Œuvres Terre Annette Vande Gorne

Terre

  • Annette Vande Gorne
  • Année de composition: 1989-91
  • Durée: 25:59
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM
À François Bayle

•• Fusion: Dernier élément du cycle Tao, la Terre est le lieu des transformations, de la fusion, le creuset des autres matières. C’est aussi la dernière étape de la connaissance: celle de la synthèse entre les choses. Paradoxalement — une fois encore les yeux sont trompeurs — il s’agit d’Énergie plus que de Matière, ou encore de matière originelle sous deux formes: rayonnement et particules.

Les transformations d’extraits des quatre autres éléments répondent à sept modèles: mécanique (répétition), vague (flux-reflux), porte (ouverture-fermeture), souffle/projection, souffle/reptation, corpuscules, rotation.

Ils traversent des cribles communs qui privilégient les intermodulations, les métamorphoses, et, ‘remusicalisés’ et différenciés dans le temps par jeu-séquence, ils génèrent d’étranges similitudes: de la Diversité à l’Unité. Tout est en tout: Tao.

Les sons sont ensuite reclassés selon des critères dynamiques, de mouvements, d’énergies, d’évolution dans le temps: en mouvement continu (spirale, chute, projection, reptation); en rupture d’équilibre (chaos, troncatures, grappes, rythme — Yang); et immobiles (rotation, miroitement-allures, répétition, contemplation — Yin).

•• Symbole: Avant la création: symétrie et immobilité. Asymétrie, mouvement et choc: énergie libérée. Particules, organisation de la matière. Magma, flux et reflux. Manifestation de la matière, union. Danse de la vie. Souffle. Spirale ascensionnelle. Échecs et reprises. Vers l’Oméga.

•• Forme: La forme générale est une double spirale conique dont la base est au centre: création (rayonnement, particules) — manifestation de la matière et du rythme — vers Oméga.

Elle est en évolution constante: variations. La quinte descendante (ciel/terre du Tao) en est l’axe tonique central. La forme intègre également la spatialisation 8 pistes comme critère d’évolution: l’espace, considéré comme cinquième paramètre musical, est structuré par des figures géométriques.

Ces figures elles mêmes et tous les mouvements internes qui les parcourent sont reliées à la structure temporelle de la pièce, laquelle est basée en temps externe sur un allongement progressif de chacune des parties enchaînées entre elles et sur une accélération progressive du temps interne (psychologique).

•• Anecdote: La «leçon de chose» (selon Pierre Schaeffer) tirée de l’expérience de Terre est celle-ci: l’énergie interne d’un son, son mouvement, sa morphologie, résistent longtemps à toutes opérations de transformation, même cumulées. Il reste une marque, une trace de l’original. Seules peut être les opérations de dissociation d’un son en éléments redistribués arbitrairement dans le temps le réduisent à un objet neutre, corvéable à merci, une note.

•• Spatialisation: La version concert 8 pistes (de 1991) nécessite un minimum de 12 ou 16 haut-parleurs disposés en deux groupes, l’un frontal (pistes 5-8) et l’autre autour du public (pistes 1-4) dans une salle à l’italienne, ou l’un en couronne intérieure face au public et l’autre entourant le public disposé en cercle dans un lieu qui le permet ou en extérieur.

[xii-93]


Terre a été réalisée dans les studios 123 et SYTER du GRM (Paris, France) et mixée au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique). Elle a été créée en concert le 30 janvier 1991 dans la série de concerts Clair de terre de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) sous la direction de Robert Normandeau, au Planétarium de Montréal (Québec). La pièce est une commande de l’Ina-GRM. Merci à Yann Geslin et Daniel Teruggi pour leur aide persévérante et indispensable.


Création

  • 30 janvier 1991, Clair de terre II: Concert 4 — L’espace du son, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Albums

Cycle

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.