Artistes Adam Stanović

Adam Stanović (né Stansbie) compose de la musique électronique depuis vingt ans. Ses premières expériences sur magnétophones et lecteur minidisque quatre pistes le poussent à étudier la musique et la technologie au Leeds College of Music (Angleterre, RU) et à la University of Leeds (Angleterre, RU), où Dale Jonathan Perkins l’initie à la musique informatisée. Pendant cette période, ses œuvres musicales commencent à être présentées à l’échelle internationale. Il obtient son diplôme avec un prix d’excellence universitaire. Ensuite, il se lance dans des études doctorales à la City University London (Angleterre, RU), où il se consacre à l’acousmatique sous la direction et l’encadrement de Denis Smalley.

De nos jours, Adam Stanović continue de recourir aux sons fixés, mais sa musique n’est plus purement acousmatique; on y trouve aussi des instruments, des électroniques, des films et de l’animation. Dans tous ces cas, il s’intéresse aux relations entre hauteur et bruit, mais le vrai point central de son œuvre se situe dans une fascination infléchissable pour la forme musicale.

À ce jour, cette fascination lui a permis de remporter prix, résidences et mentions aux concours suivants: Bourges (France); Métamorphoses (Belgique); Destellos (Argentine); Contemporanea (Italie); SYNC (Russie); Música Viva (Portugal); Musica Nova (République tchèque); et KEAR (ÉU).

Il a composé dans des studios du monde entier, dont ceux de l’IMEB (France), de Musiques & Recherches (Belgique), du VICC (Suède); de l’EMS (Suède), du Leeds College of Music (RU); du CMMAS (Mexique), de la Holst House (RU), de Mise-En_Place Bushwick (ÉU), de la Bowling Green State University (ÉU) et du Sydney Conservatorium of Music (Australie).

La musique d’Adam Stanović a été présentée dans plus de 400 festivals et concerts à travers le monde, dont plusieurs programmes consacrés uniquement à sa musique. En outre, on l’invite régulièrement à donner des conférences dans les meilleurs conservatoires et universités de la planète. Ses présentations, comme ses articles et chapitres dans les publications spécialisées, portent sur les méthodes de composition et des préoccupations d’ordre esthétique, les approches analytiques appliquées à la musique électronique, la nature de l’interprétation et de l’authenticité dans la performance, la nature de la musique numérisée, ainsi que des réflexions sur les nombreuses questions philosophiques que semble soulever la musique électronique.

En 2016, Adam Stanović devient, avec James Andean, cofondateur du British ElectroAcoustic Network (BEAN), qui souhaite présenter la musique électroacoustique britannique à l’étranger. Le réseau s’affilie bientôt à la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME). De 2015 à 2018, il a été rédacteur en chef de l’International Journal of Arts, Humanities and Social Sciences (IJAHSS). En ce moment, il est administrateur au Composer’s Desktop Project (CDP). Il a enseigné dans plusieurs institutions et est actuellement maître de conférences à la University of Sheffield (Angleterre, RU), où il dirige les programmes de maîtrise en composition et en arts sonores, en plus de superviser plusieurs doctorants.

[traduction française: François Couture, viii-18]

Adam Stanović

[Adam Stansbie]

Leeds (Angleterre, RU), 1981

Résidence: Sheffield (Angleterre, RU)

  • Compositeur

Sur le web

Adam Stanović, photo: Bea Borgers, Ohain (Belgique), 24 octobre 2018
Adam Stanović, photo: Bea Borgers, Ohain (Belgique), 24 octobre 2018
  • Jean-François Denis, Adam Stanović, photo: Alejandro Albornoz, Sheffield (Angleterre, RU), 3 novembre 2018
  • Adam Stanović, photo: Inja Stanović, Sheffield (Angleterre, RU), 13 juin 2018

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 18153, IMED 18153_NUM / 2018

Apparitions

Artistes divers
Artistes divers
Musiques & Recherches / MR 2006 / 2007

Compléments

Sargasso / SCD 28066 / 2012
  • Hors-catalogue
Artistes divers
Taukay / TAUKAY 136 / 2010
  • Hors-catalogue
Artistes divers
ELEK 03
  • Hors-catalogue

Publications web

Musiques & Recherches / LIEN 2011pdf / 2011
  • Disponible

Folio

empreintes DIGITALes / IMED 18153, IMED 18153_NUM / 2018

La presse en parle

  • Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016
    Michel Chion; Pita; Adam Stanović; Antwood; Richard Chartier; Francis Dhomont

