electrocd

Yo soy la desintegración

Jean Piché / Yan Muckle

Yo soy la desintegración

  • Jean Piché / Yan Muckle
  • Année de composition: 1997
  • Durée: 58:18
  • Instrumentation: soprano et support
  • Commande: Chants libres, avec l’aide du CAC

Pauline Vaillancourt, directrice artistique de Chants libres:

J’ai découvert l’univers de Frida Kahlo non par ses peintures impressionnantes (marquée par la souffrance, elle a su faire de sa vie une vie d’exception et nous a légué ses peintures) mais par l’intimité du Journal qu’elle a tenu dans les dernières années de sa vie. À l’intérieur de ses textes nous découvrons son cœur, ses sens, son âme.

L’étrange destin de cette femme m’a amenée à réfléchir à l’influence de la fatalité sur la trajectoire d’une vie, à ce que deviennent les enfants marqués par la guerre, la bêtise, les malformations, la cruauté… J’ai laissé l’univers de Frida Kahlo m’influencer jusqu’à la transposition.

La musique de Jean Piché et l’adaptation de Yan Muckle vous transporteront je l’espère dans le monde bien particulier d’une enfant devenue adulte, subissant un dur destin et qui, à l’image de Frida, parcourt sa vie avec un regard autre, celui de la ténacité et du courage.

Jean Piché, compositeur:

J’ai d’abord hésité lorsque Pauline Vaillancourt m’a demandé de lui écrire cette musique, pour plusieurs raisons. L’inexpérience en était une. Je n’avais jamais, en presque 25 ans de métier, écrit pour la voix. L’opéra était pour moi jusqu’à ce jour une discipline inexplicablement lointaine. Prudemment, je m’en suis approché.

Kahlo s’est révélée à moi comme une femme publique, politique et une artiste d’un talent prodigieux. Les images précises qu’elle nous a laissées sont comme des portes sur un imaginaire, où la vis de la souffrance physique et émotive définit à la fois la plastique et le sentiment. J’ai retenu de ses écrits poétiques et anecdotiques la permanence de la volonté, le courage de l’existence et le dévouement à une vision artistique physiquement exigeante.

La vision dramatique de Pauline Vaillancourt était d’une singulière et tranchante mise au point. Sur ce territoire nouveau pour moi, j’ai voulu tracer une musique directe et sans retenue. Une musique qui devait avant tout chanter, et non crier, une souffrance assumée et finalement absurde. Souffrance dont j’ignore tout. Je n’ai rien regardé. Je n’ai rien empêché.

Ma pratique musicale est l’électroacoustique. Contrairement, ou en complément à la pratique pure, mes musiques comportent souvent des référents de hauteur harmonique et du matériel mélodique codé. C’est une pratique qui, par elle-même impure, cherche dans son exploration technologique les outils d’une expression dramatique transparente. La «vérité» des relations acoustiques m’a toujours séduit. Mais c’est un pari musical difficile, un colporteur glissant mais incontournable de l’émotion brute, un conduit direct de la chose musicale. En dissidence, je poursuis cette quête d’une mystique encore imprécise.

(Nota bene: Des extraits des Récitations de Georges Aperghis, interprétés par Pauline Vaillancourt, ainsi que des chants traditionnels indiens de l’île de la Réunion, d’une durée totale de quinze secondes, ont été utilisés dans l’élaboration du tableau 8 Les ailes brisées. Les matériaux vocaux de la bande sont tirés de manipulations spectrales de la voix de Pauline Vaillancourt et de synthèses vocales pures.)

À propos de Frida Kahlo (1907-1954):

«Un ruban autour d’une bombe», écrira André Breton après sa rencontre avec la peintre mexicaine. Victime à dix-huit ans d’un accident d’autobus qui allait conditionner le reste de sa vie, Frida Kahlo n’avait pas d’autre choix que de tirer sa force à la source même de sa faiblesse. Alors que ses autoportraits choquent encore par leur lucidité implacable, les péripéties de son existence fascinent toujours: sa cohabitation forcée avec la douleur, son amour pour le peintre Diego Rivera et sa vie tourmentée avec lui, son adhésion au Parti communiste et sa participation à la vie artistique de son époque ont été largement commentés. Elle a tenu pendant les dix dernières années de sa vie un Journal, à la fois carnet de notes pictural, recueil de réflexions et de souvenirs. C’est ce livre, publié récemment en fac-similé, qui a servi de base au texte de Yo soy la desintegración. Mais bien que plusieurs événements ayant ponctué l’histoire de Frida Kahlo soient reconnaissables dans la trame du spectacle, celui-ci ne raconte pas sa vie. Le matériel biographique a été distillé dans l’espoir de ne conserver de cette vie que son ‘cœur secret’, ouvert et exposé.

Yo soy…

[viii-99]


Création

  • 9 septembre 1997, Yo soy la desintegración, Espace Go, Montréal (Québec)

Composition

  • 1997
Chants Libres — Yo soy la desintegración (2017); vendredi 5 mai 2017
Chants Libres — Yo soy la desintegración (extraits — 2017); mai 2017
La transmission d’une œuvre, discussion avec Stéphanie Lessard; avril 2017
L’écriture de la musique de Yo soy la desintegración par son compositeur, Jean Piché; vidéo: Manuel A Codina; 2017
Pauline Vaillancourt raconte la genèse de l’opéra performance Yo soy la desintegración; vidéo: Manuel A Codina; 2017
Opéra performance Yo soy la desintegración — Bande-annonce; 2017
Captation: Yan Muckle, Jean Piché: Yo soy la desintegración; Pauline Vaillancourt; mardi 9 septembre 1997
Captation: Yan Muckle, Jean Piché: Yo soy la desintegración; septembre 1997

Mouvements

Albums