Artistes Alain Thibault

Alain Thibault est né en 1956 à Québec. Sa musique a été présentée au Canada et à l’étranger, notamment par la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) à Montréal, par New Music Concerts, à Toronto, au Digicon ’85, 2e congrès d’art et de créativité par ordinateur, à Vancouver (Canada), au Festival international de musique expérimentale de Bourges, Synthèse (France) et à Tokyo (Japon). En 1982, il est lauréat de la catégorie électroacoustique du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada avec Sonergie. En 1986, il remporte le prix du Sound Page Competition, un concours organisé par le magazine américain Keyboard pour sa pièce God’s Greatest Gift réalisée au synthétiseur Fairlight. Dans le domaine du multimédia, il a collaboré avec différents artistes visuels à la production de plusieurs pièces: Déca-danse, ELVIS (Électro-lux, vertige illimité synthétique) et OUT. Il participe régulièrement à la production de performances, pièces de théâtre et concerts en tant que compositeur et synthétiste. Alain Thibault est membre fondateur de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC). Il a étudié la composition à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et y a enseigné les techniques électroacoustiques de 1984 à 88.

[iv-90]

Alain Thibault

Québec (Québec), 1956

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

Sur le web

Alain Thibault, photo: Jean-Marc Corbeil
Alain Thibault, photo: Jean-Marc Corbeil
  • Alain Thibault, photo: Brigitte Henry, 1999
  • Tournée de concerts «Traces électro Canada 91». Au Banff Centre for the Arts. De gauche à droite et de haut en bas: Trevor Tureski, Robert Normandeau, Daniel Scheidt, Claude Schryer, Catherine Lewis, Jean-François Denis, Jacques Drouin, Pauline Vaillancourt, Alain Thibault. [Une tournée de 9 concerts à Vancouver, Banff, Edmonton, Winnipeg, Toronto, Montréal et Québec a eu lieu du 22 février au 9 mars 1991. Cette tournée a regroupé les compositeurs montréalais Jean-François Denis, Robert Normandeau, Claude Schryer et Alain Thibault, et Daniel Scheidt de Vancouver. Les interprètes qui se sont greffés à ces premiers sont Jacques Drouin et Pauline Vaillancourt de Montréal, Trevor Tureski de Toronto et Catherine Lewis de Victoria. «Traces électro Canada 91» a reçu l’aide financière de l’Office des tournées du Conseil des arts du Canada, du ministère des Affaires culturelles du Québec, de la Commission permanente de coopération Québec-Ontario et de la Commission permanente de coopération Ontario-Québec.], Banff (Alberta, Canada), mars 1991

Œuvres choisies

Parutions principales

SONARt / IMSO 9202 / 1992
empreintes DIGITALes / IMED 9003, IMED 9003_NUM / 1990

Apparitions

Compléments

Artistes divers
McGill Records / MR 2001-01-2 / 2001
  • Hors-catalogue

La presse en parle

The Impossible Orchestra

Andrew Jones, Montreal Mirror, 3 mai 1990

Think of the fun Mozart would have had with a harpsichord retrofitted with MIDI ports. The musical instrument digital interface, with which one can score, arrange, and play any number of instruments from a lone trigger instrument — keyboard, drums, guitar — would have freed Mozart’s lightning-fast mind to compose works that would make complex and brilliant operas like Cosi Fan Tutte seem like child’s play.

Today, MIDI has become an inexpensive way to get an impossible orchestra sound from just a single instrument. Just ask Alain Thibault. A founding member of the Canadian Electroacoustic Community, the 34-year old Montréaler composes with a Macintosh mouse and music software rather than quill and quire. Thibault, who taught electroacoustic music at Université de Montréal for four years in the late ‘80s, has heard his music performed by the SMCQ, the Nouvelle Ensemble Moderne, Synthèse in France, and New Music Concerts in Toronto.

“While the syntesizers are programmed to play sounds which are familiar to orchestral ears — a harpsichord or a trumpet — the articulation is something that we couldn’t accomplish with real musicians,” says Thibault of his 1989 work Concerto a For MIDI Piano, which pits pianist Jacques Drouin against a MIDI-fied orchestra that he can control with his 88 keys.

