La boutique électroacoustique

Artistes Åke Parmerud

Åke Parmerud fait carrière dans la musique contemporaine et les arts multimédias depuis la fin des années 70. Bien qu’il ait d’abord reçu une formation de photographe (1972-74), il a étudié ensuite la musique à l’université puis au conservatoire de Göteborg (Suède). Son œuvre, constituée surtout de musiques électroacoustiques et instrumentales, comporte aussi un vaste échantillon de musiques expérimentales modernes liées aux domaines de la danse, du cinéma, de l’art interactif, du multimédia, du théâtre et de la vidéo.

La musique d’Åke Parmerud a été célébrée maintes fois depuis que Proximities a remporté un premier prix au 5e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1978). Ses œuvres lui ont valu 17 prix internationaux et 3 grands prix suédois. Il a représenté la radio nationale suédoise au Prix Italia à deux reprises.

Ses œuvres multimédias The Fire Inside, The Living Room et Lost Angel ont été présentées à Berlin (Allemagne), Göteborg (Suède), León (Espagne), Mexico (Mexique), Paris (France) et Reykjavik (Islande).

Il reçoit fréquemment des commandes de grandes institutions internationales et ses œuvres sont largement diffusées à travers le monde. Sa pièce Grains of Voices a reçu sa création au siège social de l’ONU à New York (NY, ÉU), en 1997, à l’occasion de la Journée des Nations unies. Sa musique est parue sur de nombreux disques et compilations; il a remporté deux fois le prix suédois de l’album de musique classique de l’année.

À la fin des années 80, il s’est allié au compositeur Anders Blomqvist; leurs concerts (ponctués de feux d’artifice) ont connu un grand succès à travers l’Europe pendant près d’une dizaine d’années. Åke Parmerud se produit aussi en concert électroacoustique, souvent en solo, jouant de divers instruments interactifs, en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

Ces dix dernières années, Åke Parmerud s’est attelé à la conception de sons et de logiciens novateurs pour des installations audiovisuelles interactives, en Suède et dans plusieurs collaborations internationales. De 1999 à 2006, il a travaillé étroitement avec Boxiganga (Danemark) à la conception de solutions interactives en concert. En 2000, 2001 et 2002, il s’est associé, à titre de compositeur, concepteur sonore et concepteur logiciel, au chorégraphe québécois Pierre-Paul Savoie. Enfin, avec Olle Niklasson, il a fondé la société AudioTechture qui se spécialise en conception acoustique intérieure pour divers environnements allant de la maison privée à l’espace public.

Il a été admis à la Kungliga Musikaliska Akademien (Académie royale suédoise de musique) en 1998.

[traduction française: François Couture, iv-15]

Åke Parmerud

Lidköping (Suède), 1953

Résidence: Göteborg (Suède)

  • Compositeur

Sur le web

Åke Parmerud, photo: Kari Janzén, Göteborg (Suède), 2011
  • Le 11 février 2015 Musiques & Recherches présente le concert Créations M&R + Carte blanche à Åke Parmerud à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Au programme des créations de Elizabeth Anderson, Katharina Klement, Annette Vande Gorne, I…

    vendredi 6 février 2015 / En concert

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 16137 / 2016
empreintes DIGITALes / IMED 15132 / 2015
empreintes DIGITALes / IMED 0367 / 2003
Phono Suecia / PSCD 72 / 1994

Apparitions

empreintes DIGITALes / IMED 0898 / 2008
Artistes divers
Artistes divers
Artistes divers
Musiques & Recherches / MR 2000 / 2000
Artistes divers
empreintes DIGITALes / IMED 9837 / 1998

Compléments

Artistes divers
Taukay / TAUKAY 136 / 2010
  • Hors-catalogue
Artistes divers
productions indépendantes / EMH 2009 / 2009
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Fylkingen / FYCD 1014 / 2005
  • Hors-catalogue
dB Productions / DB 87 / 2004
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 2781115-17 / 2003
  • Hors-catalogue
BIS / BISNL 5019 / 2002
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Teatro Massimo / FTM 002 / 2001
  • Hors-catalogue
Albedo / ALBCD 008 / 1997
  • Hors-catalogue
Caprice Records / CAP 21517 / 1997
  • Hors-catalogue
Caprice Records / CAP 21579 / 1996
  • Hors-catalogue
Centaur Records / CRC 2284 / 1996
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Phono Suecia / PSCD 91 / 1996
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Hors-catalogue
Artistes divers
ICMC / ICMC 94 / 1994
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278058-59 / 1994
  • Hors-catalogue
Artistes divers
  • Épuisé
Caprice Records / CAP 1320 / 1987
  • Épuisé
Ton Art / TONART 17 / 1984
  • Épuisé
Fylkingen / FYLP 1026 / 1982
  • Épuisé
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278046-47 /
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278053-54 /
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278076-77 /
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 278079-1 /
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Mnémosyne musique média / LDC 2781133-34 /
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Åke Parmerud: L’électroacoustique en interaction

