electrocd

Blogue

eD: L’intégral de la pionnière électroacoustique canadienne Coulombe Saint-Marcoux

mercredi 16 janvier 2002 Nouveautés

«… c’est un véritable bonheur que d’entendre cette musique…» (Voir, Canada). Un disque historique regroupant l’intégrale des œuvres pour bande de Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Impulsion est le témoignage musical d’une pionière de la musique électroacoustique au Québec. Influencée par Iannis Xenakis, qu’elle rencontre pendant Expo 67, elle se met aux mathématiques modernes puis part étudier au GRM sous la direction de Pierre Schaeffer. Dans les années 70, elle sera la seule femme à enseigner la composition dans la région de Montréal et ses efforts doteront le conservatoire de musique de Montréal de son premier studio d’électroacoustique. Axées sur la voix en tant qu’instrument fragile et développant de larges mouvements sonores, les compositions de Micheline CoulombeSaint-Marcoux révèlent une sensibilité et une écoute unique, préoccupée par la place que doit prendre les femmes dans la musique moderne.

eD: Un Clair de terre vu par Robert Normandeau

mercredi 16 janvier 2002 Nouveautés

«Un assemblage sonore limpide qui oscille avec vivacité entre séquences stridentes et plages d’accalmie…» (Jade, France) Peu de temps après la parution d’une compilation de ses œuvres majeures sur l’étiquette Rephlex (RU), Robert Normandeau présente son quatrième album, un hommage au vingtième siècle et les deux arts frères qui y sont nés, le cinéma et l’acousmatique. Œuvre intimiste, illustrant ses préoccupations acoustiques depuis la fin des annnées 80, Clair de terre transpose les techniques cinématographiques en mouvements acousmatiques et puise ses sources dans la banque sonore toute personnelle que s’est constitué le compositeur au cours des ans. Les deux autres compositions, réalisées pour le théâtre, proposent un nouvel angle sur le travail de Normandeau; en effet, malgré de nombreuses productions, ce sont les premières œuvres destinées à la scène à paraître sur un de ses albums.

eD: Bruits, 3e disque de Yves Daoust

mercredi 16 janvier 2002 Nouveautés

«… la richesse de sens émerveillent, étonnent ou intriguent…» (Jade, France) Troisième album d’Yves Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes, Bruits plonge dans cette réappropriation des sons quotidiens chère au compositeur depuis son premier disque Anecdotes (1991). Des voix humaines, des instruments et les innombrables fragments sonores qui habillent notre quotidien sont les métaux bruts avec lesquels Daoust forge les écrins de ses petits joyaux. Inspiration de la pièce titre, la ville de Montréal est l’arène de laquelle les sources sonores jaillissent, se confondent, se heurtent. Rumeurs d’automobiles, de foules en liesse, de jeux d’enfants surgissent des manipulations digitales en un portrait touchant et évocateur.

eD: Nouveau cycle de Francis Dhomont

mercredi 16 janvier 2002 Nouveautés

«La démarche de Francis Dhomont se révèle toujours d’une singularité exceptionnelle.» (Le Devoir, Québec, 2002) «Hommage […] à l’invention de Pierre Schaeffer qui, de toute évidence, constitue un bouleversement musical sans précédent», selon les mots mêmes de Francis Dhomont, le Cycle du son est le cinquième cd du compositeur sur étiquette empreintes DIGITALes. Encore aujourd’hui au premier rang des théoriciens et praticiens de cet «Ars Nova» qu’est l’acousmatique, Dhomont nous livre trois nouvelles œuvres qui, avec le classique Novars comme pivot, bouclent ce cycle consacré à cette découverte du 20e siècle: la musique concrète. Puisant ses références dans L’Étude aux objets de Schaeffer autant que dans une banque de sons très personnelle et, fidèle à son habitude, habillé de quelques citations délicieuses, ce Cycle du son s’impose comme une œuvre majeure du compositeur, un point d’orgue au siècle maintenant achevé.

eD: … dans le silence de la nuit…, 2e disque de Gobeil

mardi 15 janvier 2002 Nouveautés

«Une belle invitation au pays des rêves sombres» (Jade, France). Depuis sa parution, le nouvel opus de Gilles Gobeil, … dans le silence de la nuit…, s’attire bien des éloges. Sombre et fascinant, son univers sonore déroute les préjugés et produit un extraordinaire relief sonore. Inspiré de lectures (Proust, HG Wells, Verne) et de voyages (Venise), les compositions de Gobeil laisse l’auditeur pantois devant ses images mouvantes et des ambiances secrètes. 50 palpitantes minutes remasterisées spécialement pour cette édition, illustrée par Luc Beauchemin.