“The advantage for Jacques is that he has the touch and feel of a real piano, and he can control an entire orchestra in real time. He doesn’t play against or inside the computer, it’s more like a dialogue between them.

“But it’s not like performing with other musicians. When you perform a concerto with a symphonic orchestra, the conductor will adjust for individual tempos. Because the orchestra was generated with a computer, the tempo is unbelievably rigid. If you miss, you’re finished.”

Concerto For MIDI Piano appears on Thibault’s new recording, Volt, the third compact disc to be released on the empreintes DIGITALes label, which has been offering recordings of consistently high quality by local composers working in the champs magnetiques of electroacoustic music.

The first release, Christian Calon’s Ligne de Vie: Récits Électriques (Lifeline: Electric Stories) are gossamer sound sculptures with silence as perhaps the most important element. Although Calon thanks Bataille, Joyce, Baudelaire, and Artaud, the corruscating prose hallucinations of those famous literary pioneers are merely the inspiration for dreamy and terrifying sonic landscapes that sound like a possessed version of Brian Eno’s ambient series.

Robert Normandeau’s Lieux inouïs, (Unheard-of-Places), on the other hand, combines the playfulness of Carl Stone and the layered sound of Zoviet France. His brilliant Jeu begins with a chant that’s split, phased, and processed until it’s completely unrecognizable. Thematically working with metaphors of game and chance, Normandeau takes pure sounds, shifting and shaping them until a juke box resembles a shower of cobalt, and wobbly fragments of sound trigger deep memories.

Thibault parts company with his label mates is in his dynamic sensibility. While many electroacoustic composers steep their work in overlapping ambience and extended atmospheres, Thibault is more interested in rhythm, something he gotfrom growing up with the devil’s music, rock’n’roll. It’s no mistake that Concerto For MIDI Piano sounds like a cyberpunk Prokofiev.

“I come from the electroacoustic boom of the ‘70s,” explains Thibault. “I was interested in the richness of the sounds I could get from tapes and synthesizers. The aesthetic at the time was to not use any parameters familiar to instrumental music, like notes or rhythm. But in the ‘80s I broke away from that, and went back to notes and rhythms. Rhythm is the most important parameter for me. I need rhythm, the propulsion of time.”

Thibault’s rhythmic arsenal is best heard in two multi-media works also found on Volt. E.L.V.I.S. (Electro-lux Vertige Illimité Synthétique) is a deliciously sly work that has the Montréal Saxophone Quartet exploring Timothy Leary’s headspace and finding The King in a Henry Cow groove.

OUT, a science-fiction video opera composed on the Fairlight CMI, won Keyboard’s Sound Page Competition for 1986. Taking place in the year 2084, OUT tells the story of hapless souls lost in the “psychic immigration spaces” of a world governed by a computer-generated simulacra of Ronald Reagan. “I was reading a lot of Philip K Dick books, and Reagan was still president at the time,“ confesses Thibault.

“I think Dick was one of the greatest writers in science fiction. His conception of the future was determined by the drugs he experimented with, the music he listened to, the religion and culture of the times he lived in. That’s not science fiction that’s reality.“

Volt, the third compact disc to be released on the empreintes DIGITALes label, which has been offering recordings of consistently high quality…

Alain Thibault, de Janet Jackson à Stockhausen

Alain Brunet, La Presse, 29 avril 1990

«Ça fait du bien de mettre ça à jour», lance Alain Thibault, compositeur électroacoustique. Bien qu’il n’eût pas encore endisqué depuis le début de sa carrière, son travail a toutefois été suivi par les médias. Le caractère spectaculaire et punché de ses œuvres y est pour quelque chose.

Lancé sur la nouvelle étiquette empreintes DIGITALes, le disque Volt est en quelque sorte le résumé de cette demi-décennie de création.