Laurent Diouf, MCD — Musiques & cultures digitales, no HS02, mercredi 1 avril 2009

Lauréat de nombreux prix, Åke Parmerud mène depuis 1978 une carrière internationale de compositeur. Après une formation en photographie, il a étudié la musique à l’université et au conservatoire de Göteborg, en Suède, où il enseigne aujourd’hui. Son œuvre prolifique, plus de cinquante opus, inclut électroacoustique sur support, poésie sonore, musiques instrumentale, mixte, interactive, multimédia, installation, musiques de scène et pour la danse. Un champ d’action qui fait de lui l’autre lauréat du Qwartz Pierre Schaeffer…

Annette Vande Gorne écrit:

Åke Parmerud réussit une rare synthèse entre la pensée énergétique et morphologique de tradition schaefférienne (Les objets obscurs, 1991, studio du GRM), et la relation au passé stylistique de la musique européenne (Gesualdo da Venosa, Dowland, Alias, 1990), et du jazz (Charlie Parker, Retur, pour quatuor de saxophones et bande, 1992-93), ou à ses instruments (le quatuor à cordes Stringquartett, 1988, la harpe Strings & Shadows, 1993, le synthé analogique et les instruments du XVIème siècle Renaissance, 1994, la flûte avec Les flûtes en feu, 1999, l’orchestre de chambre Rituals, 2006), et encore le clavecin, la guitare, les percussions, l’orchestre symphonique…

Mais, les œuvres de Åke Parmerud sont sous-tendues par un projet expressif plus large. Grains of Voices (1994-95), est à la fois un travail de traitement radical de la voix, par étirement et granulation, ou non, et une œuvre symbolique, créée dans l’auditorium de l’ONU, qui reflète à travers toutes les catégories d’âges, de cultures et d’émissions vocales l’unité d’un monde complexe où ethnies, cultures et idiomes se fondent dans une nouvelle forme, dans une grande pièce sauvage et libre de graffiti vocaux. Autre exemple, le jeu d’échec et ses stratégies devient un modèle de comportement pour Parmerud, dont les pièces sont objets sonores, phrases et structures (Jeux imaginaires, 1993), ou encore le compositeur en studio comme alchimiste des sons (Les flûtes en feu).

Le monde invisible, celui de la musique, et visible, celui de l’image l’interpellent. Depuis la fin des années 90, il multiplie les œuvres multimédia (The Heart of Silence, 1997-988 pour chœur, bande, photo et danse, Bows, Arcs and The Arrow of Time, 2004 pour orchestre à cordes, ordinateur et vidéo), les installations (L’espace qui vous regarde, 2001), les musiques pour chorégraphie (Strata: mémoires d’un amoureux, 2001), les systèmes interactifs ou de traitement en direct (Tide In, 2001, Zeit aus Zeit (The Stockhausen Variations), 2001-02. Rituals, 2006)…

Åke Parmerud:

«Mon intérêt pour la danse contemporaine provient de Fylkingen (une sorte d’atelier underground dédié à la musique électronique, la danse et le multimédia), à Stockholm, où j’allais voir des performances. J’ai réalisé mon premier vrai travail de scène en 1980, avec 3 danseurs, un fakir, 15 écrans de projections et une installation quadriphonie. Cela s’appelait [Floden av Glas, 1978-81], on l’a joué seulement 10 fois en tout.

Ce n’est qu’avec le développement des possibilités de vidéo interactive en temps réel, à la fin des années 90, qu’il est vraiment devenu intéressant de faire des installations de ce genre.

J’ai travaillé pendant quelques années avec deux artistes/performeurs danois. Cette collaboration m’a beaucoup appris sur la manière de penser, de concevoir une interactivité qui fasse sens à la fois en termes artistique et psychologique… Pour ma première installation audio/vidéo interactive, The Fire Inside en 2000, j’ai reçu un prix de l’ICMC [International Computer Music Conference]. Le public pouvait se déplacer autour d’un feu, un peu à la manière d’un jeu vidéo. Une autre installation, Lost Angel (2004), a rencontré un certain succès international. Là, le public était invité à danser avec sa propre image-miroir qui se transformait en ange au fur et à mesure des mouvements.»

