandeau [Photo: © Maki (makimail [at] hotmail.com), Marseille (Bouches-du-Rhône, France), mai 2003]
  • Hans Tutschku et John Young, compositeurs invités au Rien à voir (10), entourent Robert Normandeau au Belvedère sud du Mont-Royal [Montréal (Québec), 16 décembre 2001]
  • Louis Dufort, Robert Normandeau, Francis Dhomont et Paul Hodge lors du concert «Nothing To Look At» présenté par New Music Concerts [Toronto (Ontario, Canada), 26 octobre 2001]
  • Robert Normandeau [Photo: Claire Savoie, 1997]
  • François Bayle, Robert Normandeau, Jean-François Denis, Anne-Marie Marsaguet, Studio 116 du GRM, Maison de Radio France [Photo: Michel Lioret (Ina-GRM), Paris (France), 6 juin 1994]

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 14128, IMED 14128_NUM / 2014
empreintes DIGITALes / IMED 12116, IMED 12116_NUM / 2012
empreintes DIGITALes / IMED 0944, IMED 0944_NUM, IMED 9944 / 1999, 2009
empreintes DIGITALes / IMED 0575, IMED 0575_NUM, IMED 1775 / 2005, 2017
empreintes DIGITALes / IMED 0157, IMED 0157_NUM / 2001
empreintes DIGITALes / IMED 9419/20, IMED 9920, IMED 9920_NUM / 1994, 1999
empreintes DIGITALes / IMED 9002, IMED 9802, IMED 9802_NUM / 1990, 1998

Apparitions

Bird on a Wire Records / BOW 002 / 2012
Artistes divers
empreintes DIGITALes / IMED 09100, IMED 09100_NUM / 2009

La presse en parle

Desta vez, os Dias da Música Electroacústica convidam à imersão

Cristina Fernandes, Publico, 19 février 2019

A música de Mario Mary, Robert Normandeau e Jaime Reis poderá ser ouvida num espaço sonoro tridimensional nas escolas superiores de música de Lisboa, Porto e Castelo Branco.

O próximo ciclo de concertos integrado nos Dias de Música Electroacústica (DME), que decorre entre 19 e 22 de Fevereiro em Lisboa, em Castelo Branco e no Porto, será dedicado aos compositores Mario Mary (Argentina/França/Mónaco) e Robert Normandeau (Canadá), acompanhados pelo português Jaime Reis, fundador e director artístico deste festival itinerante que toma a cidade de Seia como base, mas que tem promovido paralelamente diversas edições noutros pontos do país. Desde 2017, o festival conta também com o Espaço Lisboa Incomum (Rua General Leman, nº 20), destinado a promover a partilha de projectos experimentais nos campos da arte e da ciência.

Desta vez, os DME passarão pela Escola Superior de Música de Lisboa (dia 19), pela Escola Superior de Artes do Espectáculo de Castelo Branco (dia 20) e pela Escola Superior de Música e Artes do Espectáculo do Porto (dia 22), no âmbito de uma digressão que inclui conferências e concertos. Para cada um destes concertos, Jaime Reis preparou “um sistema de difusão de som imersivo”, em forma de cúpula. Segundo este compositor, com uma vasta obra no campo da electroacústica apresentada em Portugal e no estrangeiro, trata-se de “um sistema que permite simular movimentos do som num espaço tridimensional, gerando formas ou percursos espaciais para criar movimentos como rotações elípticas, espirais, explosões espectrais, paredes de som e outros”. Robert Normandeau e Jaime Reis apresentam obras compostas para este tipo de sistema, enquanto Mario Mary mostrará ao público a sua ampla experiência como espacializador sonoro, difundindo em tempo real as suas obras em estéreo e multicanal nos sistemas imersivos preparados para o efeito. A digressão conta ainda com a participação do pianista ucraniano Vasyl Tsanko, solista convidado do ensemble DME.

