Œuvres Eau Annette Vande Gorne

Eau

  • Annette Vande Gorne
  • Année de composition: 1984
  • Durée: 15:33
  • Instrumentation: support stéréo
À Jacqueline Gezels

•• Perception: La nature est ici offerte comme telle à l’auditeur. L’œuvre le plonge dans un univers de sensations, première étape de l’éveil à la connaissance. Ce «phonogramme» — l’expression est du compositeur français François-Bernard Mâche — donne à entendre la matière brute, non transformée et prise de près. Il est le reflet de ma perception et compréhension de cet élément si diversifié, disparate même malgré les apparences.

•• Énergies / images: Bruit blanc. Rideau opaque. Plein. Grésillements. Friture d’eau. Pluie. Orage. Rideau transparent. Traits et grains. Gouttes. Abri. Vide. Fluides. Écoulement et répétition. Lignes. Moulins d’eau. Vagues. Retours. Stagnation.

•• Symboles (Vie et Mort): Symbole de vie pour l’homme occidental et de re-naissance pour la civilisation judéo-chrétienne, l’eau est métaphore de la mort pour le taoïste, liée au mythe des ‘sources jaunes’, pays des Morts, que l’on enterrait au nord des villes, situées au fond du septentrion. Cependant, le solstice d’hiver, lié au septentrion, est un temps propice à la conception: l’énergie dynamique, solaire (Yang) passant l’hiver enveloppée par l’Eau (Yin), récupère sa pleine puissance.

•• Forme: La forme générale va du Plein au Vide par enchaînements successifs des différents types énergétiques rencontrés au fil de l’écoute. L’alternance avec le Vide de la ‘grotte’ provoque une perception du silence chaque fois différente et rythme le temps (à l’image de ces fragments de peintures chinoises qui se perçoivent au fur et à mesure du déroulement du rouleau).

•• Anecdote: Plusieurs ‘campagnes’ de prises de sons en différentes régions ont été nécessaires. Je me suis plongée avec délices dans un univers fascinant de beauté, jouant de l’effet de loupe du micro qui rend audible l’infinie variété des conditions d’existence de l’eau (vitesse du débit, qualité et situation des rochers, pierres, galets, sable), et profitant de toute rencontre surprenante, comme celle d’une cloche sonnant minuit pendant que je courais autour d’une fontaine provençale à quatre branches (le tube initial houang tchong, la ‘cloche d’or’, est associé aux ‘sources jaunes’, à la mi-nuit, au solstice d’hiver…).

•• Spatialisation: Quatre ou six haut-parleurs suffisent à une projection plane, qui privilégie les couples stéréophoniques et découpe l’œuvre en secteurs géographiques. L’eau changeante se livre à ma perception devant moi, immobile.

[xii-93]


Eau a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) et créée le 21 avril 1984 dans une première version mixte avec zheng amplifié par Violette Beaujeant lors du 1er festival acousmatique L’Espace du son à L’Orangerie — Le Botanique à Bruxelles (Belgique).

Albums

Cycle

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.