Œuvres Les corps éblouis Christian Calon

Les corps éblouis

  • Christian Calon
  • Année de composition: 1992-93, 94
  • Durée: 22:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM
À Chantal

Une expérience à la fois douloureuse et magnifique que celle de ce moment de conscience aiguë où la Matière par la prolifération de ses formes nous signifie abruptement la mesure de notre éphémère.
L’Un s’anéantissant dans le Nombre.
Magnificence de ce foisonnement et de chacune de ses fragiles manifestations.
L’étincellement de la Présence.
Moment admirable où s’embrassent les parallèles.
Et le Temps.

Quel autre pourrait être le sens de cette action, de ce foisonnement sonore, sinon une réponse à l’émerveillement infini devant la prodigalité luxuriante et la somptuosité de la Matière.
Et cette petite phrase, ces quelques mots qui tout au long m’ont accompagné ou guidé, je ne sais plus:

«Vint alors le printemps comme une draperie
Sur nos corps éblouis.»

— LF

Le défi technique et compositionnel de cette œuvre est le travail sur la métamorphose. Partant d’un matériau unique (guitare électrique) il me fallait trouver les outils et les procédés pour le faire évoluer dans une forme qui, à travers les transformations de la matière, engendrerait un effet de spirale.

Du point de vue formel, Les corps éblouis est une œuvre dans laquelle le développement de ce principe de métamorphose a pour résultat que la forme ne soit lisible que superficiellement, et qu’elle s’installe plutôt selon un processus irrationel chez l’auditeur.

[ii-98]


Les corps éblouis est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). et a été réalisée dans les studios du GRM (1992-93). Elle a été créée dans le cadre de Son-Mu en juin 1993 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris, France), dans une interprétation / projection de Francis Dhomont. L’œuvre remaniée en 1994 a été créée dans la présente version au Théâtre national de Marseille (France). Les corps éblouis s’est méritée le 2e prix du jury au 22e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1994) ainsi que des Distinctions au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995, 97).


Création

  • Juin 1993, Francis Dhomont, diffusion • Son-Mu 93: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.