O programa do concerto desta terça-feira (Auditório da ESML, 21h30) inclui as obras Rock (2013) e El sofisticado sonido del Dasein (2018), de Mario Mary; Fluxus, pas trop haut dans le ciel (2017), de Jaime Reis; e Figures de rhétorique (1997) e Raíl (2019), de Robert Normandeau. Esta última terá nesta ocasião a sua estreia mundial. Composta entre 2012 e 2019 durante várias estadias no estrangeiro, Raíl extrai os seus materiais musicais de várias fontes sonoras, entre as quais comboios (incluindo gravações do Canadá, dos EUA e do México) e helicópteros registados ao longo de 20 anos, entre os quais o helicóptero da Sureté du Québec (a polícia do Quebeque) que sobrevoou o bairro do compositor durante as manifestações estudantis do movimento Spring Maple, em 2012. De Normandeau, professor na Universidade de Montréal e detentor de vários prémios internacionais, será possível ouvir ainda Figures de rhétorique, para fita e piano, em que as figuras de estilo da arte retórica, organizadas por categorias, determinam a relação entre a fita e o piano nos quatro andamentos, e onde se incluem passagens semi-improvisadas.

As composições de Mario Mary, professor na Rainier III Academy, no Mónaco, e director artístico do festival Monaco Electroacoustique compreendem, respectivamente, uma homenagem ao rock progressivo (ou rock sinfónico do início dos anos 70), que marcou a sua adolescência, e uma obra inspirada pelas ideias do filósofo Martin Heidegger, que definiu o sujeito (o homem) como Dasein (o ser-aí). Para Mario Mary, a música de El sofisticado sonido del Dasein “incorpora uma abordagem autêntica em que o material sonoro, a orquestração, a polifonia e o discurso musical” enfatizam características da sua estética pessoal, assim como “um trabalho reflexivo” sobre a arte eletroacústica e o mundo de hoje.

Finalmente, Fluxus, pas trop haut dans le ciel, de Jaime Reis, professor na ESART e na ESML e investigador do INET-md (Universidade Nova de Lisboa), faz parte de um ciclo de peças inspiradas em elementos físicos, que desenvolvem elementos musicais relacionados com a mecânica dos fluidos. Neste caso, a obra centra-se no que o compositor chamou de “paisagens sonoras aéreas". Segundo Jaime Reis, “a espacialização sonora actua como um parâmetro musical central, onde a distribuição do som pelos altifalantes está relacionada não só com diferentes tipos de movimentos e formas espaciais, mas também com mudanças espectrais, com velocidades diferentes e com outros parâmetros.”

Com pequenas variantes, este programa será apresentado na quarta-feira, às 21h30, em Castelo Branco, e no dia 22, às 19h, no Porto, sendo precedido por conferências e sessões de trabalho com os compositores.

Robert Normandeau: Dans le Tunnel azur du métro montréalais

Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016

Pour commémorer le cinquantenaire du métro de Montréal, la direction artistique de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) a commandé des œuvres à deux compositeurs d’ici. Accelerando a été imaginée pour l’orchestre par José Evangelista, alors que Tunnel azur, imaginée par Robert Normandeau, est une pièce acousmatique, c’est-à-dire qu’elle exclut le jeu instrumental.

C’est d’ailleurs la première fois que l’OSM, qui a déjà commandé des œuvres mixtes, inclut une diffusion acousmatique dans un de ses programmes. L’œuvre s’inscrit également dans le cadre d’Akousma, festival à la fine pointe de la création musicale électronique.

«J’avoue avoir été extrêmement surpris par cette commande de l’OSM. Au début, je ne le croyais carrément pas! Avec José Evangelista, j’ai rencontré Kent Nagano au début de l’année afin de discuter de ce projet. Et je dois souligner que j’ai bénéficié d’un soutien remarquable», confie Robert Normandeau, incontournable de la sphère électroacoustique québécoise depuis les années 80.

Tunnel azur a déjà été créée en stéréophonie dans le cadre d’un concert extérieur de la Virée classique, le 11 août dernier, rappelle Robert Normandeau. À la Maison symphonique, cependant, la diffusion de Tunnel azur sera différente.

