Blogue

A Creating Fringe Keeps Electronic Music Alive and Compelling

Arthur Kaptainis, The Gazette, 12 mai 1990
samedi 12 mai 1990 Presse

Robert Normandeau will make a better impression on listeners who prefer (or demand) the lucidity and linearity of good non-electronic music.

Not that allusion is lacking: Ligeti-like choral clusters, church bells, trains and slot machines all make appearances in Jeu, the longest work. Yet there is real forward momentum, and the result is nomadic in the good sense.

Also impressive is Memoires vives, a 16-minute requiem of haunting echoes set in a vast cathedral space. This is serious music.

Normandeau’s aims in Rumeurs are more impudent, but even this miscellany of loon ealls, door slams, bush fires and flushing toilets manages not to bore.

The Impossible Orchestra

Andrew Jones, Montreal Mirror, 3 mai 1990
jeudi 3 mai 1990 Presse

Think of the fun Mozart would have had with a harpsichord retrofitted with MIDI ports. The musical instrument digital interface, with which one can score, arrange, and play any number of instruments from a lone trigger instrument — keyboard, drums, guitar — would have freed Mozart’s lightning-fast mind to compose works that would make complex and brilliant operas like Cosi Fan Tutte seem like child’s play.

Today, MIDI has become an inexpensive way to get an impossible orchestra sound from just a single instrument. Just ask Alain Thibault. A founding member of the Canadian Electroacoustic Community, the 34-year old Montréaler composes with a Macintosh mouse and music software rather than quill and quire. Thibault, who taught electroacoustic music at Université de Montréal for four years in the late ‘80s, has heard his music performed by the SMCQ, the Nouvelle Ensemble Moderne, Synthèse in France, and New Music Concerts in Toronto.

“While the syntesizers are programmed to play sounds which are familiar to orchestral ears — a harpsichord or a trumpet — the articulation is something that we couldn’t accomplish with real musicians,” says Thibault of his 1989 work Concerto a For MIDI Piano, which pits pianist Jacques Drouin against a MIDI-fied orchestra that he can control with his 88 keys.

“The advantage for Jacques is that he has the touch and feel of a real piano, and he can control an entire orchestra in real time. He doesn’t play against or inside the computer, it’s more like a dialogue between them.

“But it’s not like performing with other musicians. When you perform a concerto with a symphonic orchestra, the conductor will adjust for individual tempos. Because the orchestra was generated with a computer, the tempo is unbelievably rigid. If you miss, you’re finished.”

Concerto For MIDI Piano appears on Thibault’s new recording, Volt, the third compact disc to be released on the empreintes DIGITALes label, which has been offering recordings of consistently high quality by local composers working in the champs magnetiques of electroacoustic music.

The first release, Christian Calon’s Ligne de Vie: Récits Électriques (Lifeline: Electric Stories) are gossamer sound sculptures with silence as perhaps the most important element. Although Calon thanks Bataille, Joyce, Baudelaire, and Artaud, the corruscating prose hallucinations of those famous literary pioneers are merely the inspiration for dreamy and terrifying sonic landscapes that sound like a possessed version of Brian Eno’s ambient series.

Robert Normandeau’s Lieux inouïs, (Unheard-of-Places), on the other hand, combines the playfulness of Carl Stone and the layered sound of Zoviet France. His brilliant Jeu begins with a chant that’s split, phased, and processed until it’s completely unrecognizable. Thematically working with metaphors of game and chance, Normandeau takes pure sounds, shifting and shaping them until a juke box resembles a shower of cobalt, and wobbly fragments of sound trigger deep memories.

Thibault parts company with his label mates is in his dynamic sensibility. While many electroacoustic composers steep their work in overlapping ambience and extended atmospheres, Thibault is more interested in rhythm, something he gotfrom growing up with the devil’s music, rock’n’roll. It’s no mistake that Concerto For MIDI Piano sounds like a cyberpunk Prokofiev.

“I come from the electroacoustic boom of the ‘70s,” explains Thibault. “I was interested in the richness of the sounds I could get from tapes and synthesizers. The aesthetic at the time was to not use any parameters familiar to instrumental music, like notes or rhythm. But in the ‘80s I broke away from that, and went back to notes and rhythms. Rhythm is the most important parameter for me. I need rhythm, the propulsion of time.”

Thibault’s rhythmic arsenal is best heard in two multi-media works also found on Volt. E.L.V.I.S. (Electro-lux Vertige Illimité Synthétique) is a deliciously sly work that has the Montréal Saxophone Quartet exploring Timothy Leary’s headspace and finding The King in a Henry Cow groove.

OUT, a science-fiction video opera composed on the Fairlight CMI, won Keyboard’s Sound Page Competition for 1986. Taking place in the year 2084, OUT tells the story of hapless souls lost in the “psychic immigration spaces” of a world governed by a computer-generated simulacra of Ronald Reagan. “I was reading a lot of Philip K Dick books, and Reagan was still president at the time,“ confesses Thibault.