Akousma

Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016

Michel Chion, Troisième symphonie, l’audio-divisuelle

À l’Usine C le 19 octobre, 18h

Le compositeur français qualifie sa troisième symphonie d’œuvre «audio-visuelle». Il s’applique à y faire s’entrechoquer sons et images de différentes manières. Cette œuvre a pour objet de «célébrer la vie sans aucune référence religieuse» et d’évoquer la mort «plus solaire que pluvieuse». De plus, Michel Chion dit avoir eu recours aux principes musicaux de la composition pour monter les images et les faire interagir avec les sons.

Pita, Get In

À l’Usine C le 19 octobre, 20h

Pita est le pseudonyme du fondateur des Éditions Mego, Peter Rehberg. Londonien transplanté à Vienne, ce vétéran de la scène électro s’inspire du bruitisme, de l’ambient, de l’industriel, du drone, de la techno, mais aussi des premières vagues électroacoustiques. Pita a enregistré une douzaine d’albums au cours des deux dernières décennies. C’est un habitué des plus grands festivals électro: Sónar, All Tomorrow’s Parties, CTM Berlin, Donaufestival. Il a reçu le prix Ars Electronica en 1999. Get In, qui sera présentée à Montréal, suit les œuvres Get Out (1999) et Get Off (2004). De la suite dans les idées… au cœur du son.

Adam Stanović, Escapade et Mettallurgic

À l’Usine C le 20 octobre, 20h

Directeur du programme de maîtrise en art sonore de l’Université de Sheffield, Adam Stanović se spécialise dans la composition d’œuvres électroacoustiques de type acousmatique. On a pu entendre ses œuvres dans quelque 500 festivals et concerts à travers le monde. Escapade se veut un assemblage inédit de micro-fragments de musiques orchestrales. Quant à Mettallurgic, elle met en scène l’exploration sonore d’un morceau de métal via la résonance, la percussion et autres manipulations physiques de l’objet, et aussi via le traitement électronique de ces manipulations.

Antwood, Pièces de l’album Virtuous.scr

À l’Usine C le 21 octobre, 20h

Antwood est le pseudonyme de Tristan Douglas, artiste canadien endossé par les labels Cocobass et B.YRSLF Division (sous le pseudo et jeu de mots Margaret Antwood). Il jouera à Akousma les versions alternatives de pièces tirées de son plus récent album, Virtuous.scr. L’idée de cet album se fonde sur la question suivante: l’intelligence artificielle peut-elle respecter un code d’éthique qui lui est propre si elle connaît un éveil «émotionnel»? Autour de cette thématique, la musique expérimentale investit les codes de la musique populaire se déployant dans un environnement électronique.

Richard Chartier, Recurrence / Retracing

À l’Usine C le 22 octobre, 20 h

Actif depuis la fin des années 90, le Californien Richard Chartier s’est taillé une réputation dans les sous-tendances néo-moderne et micro-son de l’art sonore. Sa musique et ses installations ont été présentées en Europe, en Asie, en Océanie comme en Amérique du Nord. En 2000, il a fondé le label Line et assumé la direction artistique de nombreuses installations sonores. Son approche se veut autoréflexive: sa musique minimaliste explore l’espace sonore tout entier à travers les différentes caractéristiques de la relation entre émetteur et récepteur d’une œuvre: l’écoute, la perception, l’attention, le silence, etc.

Francis Dhomont, Cycle des profondeurs I, II e III

Au Conservatoire de musique de Montréal les 20, 21 et 22 octobre, 17h45

Parmi les pionniers vivants de l’électroacoustique, Francis Dhomont a amorcé un très long cycle de création à la fin des années 40. Il a passé une large part de sa vie professionnelle entre la France et le Québec. Nombre d’œuvres importantes du répertoire lui sont attribuées, dont les trois volets de ce Cycle des profondeurs, présentés en autant de jours. Sous le regard d’un soleil noir (1979-1981) relate un naufrage intérieur, inspiré des écrits du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Forêt profonde (1994-1996) est un mélodrame acousmatique d’après un essai de Bruno Bettelheim. Le cri du Choucas (2014-2015) évoque l’approche psychanalytique de Marthe Robert.

Michel Chion; Pita; Adam Stanović; Antwood; Richard Chartier; Francis Dhomont

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.