«La salle est équipée de haut-parleurs pour les présentations de type immersif, mais cet équipement n’avait jamais été utilisé depuis l’ouverture de la Maison symphonique, explique le compositeur. Plus précisément, 12 petites enceintes accrochées sur 3 étages compléteront le système 5.1 déjà en place. Cela permettra à l’auditoire de découvrir plusieurs aspects de l’œuvre que la diffusion stéréophonique ne permet pas. On a littéralement sorti des boîtes l’équipement complémentaire afin d’effectuer des tests de diffusion multiphonique!»

Trois couches de sons

La construction de Tunnel azur, nous apprend son architecte, repose sur trois couches.

Primo, les sons du métro:

«Le jour, j’ai capté des sons en circulant dans les nouvelles rames Azur. La nuit, j’ai pu découvrir un environnement sonore fascinant, car le métro bourdonne d’activités d’entretien. Des draisines qui roulent sur les rails d’acier, le son de ces véhicules est fort différent du métro. De plus, j’ai eu l’occasion de faire ces prises de son inusitées dans les ateliers du boulevard Crémazie, là où se fait l’entretien des véhicules.»

Secundo, les sons de l’octobasse:

«Il s’agit d’une contrebasse trois fois plus grande que celles que l’on connaît; il faut la jouer sur une échelle avec des clefs. Cet instrument a été inventé au XIXe siècle et Berlioz a été le premier compositeur à l’utiliser. En juin dernier, je suis allé avec un contrebassiste de l’OSM à Drummondville, là où l’instrument est entreposé, afin d’y effectuer des prises de son. Pourquoi cet intérêt? Dans une autre vie, j’étais contrebassiste!»

Tertio, la Symphonie no 9 de Mahler:

«La troisième source est un hommage à Kent Nagano, dont j’ai beaucoup apprécié la direction pour la Symphonie no 9 de Mahler. Ce soir-là, j’avais été fasciné par la façon dont Mahler avait exploité les différentes sections de l’orchestre. Ç’a été une révélation de constater ce travail de spatialisation. Étant lui-même un chef de haut calibre, il est clair que Mahler savait utiliser les masses sonores émanant d’un orchestre. Ainsi, j’ai réduit le premier mouvement de cette symphonie à une durée de 10 minutes. J’en ai conservé les couleurs orchestrales.»

Couleurs orchestrales? Orange? Vert? Jaune? Bleu? Bien au-delà de celles désignant les lignes de notre métro, il va sans dire!

À la Maison symphonique les 20, 22 et 23 octobre

Qui est Robert Normandeau?

Compositeur de près d’une quarantaine d’œuvres, lauréat de nombreux concours internationaux, Robert Normandeau, 61 ans, est professeur à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Très actif au sein de sa communauté, Normandeau a été le directeur artistique de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec, puis de la société de concerts Réseaux, à qui l’on doit le festival Akousma.

Dans le Tunnel azur du métro montréalais…

Robert Normandeau: Il fait beau dans le métro

Nicolas Tittley, SOCAN, Paroles & Musique, 6 octobre 2016

Quiconque a déjà emprunté les transports à commun à Montréal sait que le métro a sa propre musique. Le vent déplacé par l’arrivée de la rame sur le quai, l’avertisseur de fermeture des portes, les annonces incompréhensibles dans les haut-parleurs de chaque station et ces fameuses notes (dou-dou-douuuu) qui marquent le départ du train… autant de sons qui meublent les déplacements quotidiens de milliers de Montréalais qui semblent pourtant insensibles à leurs charmes.

Robert Normandeau, lui, a plongé tête baissée dans cet univers sonore. Le compositeur de musique électroacoustique est habitué à recueillir toutes sortes de sons pour créer ses œuvres, mais il ne s’attendait pas à ce que la Société de transport de Montréal, de concert avec l’OSM, fasse appel à lui pour souligner les 50 ans du métro. «Honnêtement, lorsque j’ai entendu le message sur mon répondeur, ma première réaction a été… de ne pas rappeler. Ça me semblait complètement improbable, je croyais à une blague» se souvient le compositeur.