“I think Dick was one of the greatest writers in science fiction. His conception of the future was determined by the drugs he experimented with, the music he listened to, the religion and culture of the times he lived in. That’s not science fiction that’s reality.“

Volt, the third compact disc to be released on the empreintes DIGITALes label, which has been offering recordings of consistently high quality…

Le manifeste du musicien

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1990
mardi 1 mai 1990 Presse

Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc. Il y a longtemps qu’un enregistrement n’avait eu sur moi l’effet d’un tel coup de foudre. Est-ce dû à son originalité? son humour? son engagement politique? C’est grâce à tout cela que ce disque impressionne tant et, de plus, parce qu’il révèle enfin la musique de la langue. Il s’agit bien, comme le dit le titre de l’album, d’un véritable trésor sonore.

René Lussier, guitariste, multi-instrumentiste, électro-acousticien, s’est fait une réputation de chercheur de sons. Avec son fidèle partenaire Jean Derome, il a toujours travaillé à dé- et recontextualiser les sonorités de notre environnement. Plutôt que de créer des sons nouveaux à l’aide de synthétiseurs, il puise à même notre habitat musical. S’il y a des voyeurs, Lussier est, quant à lui, un écouteur. Son oreille guette le moindre bruit dans le but de le relocaliser et de lui donner, par le fait même, une signification insoupçonnée. Le Trésor de la langue est donc en quelque sorte l’aboutissement d’une recherche commencée il y a déjà une dizaine d’années; cette fois, la perversion de l’écouteur aura trouvé un objet de rêve: la parole.

Du bon travail?

Lussier a fait parler les gens de la rue et les a enregistrés, il a réécouté des paroles politiques fort connues, il a interviewé les petites gens et leurs frustrations. Cette banque langagière a ensuite été transcrite sur partitions musicales de façon à rendre les mélodies, les motifs, les rythmes propres à ces paroles. Une fois ce travail accompli, Lussier a orchestré ces partitions en y superposant des instruments comme la guitare sèche, le violon ou le trombone qui suivent, grâce à un synchronisme parfait, le débit de ces paroles. Le résultat est fascinant puisque nous entendons un chant jusqu’alors imperceptible. On ne peut s’imaginer toute la musique qui se cache derrière des paroles, même fort insignifiantes.

Ce qui vient d’être décrit demeure avant tout intéressant pour le musicien sensible à la technique de son art. On est frappé par la précision de la dictée musicale, par l’intelligence de l’orchestration, par la qualité du mixage, mais ce beau travail n’aurait été qu’un beau travail, rien de plus, s’il n’avait relevé le défi de découvrir, par la musique, un sens à ces paroles.

Politique et musique

Le Trésor de la langue s’organise à partir d’une quête: celle de deux individus en voiture qui demandent aux gens la direction pour aller à Québec. De plus, ils leur posent une question cruciale: est-ce important de parler français? Une première répondante, par hasard Française, dit qu’elle ne comprend pas le «dialecte québécois» et qu’elle aimerait bien qu’on «s’adresse à elle en français». Dès le départ, Lussier annonce ainsi ses couleurs: si la musicalité de la langue m’intéresse, je dois inévitablement aborder la «politicalité» de cette langue. C’est, à mon avis, ce qu’il y a de fort dans ce disque: la politique et l’histoire du Québec sont revues et corrigées par un musicien. Un musicien pour lequel l’humour est fondamental. Ceux qui l’ont vu sur scène savent combien il sait faire passer des idées musicales avant-gardistes et souvent difficiles au moyen du rire. Le Trésor de la languene fait pas exception, ainsi que le montre cette séquence, entre cent, où une Anglaise de Québec indique à nos deux voyageurs comment se rendre au centre-ville. La non-communication entre les deux peuples n’a peut-être jamais été montrée de façon aussi ironique.

On le voit, le choix des paroles (le Référendum, de Gaulle, le manifeste du F. L. Q. , la Française, I’Anglaise, etc. ) implique une position politique. Ce que Lussier a pressenti et qui devient de plus en plus évident à l’écoute de son disque, c’est que la musique, utilisée de cette façon, est bien plus qu’un simple support à un projet politique, elle en constitue peut-être même l’essence.

Le Trésor de la langue de René Lussier est un disque choc.

Alain Thibault, de Janet Jackson à Stockhausen

Alain Brunet, La Presse, 29 avril 1990
dimanche 29 avril 1990 Presse

«Ça fait du bien de mettre ça à jour», lance Alain Thibault, compositeur électroacoustique. Bien qu’il n’eût pas encore endisqué depuis le début de sa carrière, son travail a toutefois été suivi par les médias. Le caractère spectaculaire et punché de ses œuvres y est pour quelque chose.

