electrocd

Un autre Printemps

Francis Dhomont / Robert Darroll

Un autre Printemps

Il existait entre le projet cinématographique de Uli Aumüller et mon propre univers musical une parenté certaine dans l’utilisation dynamique d’éléments morphologiques, objets visuels chez le cinéaste, sonores chez le compositeur. C’est cette commune préoccupation qui m’a convaincu de l’intérêt d’une collaboration.

Cependant, la composition d’une musique d’application — destinée, dans ce cas, à “illustrer l’image” mais surtout à éclairer un genre musical mal connu — comportait ses propres règles, différentes de celles d’une œuvre libre: respect d’une direction thématique donnée, contraintes matériologiques (Vivaldi, alto, chien, ruissellements, naturalisme) et temporelles, recours à des allusions et références, etc.

Un autre Printemps fait bien sûr écho au célèbre concerto de Vivaldi, véritable fil rouge du film, mais il le détourne, l’altère, le recycle. L’œuvre baroque devient alors une simple mais riche source sonore, porteuse de connotations culturelles qui, métamorphosées et associées à d’autres images référentielles ou métaphoriques, proposent une “sym-phonia” au sens premier. La place importante accordée aux mouvements de l’eau et à ses mutations correspond à la métaphore printanière du jaillissement, si présente à l’image. Mais ici le son de la Nature interroge la nature du son; les éléments figuratifs et référentiels du début glissent progressivement vers l’abstraction, grâce aux traitements qui en travestissent l’origine, et la musique retrouve son intégrité. Enfin, pour conclure, le son retournera au sens.

Le processus de composition de En cuerdas, œuvre antérieure dont quelques moments figurent également dans le film, présente avec Un autre Printemps certaines similitudes. Il s’agit aussi d’un détournement, celui des sonorités d’une guitare qui, alliées à d’autres morphologies de même type, vont générer des figures et textures multiples et donner lieu à divers développements. L’univers sonore de cette pièce demeure cependant celui des cordes pincées, frottées, frappées, mais de cordes virtuelles, métamorphosées par les traitements informatiques et démultipliées par l’écriture électroacoustique.

À l’intérieur d’un cadre formel assez strict et de choix préalables opérés sur les programmes, j’ai réservé, comme toujours, une place importante aux séquences-jeux improvisées: utilisation des machines comme des corps sonores que la main vient animer «à la souris», primauté du geste sur la séquence programmée, travail en temps réel sur les dynamiques, etc. Plus tard intervient le choix des “instants magiques” qui seuls figurent dans l’œuvre.

Cette façon de chercher dans le son la beauté qu’il contient pour l’organiser en structures me rappelle l’époque où, pour gagner ma vie, je sculptais le bois en m’inspirant de ses formes naturelles. Dans les deux cas j’ai tenté de réconcilier la volonté et le hasard, le perçu et le conçu, la nature et l’artifice.

Maintenant le film est terminé. Je regarde et j’écoute. En plus de sa beauté plastique, il me semble résumer avec beaucoup de simplicité une évolution musicale très complexe, ouvrant ainsi des portes qui restent souvent fermées a de plus savants discours. Et je me souviens aussi d’une belle aventure, pleine de difficultés mais aussi d’heureuses rencontres: celle d’un charmant collègue, Paul Lansky, celle de mon vieux complice Christian Calon, celle des images de Robert Darroll, celle d’une équipe de production très impliquée et, bien sur, celle de Uli Aumüller lui-même, de ses nombreux problèmes et de sa passion inébranlable et communicative.

Francis Dhomont


Albums