Laurie Radford Autres articles écrits

La presse en parle

Compte rendu

Laurie Radford, Contact!, no 4:4, 1 avril 1991

Le tout dernier de cette étiquette, Action/Réaction, s’ajoute à son catalogue grandissant d’enregistrements électroacoustiques. Ce disque est une collection des œuvres de Daniel Scheidt. Réalisées au cours des cinq dernières années, ces œuvres servent d’introduction au travail fascinant du compositeur avec les systèmes interactifs. Un des aspects les plus importants de ce disque est la participation de cinq interprètes remarquables qui ont travaillé avec Scheidt durant le développement de ses logiciels de composition. L’auditeur est initié aux multiples aspects de cette musique mis en évidence par l’approche individuelle de chaque interprète, fait qui ne peut que favoriser cette manière de composer et augmenter la valeur de ce disque.

Action/Réaction débute avec Obeying the Laws of Physics (1987), une des premières œuvres interactives du compositeur et qui a été exécutée de nombreuses fois par le percussionniste Trevor Tureski. Une part de risque qui faisait partie de l’exécution de cette œuvre semble avoir été remplacée par une interaction plus fine: entre les moments d’activité acharnée, chaque son a le temps d’apparaître, de s’exprimer avant de disparaître à nouveau. Il est cependant difficile de faire la part des sons qui sont provoqués par l’instrument de Tureski et de ceux qui proviennent de l’ordinateur, générés en réponse. Cette incertitude qui agrémente la présentation en concert de cette œuvre se transforme dans l’enregistrement en une certaine ambiguïté. (Il y a là peut-être un rapprochement visuel à faire entre l’enregistrement d’œuvres interactives et le tournage de la danse). Il faut noter que ce disque nous présente différentes exécutions des œuvres de Scheidt. La flexibilité de ce langage, du point de départ algorithmique en passant par les formes changeantes qui naîssent chaque fois qu’intervient un interprète différent est un aspect de ce compositeur qui fait la force de ses œuvres. A Digital Eclogue (1986) représente le début des explorations interactives de Scheidt. Il est tout à fait normal que cet enregistrement de 1986 se retrouve dans cette collection récente, ne serait-ce que pour son côté improvisateur et le subtil échange entre l’exécutant et l’ordinateur. Stories Told (1989) est une des ’uvres majeures de ce disque. La soprano Catherine Lewis tisse une fascinante série d’«histoires» grâce à un langage inventé par Robin Dawes. Qu’il s’agisse de son aria en suspens au centre de l’’uvre, de la robustesse du début et de l’avant-dernière section ou de sa finale songeuse, cette pièce réussit à examiner notre capacité de donner un sens à une suite d’inflexions syntactiques et de nuances qui sont accompagnées de timbres attirants. (Les textes de ces histoires font partie du livret et ne peuvent qu’augmenter l’intérêt de cette ’uvre). Le tromboniste George Lewis nous fait traverser le monde de Norm ’n George (1990) faisant preuve d’un grand vocabulaire d’improvisations. George Lewis est aussi renommé pour sa maîtrise des techniques d’extensions de l’instrument, masquant ses origines acoustiques et créant dans le contexte de cette ’uvre un mélange timbral et gestuel avec les réponses du système. Dans Squeeze (1990), Daniel Scheidt fait appel au joueur de clarinette basse Lori Freedman et, avec le même programme que dans la pièce précédente, réussit à explorer d’autres dimensions. La clarinette et l’ordinateur sont ressérrés de note en note d’une manière presqu’ imperceptible, créant de doux «clusters» qui vibrent en ascension dans des gestes qui se terminent avec d’élégants glissandi opposés.

On reconnaît dans la présentation d’Action/Réaction, dans les textes d’appui français/anglais qui sont aussi attirants que pertinents, un souci de qualité qui fait la réputation de l’étiquette empreintes DIGITALes.

