Blogue

Ascione, Reibel et Alsina au Grand Auditorium de Radio France, Paris

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 février 1982
lundi 1 février 1982 Presse

Les sept concerts du cycle acousmatique présentés cette année par le Groupe de recherches musicales comportent deux parties: la première consacrée à un jeune compositeur, la seconde à des musiciens déjà confirmés, en pleine activité (Mâche, Boucourechliev, Bayle, Stockhausen, Malec, Éloy, etc.). Excellente formule qui associe le présent et l’avenir de ce GRM à l’histoire déjà longue, comme en témoigne l’impressionnant Répertoire acousmatique qui recense toutes les œuvres composées (et conservées) de 1948 à 1980, depuis les Schaeffer, Henry et autres Milhaud et Boulez […] Patrick Ascione (1953), dont les premières bandes, au Groupe de musique expérimentale de Bourges, annonçaient déjà les dons, proposait lundi la création de Bleus et formes, «aux confins de la peinture abstraite». Roulements mystérieux et lointains, dialogues en écho d’oiseaux bleus, vols de rapaces chimériques, étoiles qui scintillent et explosent, l’originalité de cette œuvre chatoyante réside moins dans le matériau que dans l’aisance avec laquelle le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles, jusqu’à cette belle séquence finale où, après des rumeurs d’animaux lointains sur une sorte de ronflement aux couleurs de clarinette basse, s’épanouit une étonnante polyphonie de sonorités poudreuses et musicales à travers les sonorités folles de quelque piano clavecinesque.

… le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles…

La peinture musicale de Patrick Ascione

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 mai 1980
jeudi 1 mai 1980 Presse

L’IRCAM, dont on a craint souvent qu’il ne s’enfermât dans sa citadelle souterraine, s’ouvre aux autres: après l’Itinéraire, c’est le Groupe de musique expérimentale de Bourges qui a bénéficié vendredi de l’espace de projection pour y faire entendre des bandes primées à son septième concours international d’avril dernier.

Tous les musiciens savent combien les concours de composition sont ingrats, et celui-ci ne déroge pas à la règle: sur cent soixante-trois œuvres en provenance de vingt-sept pays, il n’a pas été possible au jury de décerner de premier prix dans trois sur quatre des catégories. Et les œuvres que nous avons entendues ne sont pas toutes des chefs-d’œuvre. Pourtant il est indéniable que cette compétition et le Festival international annuel des musiques expérimentales de Bourges (depuis neuf ans) jouent un grand rôle dans la confrontation de ces musiques encore dans l’adolescence et ouvrent en particulier des possibilités de contact à des chercheurs souvent isolés dans leur pays. On se réjouit ainsi de voir figurer au palmarès des œuvres d’Argentine, de Guatemala, de Yougoslavie ou de Finlande.

[…] Mais on avait enfin une excellente surprise avec Métamorphoses d’un jaune citron du Français Patrick Ascione (studio de Bourges), «peinture musicale» dont «la démarche compositionnelle et la façon d’utiliser le matériau de base sont (selon l’auteur) proches de l’attitude qui caractérise celle du peintre». Ce n’est pas du tout cela qui frappe, mais peu importe. Des couleurs vives et violentes sont emportées par un rythme infernal, un scherzo très tendu, très polyphonique, une musique cinglante, bien réverbérée. Les sons et les rythmes tourbillonnent, captivent l’attention, sans rien d’inutile, tant cette musique paraît maîtrisée d’une main ferme et douée d’une énergie intérieure peu commune, implacable jusqu’à la fin où le rythme et les sonorités s’élèvent jusqu’à ne plus être audibles, en une véritable course à l’abîme achevée par de gigantesques percussions de grosse-caisse. L’auteur est incontestablement un tempérament. Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix? Comme disait un soir le bon Charles Koechlin parlant de Dallapiccola à la sortie d’un concert de musique contemporaine: «Les autres bafouillent; celui-ci parle.»

Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.