Disséquons rapidement. Dans la pièce E.L.V.I.S., le Quatuor de saxophones de Montréal (dont les arrangements sont signés Walter Boudreau) peut se juxtaposer à un amalgame hautement technologique. D’autre part, la soprano Pauline Vaillancourt bien connue dans les milieux institutionnels, combine ses talents vocaux à l’œuvre Le soleil et l’acier. Par ailleurs, le pianiste Jacques Drouin s’exécute dans trois mouvements d’une pièce intitulée Concerto pour piano MIDI; ce nouveau concept de liaison entre un piano de concert et des synthétiseurs sophistiqués semble très séduisant. Outre cette «bi-énergie» (humaine et technologique), des œuvres comme Volt et Out révèlent les facettes exclusivement synthétiques de Thibault. On sait qu’une portion de ces œuvres ont été crées pour des événements multimédia. Sans les images, on peut maintenant évaluer leur autonomie.

«En début de carrière, je ne jurais que par les machines. Mon souci était d’abord de faire une création avec les nouvelles technologies de studio. Maintenant, je mise aussi sur l’élément humain. Les musiciens participent à mes compositions, j’aime sentir leur présence», soutient le créateur, qui s’associe dorénavant aux instrumentistes classiques pour étoffer son travail.

Thibault a aussi collaboraé avec des créateurs en art visuel, en danse et en théâtre. Il a récemment signé des musiques pour la troupe Carbone 14.

D’entrée de jeu, le compositeur se démarquait des autres électroacousticiens, surtout par le caractère rythmique de son travail. Les références en musique pop trouvaient une niche dans une approche pourtant soutenue par les milieux institutionnels de la musique dite sérieuse.

Thibault fait partie de cette nouvelle génération de compositeurs qui n’ont aucun scrupule à mêler les enseignèments de Pierre Boulez, György Ligeti, Karlheinz Stockhausen, Frank Zappa, Jimi Hendrix, Yes ou Miles Davis. L’artiste de 32 ans apprécie même le travail compositionnel de Janet Jackson!

Alain Thibault: une passion à faire partager

Daniel Rolland, SOCAN, Le Compositeur Canadien, 1 mars 1990

Alain Thibault est venu à la musique contemporaine comme d’autres parviennent à la musique classique tonale, c’est-à-dire naturellement. Comme son tempérament l’amène à aller à contre-courant de tout, la musique d’avant-garde ou post-moderne se devait d’être pour lui un créneau d’expression fait sur mesure.

Natif de Québec, Alain Thibault commence des études en musique à l’Ecole de musique de l’Université Laval, formation qu’il complète à Montréal aux facultés de musique des universités de Montréal et McGill. S’il a eu Serge Garant comme professeur, c’est à Marcelle Deschênes qu’il doit une partie de son parcours théorique en musique électroacoustique.

En 1982, il remporte un prix dans la catégorie musique électroacoustique lors du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada pour sa pièce Sonergie. Ses œuvres ont été présentées notamment en France (Festival des musiques expérimentales de Bourges), à Montréal (concerts de la SMCQ), à Toronto (Ontario Science Centre), et à Vancouver (Conférence sur les arts par ordinateurs et sur la créativité, “Digicon’85”). Depuis 1984, il enseigne les techniques de la musique électroacoustique à la faculté de musique de l’Université de Montréal.

«À la maison, j’écoute bien sûr tout ce qui se fait en musique contemporaine mais aussi la musique pop. Pour une raison très simple, c’est que l’industrie de la musique populaire a les moyens financiers de s’accaparer tous les nouveaux instruments électroniques, et pour moi, c’est une façon de suivre l’évolution de la technologie,» de raconter le compositeur.

En février dernier, Rivage à l’abandon, une pièce composée par Thibault, fut présentée au Musée d’art contemporain de Montréal par la troupe de théâtre Carbone 14. Cette pièce, écrite par l’auteur allemand Heiner Müller, s’inscrivait dans le cadre de l’exposition Blickpunkte, événement co-produit par le Musée d’art contemporain et le Gœthe-lnstitut de Montréal. Si le pouvoir des mots a frappé, la musique cette fois a réussi tout autant.

