Blogue

Hommes-orchestre

Charles Guilbert, Voir, 11 septembre 1987
vendredi 11 septembre 1987 Presse

Avec Le retour des granules, Derome et Lussier triturent la musique… un duo à voir, avant qu’il ne se propulse en orbite.

Tumulte musical en vue: deux hommes-orchestre se rencontrent sur disque et sur scène! Il s’agit de Jean Derome et René Lussier, deux audacieux musiciens qui travaillent côte à côte et fouillent la musique comme une terre sans fond depuis presque dix ans… Le premier a fait ses débuts avec Nébu; le second avec Conventum. Ils ont formé des dizaines de trios, de quatuors, de quintettes et autres commandos, fait des centaines de spectacles et produit quelques disques.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore. En 86, ils lançaient leur premier vinyle ensemble: Soyez vigilants, restez vivants! -(un très beau disque!).

Aujourd’hui, c’est à grands coups de saxos, flûtes traversières, claviers, jouets, appeaux, bandes sonores, batterie électronique, voix et gimbarde -pour Derome-, et de guitare électrique, basse, percussions, voix et "plaque de gigueux électrifiée" - pour Lussier-, qu’ils plongent dans Le Retour Des Granules.

C’est le titre de leur nouveau spectacle et de leur projet. Un titre qui indique une façon toute particulière de faire de la musique: en regardant des éléments microscopiques à la loupe, en écoutant Ies plus petits bruits au cornet et en Ies assemblant pour créer de véritables toiles d’araignée musicales. «Notre travail en studio est en train dc changer complétement notre manière de jouer de la musique, confie Jean Derome.

On joue maintenant plusieurs instruments, plusieurs pistes à la fois. On s’est habitué à entendre notre musique mêlée à toutes sortes de fonds sonores. On a donc décidé d’intégrer dans notre musique des sons qui la situent dans différents contextes».

Le résultat est étonnant! Les ambiances sonores se succèdent à une vitesse folle et provoquent une multitude d’émotions. On dirait une musique déchiquetée, triturée, émiettée. En spetacle, Ies musiciens sont innondés, entourés d’une panoplie d’instruments. «Il faut retrouver le sens du spectacle. On oublie de plus en plus les arts de la scène pour les remplacer par Ia vidéo, le cinéma, le disque. On perd le sens des vraies personnes». Peut-être est-ce parce que les spectacles sont dceenus trop prévisibles et les artistes prisonniers de l’image qu’on fait d’eux… Ce n’est pas le cas de Derome-Lussier! Ils n’essaicront pas, en show, de jouer exactement "comme sur disque", et laisseront beaucoup de place à l’improvisation.

On prend un vif plaisir voir ces musiciens utiliser leur instruments tantôt avec une virtuosité presque classique, tantôt en les trafquant de façon iconoclaste. Avec eux, tous les bruits peuvent devenir un événement.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore.

Cinéscience - La science à l’écran

Gérald Baril, Québec Science, 1 juin 1986
dimanche 1 juin 1986 Presse

[…] Admirable synthèse que ce spectacle, à la fois hautement technologique et généreux à vous couper le souffle… L’écran s’avance lentement, remplissant la salle d’émoi… La musique est également au premier plan, imposant le rythme. Non pas roulement de tambour, mais crépitement de brasier ponctué d’explosions, de crises. Dans l’assistance, devant ce monde qui se fait et se défait, les yeux s’écarquillent. Un sourire hébété reste figé sur les lèvres du spectateur quand, après 30 vertigineuses minutes, son rêve éveillé prend fin… Le plaisir de Lux naît de la rigueur… Lux pousse la technique multimédia plus loin que tout ce qu’on avait vu dans le genre jusqu’à maintenant… La grande cohérence, la puissance évocatrice de Lux ne peuvent être issues que d’une démarche artistique dont les manifestations n’ont pas fini de nous étonner. […]

… à la fois hautement technologique et généreux à vous couper le souffle…

Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 avril 1986
mardi 1 avril 1986 Presse

Un peu marginalisée, la musique électroacoustique (dite anciennement électronique ou concrète) n’en continue pas moins de montrer une grande vitalité, avec des créateurs nombreux à travers la France: le récent concert du Cycle acousmatique, organisé par le Groupe de Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel, présentait trois œuvres remarquables […] Sur champ d’azur, de Patrick Ascione (1953), plus purement musical, est une immense composition symphonique, plein ciel, sur de grandes orbes lumineuses, des tambourinages frénétiques, des chants d’oiseaux électroniques; une virtuosité d’écriture assez prodigieuse allie de superbes mouvements avec un travail de détail joliment ouvragé, une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

… une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

[À propos de Lux]