Un champ d’action qui fait de lui [un] lauréat du Qwartz Pierre Schaeffer…

Interview

Fredrik Emmerfors, Nutida Musik, no 2008:3, lundi 1 décembre 2008

Itinéraire en Europe du Nord

François Couture, electrocd.com, lundi 9 février 2004

Voici une piste d’écoute sans prétention, une invitation au voyage; pas un tour guidé, mais plutôt un itinéraire, un peu comme les récits de voyages de l’ère romantique. Ce sera donc un itinéraire d’écoute, une invitation à découvrir une sélection hautement subjective de compositeurs d’un coin du globe. Notre destination: l’Europe du Nord.

La France règne en reine despotique sur la musique électroacoustique européenne. L’influence persistante de l’œuvre de Pierre Schaeffer, plus de cinquante ans après l’invention de ce qu’il a baptisé la musique concrète, et la force d’attraction qu’exerce l’Ina-GRM ont tendance à occulter aux yeux du monde le travail qui se fait ailleurs en Europe.

Alors partons d’une voisine de la France, la Belgique. Celle-ci doit en grande partie sa vie électroacoustique à Annette Vande Gorne, animatrice infatigable du centre Musiques & Recherches. Sa musique fait preuve d’une rare sérénité dans le domaine des musiques pour bande. Tao, un cycle sur les cinq éléments primitifs (l’air, la terre, le métal, le feu et l’eau), demeure un classique du genre. La compositrice y épuise les transformations possibles des sons associés à ces éléments avec une maîtrise et une poésie peu communes. Élève de Vande Gorne, Stephan Dunkelman partage sa grâce, une grâce qu’il transmute en mouvement. Souvent issues de collaborations avec des chorégraphes, ses œuvres sont mues par une force intérieure qui oppose à la charge philosophique (quasi mystique, en fait) de Vande Gorne la sensualité du geste. Ses pièces Rituellipses et Thru, Above and Between, parues sur le disque Rhizomes, méritent une attention particulière.

Une courte traversée de la Mer du Nord et nous voilà en Angleterre. Nous nous dirigeons sur Birmingham, un important pôle créatif en musique électroacoustique, grâce au travail du compositeur Jonty Harrsison et de son Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (ou BEAST), un espace de diffusion et d’expérimentation qui nous a donné plusieurs compositeurs de talents. Harrison est un incontournable. Sa pièce Klang (parue sur Évidence matérielle) figure parmi les œuvres électroacoustiques les plus connues des 25 dernières années. La clarté architecturale de ses œuvres et sa façon distinctive de comprimer les sons en jets d’énergie le placent au même niveau que les Henry, Dhomont et Bernard Parmegiani de ce monde. On retrouve sa manière de faire chez l’un de ses élèves, Adrian Moore, en particulier dans son intérêt pour les sources sonores simples (un marqueur sur un tableau blanc, une feuille de papier aluminium) exploitées à travers des transformations complexes. Sieve, parue sur le disque Traces, utilise un ludisme accrocheur pour rendre ce processus transformatif transparent.

Denis Smalley est d’origine néo-zélandaise, mais il réside au Royaume-Uni depuis le milieu des années 70. Sa contribution au corpus acousmatique et au concept de diffusion sonore en fait non seulement le contemporain mais en quelque sorte l’acolyte de Harrison. Les deux compositeurs partagent d’ailleurs un même souci de la forme, un même intérêt dans le déplacement dans l’espace-temps de corps sonores abstraits. Wind Chimes (sur Impacts intérieurs) et Base Metals (sur Sources/Scènes) illustrent bien cette beauté un peu froide mais fascinante. L’un de ses élèves, John Young (un autre Néo-zélandais qui a étudié et enseigne maintenant en Angleterre), utilise une approche similaire tout en remplaçant les sources sonores élémentaires (c’est-à-dire issues des éléments et donc en quelque sorte philosophiques) par des images aux évocations plus chargées. Les pièces de son premier album, La limite du bruit, présentent à l’auditeur plusieurs occasions de replonger dans ses souvenirs au son d’une balançoire qui grince ou d’une porte qui craque (comme autant de madeleines dans les tasses de thé de Proust). Time, Motion and Memory constitue un morceau de choix.

L’électroacoustique scandinave demeure encore trop peu connue chez nous, mais le catalogue d’empreintes DIGITALes nous permet d’y faire un court arrêt pour compléter ce périple. Natasha Barrett a étudié avec Harrison et Smalley et a fait partie du BEAST, mais depuis 1998 elle habite la Norvège. Là, elle a su s’écarter du style de ses maîtres à penser et se laisser imprégner du climat nordique. Ses Three Fictions, parues sur Isostasie, méritent plusieurs écoutes. Enfin, terminons cette piste d’écoute avec l’un des phares de la musique électroacoustique d’aujourd’hui, le Suédois Åke Parmerud, dont la pièce Renaissance (parue sur Jeu d’ombres) redonne au synthétiseur analogique ses lettres de noblesse sans tomber dans la nostalgie.