Œuvres Le contrat Gilles Gobeil, René Lussier

Le contrat

D’abord, il faut vous dire que nous sommes liés par l’amitié: il y a 28 ans, nous collaborions fiévreusement à la création de nos premières ‘œuvres’. Bien que nous ayons par la suite emprunté des avenues diverses, nous avons régulièrement fait appel l’un à l’autre et notre désir de faire de la musique ensemble est resté intact.

Nous étions donc enthousiastes quand on nous a commandé une œuvre conjointe et c’est le cœur léger que nous avons accepté d’encaisser, pour ce faire, un premier versement du Conseil des arts du Canada.

Notre projet? Composer une œuvre inspirée du Faust de Goethe et la construire en observant la structure même du poème. Méchant contrat! Un coup d’œil à nos agendas aurait dû suffire à nous ramener sur terre, mais nous étions déjà pris dans l’engrenage. Nous avons mis quelques années à comprendre que le projet exigerait beaucoup plus de temps que prévu et quelques autres à admettre que nous n’en viendrions jamais à bout! D’abord, parce que nous sommes deux incorrigibles maniaques et que nous n’avons cessé de nous prendre (allègrement) les pieds dans toutes les fleurs de tapis offertes par ce chef-d’œuvre; ensuite, parce que la vie s’est mise de la partie, nous ballottant sur ses crêtes et dans ses creux, apportant chaque année un nouveau lot d’imprévus. Goethe ayant mis plus de 30 ans à écrire son Faust, devions-nous à notre tour vendre nos âmes pour honorer les termes de notre «Contrat»?

Nous avons préféré suivre un échéancier plus réaliste (c’est-à-dire insupportablement lent) et ce rythme d’escargot nous a permis sept années durant de continuer à honorer notre obligation commune. En chemin cependant, le projet s’est considérablement modifié. Plusieurs chapîtres ont été mis de côté, d’autres ont été fusionnés. Nous avons pris des libertés de toutes sortes et même puisé à d’autres sources car l’histoire de Faust a inspiré bien des auteurs avant nous et nous ne pouvions résister à l’envie de leur faire quelques clins d’œil. La chronologie du poème original n’a pas davantage été respectée: au bout du compte, c’est la matière musicale qui a décidé de l’enchaînement des tableaux.

En cours de route, nous avons présenté trois versions inachevées: à Montréal en novembre 1999 au Théâtre La Chapelle dans le cadre du concert Plein la vue produit par Réseaux, à Paris en mars 2000 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France lors d’un concert produit par le Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) et en mai de la même année au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV).

Nous aurions pu consacrer encore quelques milliers d’heures à ce projet, car, avouons-le, nous avons pris goût à cette lenteur, mais toute bonne chose a une fin: en voici la dernière mouture.

Clauses du Contrat: • Composition et réalisation: Gilles Gobeil, René Lussier • Idée originale, recherche, montage, mise en espace, voix, bruits, synthèse et transformation sonore, souvenirs de voyages: Gilles Gobeil • Montage, guitares, daxophone, voix, bruits, plate-forme sensible, Achille lumineux, podorythmie, percussions: René Lussier • Extraits de textes lus par: Benoît Fauteux, Jean-Antonin Billard • Prise de son: Gilles Gobeil, Pierre Léger, Claude Beaugrand, Martin M Messier, anonymes. • Mixage: Martin M Messier, Gilles Gobeil, René Lussier • Mastering: Denis Frenette, Studio 30, Société Radio-Canada • Illustration: Louis-Pierre Bougie • Production: empreintes DIGITALes


Le contrat a été réalisée de 1996 à 2003 aux studios des compositeurs, a été mixé au studio de Martin M Messier et a été créée le 15 octobre 2003 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (14) présentée par Réseaux à l’Espace GO à Montréal. Elle est une commande de Jean-François Denis pour empreintes DIGITALes avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Johann Wolfgang von Goethe, Franz Liszt, Maurice Ravel, Charles Gounod, Giovanni Pierluigi da Palestrina, René Clair, Herman Melville, Giovanni Papini, August Strindberg, Maxime Gorki, Martin M Messier, Paule Marier, Mario Rodrigue, Audrey Limoges-Gobeil, François Gauthier, Pierre Labbé, Réseaux des arts médiatiques, Michel Levasseur et le Groupe de recherches musicales (Ina-GRM).


Création

  • 15 octobre 2003, Rien à voir (14): Associations libres, Espace Go, Montréal (Québec)

Albums

Mouvements

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.