Jean-Philippe Beaudin, Le Devoir, 7 décembre 1985
samedi 7 décembre 1985 Presse

[…] Lux a été une expérience sonore et visuelle tout simplement éblouissante. On n’est pas prêt d’oublier cet extraordinaire ballet kaléidoscopique qui a été une véritable fête pour l’œil et pour l’oreille. Devant l’ampleur d’une telle réussite, on peut se demander si la simple formule du concert rend vraiment justice à la musique dite contemporaine… Une œuvre «multimédia» comme Lux, que nous sommes presque tentés de qualifier de chef d’œuvre, a certainement de quoi séduire les auditeurs qui se montrent les plus récalcitrants à la musique moderne. […]

… extraordinaire ballet kaléidoscopique…

Ascione, Reibel et Alsina au Grand Auditorium de Radio France, Paris

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 février 1982
lundi 1 février 1982 Presse

Les sept concerts du cycle acousmatique présentés cette année par le Groupe de recherches musicales comportent deux parties: la première consacrée à un jeune compositeur, la seconde à des musiciens déjà confirmés, en pleine activité (Mâche, Boucourechliev, Bayle, Stockhausen, Malec, Éloy, etc.). Excellente formule qui associe le présent et l’avenir de ce GRM à l’histoire déjà longue, comme en témoigne l’impressionnant Répertoire acousmatique qui recense toutes les œuvres composées (et conservées) de 1948 à 1980, depuis les Schaeffer, Henry et autres Milhaud et Boulez […] Patrick Ascione (1953), dont les premières bandes, au Groupe de musique expérimentale de Bourges, annonçaient déjà les dons, proposait lundi la création de Bleus et formes, «aux confins de la peinture abstraite». Roulements mystérieux et lointains, dialogues en écho d’oiseaux bleus, vols de rapaces chimériques, étoiles qui scintillent et explosent, l’originalité de cette œuvre chatoyante réside moins dans le matériau que dans l’aisance avec laquelle le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles, jusqu’à cette belle séquence finale où, après des rumeurs d’animaux lointains sur une sorte de ronflement aux couleurs de clarinette basse, s’épanouit une étonnante polyphonie de sonorités poudreuses et musicales à travers les sonorités folles de quelque piano clavecinesque.

… le compositeur manie les formes et les couleurs avec une verve et une poésie nouvelles…

La peinture musicale de Patrick Ascione

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 mai 1980
jeudi 1 mai 1980 Presse

L’IRCAM, dont on a craint souvent qu’il ne s’enfermât dans sa citadelle souterraine, s’ouvre aux autres: après l’Itinéraire, c’est le Groupe de musique expérimentale de Bourges qui a bénéficié vendredi de l’espace de projection pour y faire entendre des bandes primées à son septième concours international d’avril dernier.

Tous les musiciens savent combien les concours de composition sont ingrats, et celui-ci ne déroge pas à la règle: sur cent soixante-trois œuvres en provenance de vingt-sept pays, il n’a pas été possible au jury de décerner de premier prix dans trois sur quatre des catégories. Et les œuvres que nous avons entendues ne sont pas toutes des chefs-d’œuvre. Pourtant il est indéniable que cette compétition et le Festival international annuel des musiques expérimentales de Bourges (depuis neuf ans) jouent un grand rôle dans la confrontation de ces musiques encore dans l’adolescence et ouvrent en particulier des possibilités de contact à des chercheurs souvent isolés dans leur pays. On se réjouit ainsi de voir figurer au palmarès des œuvres d’Argentine, de Guatemala, de Yougoslavie ou de Finlande.

[…] Mais on avait enfin une excellente surprise avec Métamorphoses d’un jaune citron du Français Patrick Ascione (studio de Bourges), «peinture musicale» dont «la démarche compositionnelle et la façon d’utiliser le matériau de base sont (selon l’auteur) proches de l’attitude qui caractérise celle du peintre». Ce n’est pas du tout cela qui frappe, mais peu importe. Des couleurs vives et violentes sont emportées par un rythme infernal, un scherzo très tendu, très polyphonique, une musique cinglante, bien réverbérée. Les sons et les rythmes tourbillonnent, captivent l’attention, sans rien d’inutile, tant cette musique paraît maîtrisée d’une main ferme et douée d’une énergie intérieure peu commune, implacable jusqu’à la fin où le rythme et les sonorités s’élèvent jusqu’à ne plus être audibles, en une véritable course à l’abîme achevée par de gigantesques percussions de grosse-caisse. L’auteur est incontestablement un tempérament. Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix? Comme disait un soir le bon Charles Koechlin parlant de Dallapiccola à la sortie d’un concert de musique contemporaine: «Les autres bafouillent; celui-ci parle.»

Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.