Blogue

Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 avril 1986
mardi 1 avril 1986 Presse

Un peu marginalisée, la musique électroacoustique (dite anciennement électronique ou concrète) n’en continue pas moins de montrer une grande vitalité, avec des créateurs nombreux à travers la France: le récent concert du Cycle acousmatique, organisé par le Groupe de Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel, présentait trois œuvres remarquables […] Sur champ d’azur, de Patrick Ascione (1953), plus purement musical, est une immense composition symphonique, plein ciel, sur de grandes orbes lumineuses, des tambourinages frénétiques, des chants d’oiseaux électroniques; une virtuosité d’écriture assez prodigieuse allie de superbes mouvements avec un travail de détail joliment ouvragé, une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

… une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

[À propos de Lux]

Walter Boudreau, Le Devoir, 18 janvier 1986
samedi 18 janvier 1986 Presse

[…] Quand le concert devient fête, personne ne se plaint de ce qu’on y joue de la musique contemporaine. Il n’y a qu’à s’en rapporter à l’expérience récente tentée par la SMCQ, au Spectrum, pour s’en convaincre. Le succès qu’a remporté notamment (Lux) prouve que la formule mérite toute notre attention. […]

[À propos de Lux]

Georges Nicholson, Radio-Canada: Présent musique, 31 décembre 1985
mardi 31 décembre 1985 Presse

[…] Je ne sais pas si j’ai entendu de la musique ou si j’ai vu un spectacle tant tout était parfait. Pendant vingt minutes, j’ai complètement décollé, j’ai oublié que j’assistais à quelque chose. C’était l’émerveillement d’un enfant. […]

[À propos de Lux]

Jean-Philippe Beaudin, Le Devoir, 7 décembre 1985
samedi 7 décembre 1985 Presse

[…] Lux a été une expérience sonore et visuelle tout simplement éblouissante. On n’est pas prêt d’oublier cet extraordinaire ballet kaléidoscopique qui a été une véritable fête pour l’œil et pour l’oreille. Devant l’ampleur d’une telle réussite, on peut se demander si la simple formule du concert rend vraiment justice à la musique dite contemporaine… Une œuvre «multimédia» comme Lux, que nous sommes presque tentés de qualifier de chef d’œuvre, a certainement de quoi séduire les auditeurs qui se montrent les plus récalcitrants à la musique moderne. […]

… extraordinaire ballet kaléidoscopique…

[À propos de Lux]

Claude Gingras, La Presse, 6 décembre 1985
vendredi 6 décembre 1985 Presse

[…] Les blocs qui bougent et le son qui envahit la salle se complètent, il y en a pour l’oreille autant que pour l’œil. […]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.