Œuvres Léone Philippe Minyana, Philippe Mion

Léone

  • Philippe Minyana, Philippe Mion
  • Année de composition: 1993
  • Durée: 72:40
  • Forme: opéra électroacoustique mixte
  • Instrumentation: 2 sopranos, mezzo-soprano, ténor, baryton, basse et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France)

Léone, Dédé (mari de Léone), Madame Schmidt (mère de Léone), La juge, Monsieur Schmidt (père de Léone), Le clochard, Un voisin, La fermière, La pompiste, Une voisine, Le pompier


L’histoire de Léone est du ressort de la destinée plutôt que de la psychologie. S’il y a du tragique à chaque instant l’œuvre s’apparente davantage à un récit épique qu’à une pièce dramatique. Les faits divers, réels, dont le livret s’inspire sont ‘gros’, énormes; en les lisant dans le journal on se refuse à y croire. Ils ont ici fonction de faits mythiques. C’est par eux que se construisent les folles trajectoires de ces vies qui avaient tout pour être ordinaires.

Résumons: on mange bien chez les Schmidt, épiciers dans un bourg de Lorraine (France). Le drame se noue en famille en période de Noël. Il y avait de la dinde farcie et du riesling. Le gras Mr Schmidt en aura une attaque. Léone, leur fille, a des problèmes de ventre; elle est stérile. Elle vole un bébé dans une maternité et tente de simuler un accouchement. La supercherie ne tient pas; elle passe en jugement et va en hôpital psychiatrique jetant l’opprobre sur la famille. Sa mère en meurt. Dédé, le mari de Léone, taxidermiste (!) perd sa dignité, perd sa clientèle, perd sa femme qui s’enfuit et perd la tête: il commet deux meurtres, part en ‘cavale’ à la recherche de Léone, et rencontre un mystérieux clochard qui a tout l’air d’être son double. Léone, errante et désespérée, tente de se suicider. Elle est sauvée par le pompier. Dédé la retrouve enfin en gare de Strasbourg, lui demande de revenir, de repartir à zéro…

Lorqu’en 1984 Philippe Mercier (metteur en scène de la création de Léone) et moi-même avons proposé à Philippe Minyana d’écrire le livret, je rêvais, et je crois Mercier aussi, d’emphase, de tragique, d’agonies sublimes…; je souhaitais des scènes archétypiques pour les envisager à la fois avec sincérité et distance afin que le drame se fonde comme étant aussi celui des chanteurs aux prises avec le texte; mais je rêvais aussi de phrases simples, d’une écriture franche et directe, d’un récit, d’une trajectoire claire.

Ma rencontre avec Philippe Minyana a été un véritable coup de foudre, j’ai immédiatement pensé que j’avais à faire avec cet écrivain et je remercie Philippe Mercier d’avoir eu cette intuition juste et de me l’avoir fait connaître à ce moment-là.

Philippe Minyana traite d’horreur et de destinées tragiques. Par le ton, le style, il m’autorisait ce choix d’une écriture vocale à la fois lyrique et proche du parlé, homogène; ainsi, me semble-t-il, à travers les personnages et leurs propos, on n’oublie jamais le travail et le risque des chanteurs, l’acte distancié de profération d’un écrit.

Mais Philippe Minyana parle aussi de vies ordinaires, de «vies minuscules» (ses personnages ont des mots de ‘tous les jours’ d’une humanité bouleversante), il m’a toujours paru épouser leur destinée, chanter leur misère, nous faire partager leur souffrance et leur folie; jamais de cynisme. Cet aspect, essentiel pour moi, m’a permis d’opter pour une sincérité d’expression, un engagement, en particulier dans les rapports qui s’établissent entre le contexte musical électroacoustique et les chanteurs.

En ce sens, avec son histoire, ses personnages, ses choeurs, Léone s’inscrit dans la continuité des conventions de l’opéra; mais elles sont déplacées par la présence mystérieuse de cet orchestre fantômatique: la partie électroacoustique, composée en studio, fixée sur support et projetée par un large dispositif de haut-parleurs. Celle-ci n’a pas pour fonction de rajouter quelques effets sonores dramatiques mais bien de constituer intégralement le discours musical au même titre qu’un orchestre.

Léone a été conçu pour des voix ‘nues’, sans amplification à l’exception de deux personnages particulièrement emblématiques (la juge et le clochard) dont les voix légèrement transformées sont projetées par un haut-parleur inclu dans l’espace scénique.

Après une préfiguration réalisée en 1987, Léone a été terminé en 1992-93.

Philippe Mion, Paris (France), mai 1996

La partie électroacoustique de Léone a été composée dans les studios de l’Ina-GRM (Paris) et du Grame (Lyon). L’enregistrement (prise de son de Christian Zanési), le montage et le mixage (Philippe Mion avec l’aide technique de François Donato) pour ce disque ont été effectués dans les studios de l’Ina-GRM d’avril à novembre 1995.

[v-96]


Léone a été créée en version scénique le 15 mai 1993 au 16e Festival Perspectives (Sarrebruck, Allemagne) dans une mise en scène de Philippe Mercier (Théâtre du Pont-Neuf) sous la direction musicale de Laurent Cuniot et avec Jean-François Fabe, Guy Flechter, Véronique Hazan, Sylvia Marini, Liliane Mazeron et Pascal Sausy.

La composition de Léone a bénéficié de l’appui de la Fondation Beaumarchais (Aide à l’écriture), d’une commande de l’État (Direction de la musique, France, 1992) et de l’accueil en studio de l’Ina-GRM (Paris) et du Grame (Lyon).

Merci à: François Donato, Gislaine Drahy, Alain Lamarche, Philippe Mercier, Philippe Minyana, Jean Christophe Thomas et Christian Zanési.


Création

  • 15 mai 1993, Concert, Sarrebruck (Allemagne)

Albums

Mouvements

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.