Lancé sur la nouvelle étiquette empreintes DIGITALes, le disque Volt est en quelque sorte le résumé de cette demi-décennie de création.

Disséquons rapidement. Dans la pièce E.L.V.I.S., le Quatuor de saxophones de Montréal (dont les arrangements sont signés Walter Boudreau) peut se juxtaposer à un amalgame hautement technologique. D’autre part, la soprano Pauline Vaillancourt bien connue dans les milieux institutionnels, combine ses talents vocaux à l’œuvre Le soleil et l’acier. Par ailleurs, le pianiste Jacques Drouin s’exécute dans trois mouvements d’une pièce intitulée Concerto pour piano MIDI; ce nouveau concept de liaison entre un piano de concert et des synthétiseurs sophistiqués semble très séduisant. Outre cette «bi-énergie» (humaine et technologique), des œuvres comme Volt et Out révèlent les facettes exclusivement synthétiques de Thibault. On sait qu’une portion de ces œuvres ont été crées pour des événements multimédia. Sans les images, on peut maintenant évaluer leur autonomie.

«En début de carrière, je ne jurais que par les machines. Mon souci était d’abord de faire une création avec les nouvelles technologies de studio. Maintenant, je mise aussi sur l’élément humain. Les musiciens participent à mes compositions, j’aime sentir leur présence», soutient le créateur, qui s’associe dorénavant aux instrumentistes classiques pour étoffer son travail.

Thibault a aussi collaboraé avec des créateurs en art visuel, en danse et en théâtre. Il a récemment signé des musiques pour la troupe Carbone 14.

D’entrée de jeu, le compositeur se démarquait des autres électroacousticiens, surtout par le caractère rythmique de son travail. Les références en musique pop trouvaient une niche dans une approche pourtant soutenue par les milieux institutionnels de la musique dite sérieuse.

Thibault fait partie de cette nouvelle génération de compositeurs qui n’ont aucun scrupule à mêler les enseignèments de Pierre Boulez, György Ligeti, Karlheinz Stockhausen, Frank Zappa, Jimi Hendrix, Yes ou Miles Davis. L’artiste de 32 ans apprécie même le travail compositionnel de Janet Jackson!

Critique

Félix Légaré, Voir, 12 avril 1990
jeudi 12 avril 1990 Presse

Deuxième album lancé par cétte nouvelle étiquette montréalaise consacrée à l’électroacoustique. Cinq créations composées entre 1985 et 1989. Synthèses numériques et prise de son trafiquées composent une série d’images musicales mouvantes et abstraites.

empreintes DIGITALes laissera certainement sa marque

Carol Bergeron, Le Devoir, 7 avril 1990
samedi 7 avril 1990 Presse

Né en 1955 à Québec, Normandeau se consacre à l’électroacoustique avec autant de détermination que Calon, son ainé de cinq ans. Lui aussi semble irrésistiblement attiré par ce qu’il appelle «la libération des espaces intérieurs».

Il va chercher chez des maîtres électroacousticiens français comme François Bayle, Francis Dhomont ou Bernard Parmegiani, à la fois l’inspiration et le désir de poursuivre encore plus loin l’investigation d’un monde sonore encore plein de promesses.

A propos de leurs musiques — auxquelles il ajoute celle de Calon — il affirme «qu’elles l’aident à vivre en ce qu’elles lui font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant lui comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Réunies sous le titre Lieux inouïs, les cinq pièces gravées sur disque de Normandeau représentent l’essentiel de son œuvre, du moins, de ce qu’il tient à diffuser. Et, soit dit en passant, la réalisation technique est ici supérieure au disque de Calon en ce que les bruits de bande ont été totalement effacés.

Le langage est celui d’un magicien des sons. On en revient à la comparaison avec Ravel. Normandeau transforme une chose apparemment banale comme un claquement de porte (Rumeurs) en une cellule rythmique qui se modifie et qui chaque fois déclenche des images sonores variées et superbes. Ce sont des portes qui en se fermant derrière nous, nous obligent à continuer d’explorer un microcosme habité par le compositeur.

Ailleurs, dans Mémoires, on admire comment des bribes de plusieurs requiems se sont intégrées jusqu’à se fondre à sa substance même de la trame sonore. Nous sommes aussi fort heureusement débarrassés de la «citationite» cette plaie qui ronge tant de pièces contemporaines. C’est sans doute que Normandeau possède l’étoffe d’un compositeur capable de se forger une langue propre, capable d’exister par la propre force de son talent.

Ainsi, les deux premières éditions d’empreintes DIGITALes s’inscrivent-elles au palmarès des réussites. Le prochain laser rassemblera des œuvres d’Alain Thibault, un autre électroacousticien québécois fort doué.

Le langage est celui d’un magicien des sons.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.