Compte rendu

Laurie Radford, Contact!, no 4:4, 1 avril 1991

Cette rétrospective des œuvres de Paul Dolden est la première parution de la compagnie TRONIA DISC, nouvelle compagnie sur la scène indépendante canadienne et dont le mandat est de «produire des disques lasers d’électroacoustique et d’œuvres textes/sons». The Threshold of Deafening Silence présente quatre œuvres majeures du compositeur, œuvres datant des années 1983-89. On retrouve dans le livret qui accompagne le disque un texte de présentation qui résume bien la conviction et l’intégrité dont fait preuve le compositeur dans sa démarche. Pour l’auditeur, cette musique est engageante. On est immédiatement séduit par des sons qui sont propulsés avec vigueur dans ses œuvres où dominent l’organisation de la composition et les formes bien définies. La ressemblance des sons augmente l’intérêt de l’auditeur et cela malgré les nombreuses superpositions, juxtapositions et manipulations rhytmiques auxquelles se livre l’auteur. À la manière d’un alchimiste, Dolden explore les différents aspects du médium, des matériaux qu’il utilise et la façon dont ses éléments sonores sont fusionnés ou mis à nu pour ensuite renaître transformés.

L’œuvre la plus récente de ce recueil, Below The Walls of Jericho (1988-89) démontre bien le but de la démarche artistique du compositeur. Plus de 400 pistes d’enregistrements d’instruments sont mélangées afin de créer un mur massif de sons qui laisse échapper pendant de courts instants une pluie de notes, pour ensuite repartir dans une accumulation incessante de force et de vitesse qui prend fin dans l’épuisement. La force et la vigueur séduisante des timbres, l’échange rhytmique des masses fragmentées, ainsi que l’évolution organique de la structure de cette œuvre font de son écoute une expérience imposante. Autant dans cette œuvre que dans In the Natural Doorway I Crouch (1986-87) on retrouve une qualité moyenâgeuse dans les gestes et les sons, qualité qui vient probablement de l’utilisation prédominante des instruments à vent et à anche comme sources sonores. Le compositeur utilise aussi d’une manière approfondie les instruments à cordes comme sources sonores, dans un système de juste intonation qui lui est propre. Le mariage des timbres d’instruments à vent et à cordes avec des timbres d’un caractère rhythmique rarement associé avec ces derniers donne à cette œuvre un profil rythmique inouï. Dans une atmosphère se rapprochant de la musique industrielle, Caught in an Octagon of Unaccustomed Light (1987-88) rappelle l’image d’un percussionniste tournoyant avec masse en main le long d’un gouffre sans fond meublé de cymbales et de gongs! L’œuvre n’est pas sans zigzags, le compositeur ayant fait des choix minutieux, plaçant chaque timbre dans une strate rhytmique et spatiale distincte. Il y a moins de superpositions de timbres et plus de travail de recherche des possibilités inhérentes à une stucture complexe de timbres et de rythmes. L’œuvre The Melting Voice Through Mazes Running (1983-84), la plus vieille des pièces de ce disque, se distingue des autres par le fait qu’elle a été réalisée à l’aide du système informatique POD de l’université Simon Fraser (les autres œuvres ont été réalisées principalement dans le studio de l’auteur). Malgé cela, l’attention dont le compositeur fait preuve dans l’intégration des matériaux et des structures, ainsi que son obsession de l’évolution rhythmique et la complexité au niveau micro et macro sont évidents dès le début de l’œuvre et la rapproche des pièces précédentes.

Le titre de ce disque (Au seuil du silence assourdissant) fait sans doute référence au niveau sonore habituel de la diffusion de ces œuvres en concert. Il fait aussi peut être référence aux nombreuses îles de silence qui parsèment les eaux musicales de Dolden, îles qui nous offrent un moment de répit, le temps de prendre conscience des dimensions de son monde sonore avant d’être entraîné de nouveau sous des vagues écumantes.

… quatre œuvres majeures du compositeur…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.