Œuvres 13’13 pour voix défigurées Monique Jean

13’13 pour voix défigurées

  • Monique Jean
  • Année de composition: 1997
  • Durée: 13:13
  • Instrumentation: support stéréo

Où il est question du désarroi face à la destruction: celle de l’individu, celle de ses repères.

On y entend des voix qui traversent les temporalités, qui surgissent comme des interférences, et s’immiscent tant et tant qu’elles en deviennent omniprésentes.

«Dans la Ville tout est comme au temps de la destruction de Byzance, qui est comme au temps de la destruction du Temple
tout est violé, pillé, ruiné, les fillettes tremblent, les enfants les hommes ont les mains coupées, les brasiers dévorent les vivants comme les morts
comme au temps des guerres de religions qui est comme au temps des pogroms, qui est comme le temps»Hélène Cixous

Les textes sont de Hélène Cixous, in «Beethoven à jamais» (Des femmes-Antoinette Fouque, Paris, 1993) et d’Alejo Carpentier, in «Varèse vivant» (Le nouveau commerce, Paris, 1980). Avec les voix traitées de Sylvio Archambault, Emmanuel Madan, Pascale Malaterre, Marie-France Marcotte et Alain Pelletier.

[English translation: Sean Ferguson, Traçantes]


13’13 pour voix défigurées a été réalisée en 1997 au studio de PRIM — avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et de PRIM, centre d’arts médiatiques — et a été créée le 25 septembre 1997 dans sa version originale pour bande et vidéo trois écrans dans le cadre de la 3e Manifestation vidéo et art électronique de Montréal. Les textes sont © 1993, Cixous / Des femmes-Antoinette Fouque; © 1980, Carpentier / Le nouveau commerce.


Création

  • 25 septembre 1997, Manifestation vidéo et art électronique de Montréal, Montréal (Québec)

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.