À l’entendre parler de sa passion pour la musique contemporaine, on serait porté à croire qu’il est du genre à prôner qu’hors de celle-ci il n’y a point de salut. Au contraire, et le sourire en coin, il reconnaît qu’à côté de véritables chefs-d’œuvres voisinent des compositions carrément indigestes. «Pour aimer la musique contemporaine, dit-il, il faut le désir d’écouter des choses nouvelles. Je veux que la musique moderne m’atteigne tant au niveau physique que cérébral.» Sous cet angle, il a bien démontré au plan sonore ce qu’il veut dire. Gilles Maheu, le fondateur et la tête dirigeante de Carbone 14, a tout de suite compris que c’est l’homme qu il lui fallait après avoir entendu Le soleil et l’acier, pour soprano et bande sonore. La compréhension a été mutuelle entre eux deux, c’est que chacun est d’accord à ce que la musique au théâtre ne soit plus une chose fonctionnelle, un décor sonore mais qu’elle participe pleinement à la mise en scène.

Alain Thibault n’a pas fini de faire parler de lui. Son disque compact, dont la sortie est prévue pour fin avril sur étiquette empreintes DIGITALes, regroupe cinq de ses compositions: Le soleil et l’acier, Le Concerto pour piano MIDI, E.L.V.I.S. (en compagnie de Walter Boudreau), quatre extraits de son opéra-vidéo Out, et un extrait de God’s Greatest Gift. Il entame la création d’une pièce pour le violoncelliste Claude Lamothe, et Gilles Maheu laisse planer des associations pour le futur. La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

Alain Thibault: Music That Works Physically and Cerebrally

Daniel Rolland, SOCAN, Canadian Composer, 1 mars 1990

Alain Thibault found his niche in contemporary music as others have in traditional classical music: That is to say, in a sincere and entirely natural way. Since his temperament generally leads him in a counter-current to others, the post-modern or avant garde school of composition is, for him, a comfortable mode of expression.

Thibault, 33, completed a Master’s degree at the Université de Montréal, with further studies at the same city’s McGill University. Although his principal composition instructor was Serge Garant, he attributes most of his experience in electroacoustic music to studies with Marcelle Deschênes. Thibault, whose works have been performed here and abroad, has been teaching electroacoustic music techniques at the Université de Montréal since 1984.

“At home, I naturally listen to a great deal of contemporary concert music, but also to popular music,” says Thibault. “For a simple reason: the pop music industry has the financial means to explore new electronic instruments and for me that is a way to keep up with the evolution of technology.” In his home in downtown Montréal, he has established a private studio replete with computers and synthesizers.

Last February, Thibault composed music for Rivage à l’abandon, a stunning theater piece staged in Montréal’s Musée d’art contemporain, by the company Carbone 14, this year celebrating its tenth anniversary. A setting of a text by German author Heiner Müller, the work formed part “Blickpunkte,” an event co-produced by the Musée d’art contemporain and the Gœthe Institute in Montréal. The words exert a striking power but the music, in this case, proves equally fascinating.

Listening to Thibault speak of his passion for contemporary music might give the impression that he is blindly dedicated to the genre. On the contrary, he recognizes the existence of weaker works alongside masterpieces. “The love of contemporary music,” Thibault feels, “is satisfied by a passionate need to seek out new things. For me, contemporary music should work on a physical as well as a cerebral level.”

With that viewpoint, it seems he has demonstrated well the path he intends to follow. Gilles Maheu, founder and artistic director of Carbone 14, knew that Thibault was the appropriate composer for his project from the time he heard Le Soleil et l’acier, for soprano and tape. The understanding between the two has been mutual, with each agreeing that music for the theater shouldn’t necessarily be limited to a functional role, as background, but that it should participate fully in the overall staging.

A compact disc of music by Alain Thibault, which was scheduled for release at the end of April on the new Montréal-based label empreintes DIGITALes, includes Le Soleil et l’acier (featuring soprano Pauline Vaillancourt), Concerto pour piano MIDI, his multi-media composition E.L.V.I.S. (in collaboration with Walter Boudreau), four extracts from the video opera Out, and a portion of God’s Greatest Gift. He is now starting work on a composition for cellist Claude Lamothe and stage director Maheu. Alain Thibault makes a modest living composing conteporary music and claims that his only mission is to make his art more widely accessible.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.