On peut comprendre ses doutes tant il s’agit d’un geste audacieux de la part de l’OSM, qui a aussi commandé une œuvre orchestrale au compositeur José Evangelista pour cette célébration de l’anniversaire du métro, qui sera présentée lors de 3 concerts à la fin du mois d’octobre. Audacieux, car c’est probablement la première fois qu’un orchestre commande à un compositeur une œuvre… qu’il ne pourra pas jouer. Tunnel azur est en effet une œuvre électroacoustique multiphonique interprétée par une douzaine de haut-parleurs. L’orchestre ne sera donc pas sur scène lors de sa création.

Presque tous les sons que vous entendrez ont été captés par Normandeau dans métro. «C’est étonnant, mais ça témoigne, d’une part, du fait que Montréal est une ville très active sur la scène électroacoustique, explique Robert Normandeau. D’autre part, je pense qu’il faut aussi souligner l’incroyable ouverture de l’orchestre et surtout de son chef, Kent Nagano.» Le compositeur a d’ailleurs eu l’idée de faire un double clin d’œil à l’orchestre et à son chef, en citant dans sa composition des passages de la 9e symphonie de Mahler, sa préférée […]. Il a aussi mis à contribution un instrument hallucinant récemment offert par un mécène à l’OSM: l’octobasse, sorte de gigantesque contrebasse qui fait près de quatre mètres de haut.

Pour le reste, tous les sons que vous entendrez ont été captés par Normandeau dans métro. «J’ai visité le métro de jour, avec tous les bruits de portes et de foule, mais aussi de nuit, alors que tous les ouvriers s’affairent à entretenir les équipements. Au départ, ils me regardaient d’un drôle d’air, mais très vite, les employés se sont intéressés à mon travail et ils me proposaient toutes sortes de sons que faisaient leurs équipements».

Certains d’entre eux seront d’ailleurs dans la salle afin d’entendre leur univers quotidien réimaginé par un artiste d’avant-garde. On aimerait pouvoir recueillir leurs commentaires à la sortie! «J’espère qu’ils vont aimer! J’avoue que j’étais un peu hésitant au moment de présenter l’œuvre pour la première fois, se souvient Robert Normandeau. Les gens de l’OSM, même s’ils ne sont pas des adeptes de l’acousmatique, travaillent dans la musique et sont plus familiers avec cette démarche. Mais les gens de la STM? Je leur ai présenté deux versions une avec des images et une sans. À ma grande surprise, ils m’ont dit d’abandonner les images parce que la musique portait l’histoire en elle-même.»

Il faut dire que Normandeau s’est spécialisé dans ce qu’on appelle le «cinéma pour l’oreille», au sens où l’on trouve une véritable trame narrative dans ses œuvres. «C’est de la musique électroacoustique qui raconte une histoire, précise Robert Normandeau. Pour l’auditeur il s’agit d’une pièce très référentielle: presque tous les gens qui sont passés par Montréal vont reconnaître les sons. Et puis c’est comme un parcours, un voyage…»

Parlant de références, on entendra bien sûr ces trois petites notes si caractéristiques qui marquent le départ de chaque rame. Ce qui est fascinant, c’est que cette petite musique est un sous-produit purement accidentel du fonctionnement du système électrique des rames. Un mécanisme appelé «hacheur» alimente les rails en «paliers» successifs plutôt que d’envoyer des centaines de volts d’un seul coup. C’est ce processus qui crée le dou-dou-douuu (pour une explication plus technique, consultez cet article: http://www.logiquefloue.ca/metro/articles/hacheur-de-courant/). Difficile de trouver un meilleur exemple de musique concrète!

Contrairement à un trajet normal à l’heure de pointe, le voyage dans le Tunnel azur se fera en première classe, puisqu’il s’agira du premier concert électroacoustique donné à la Maison symphonique. Normandeau sera d’ailleurs le premier à utiliser les haut-parleurs de la salle, dont certains dormaient encore dans des cartons jusqu’à tout récemment. Présentée les 20, 22 et 23 octobre 2016, en complément de pièces de Schumann, de Strauss et de la création de José Evangelista, l’œuvre sera aussi rattachée au festival Akousma, qui se tient en même temps.

Audacieux, car c’est probablement la première fois qu’un orchestre commande à un compositeur une œuvre… qu’il ne pourra pas jouer.

Autres textes

Le Devoir, The WholeNote no 7:2

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.