Œuvres La chambre blanche Robert Normandeau, Marie Uguay

La chambre blanche

À Hélène Berton

La lecture des textes utilisés autorise, suggère même, la création de «personnages poétiques» qui sont autant de regards, de paroles, d’interprétations issus de la poésie. Ces personnages, au nombre de quatre, ont été confiés à autant de voix différentes: comédiens ou animateurs radiophoniques, féminines ou masculines, naturelles ou transformées, seules ou multipliées. À cette utilisation radiophonique de la voix, s’ajoute celle de l’électroacoustique par le biais de choeurs d’interprétation où les récitants nous renvoient les échos multiples du sens poétique.

Le titre fait allusion à la représentation symbolique que l’on peut se faire d’une chambre d’hôpital, ainsi que de ce lieu imaginaire, représenté par la couleur blanche — donc par l’ensemble des couleurs — qui se situe entre la naissance et la mort, celles de la poétesse québécoise Marie Uguay (disparue prématurément en 1981 à l’âge de 25 ans), où toutes les virtualités, tous les possibles sont permis.

[ii-07]


La chambre blanche a été réalisée en 1985-86 au studio du compositeur et au studio de l’Université de Montréal grâce à une bourse du programme Explorations du Conseil des arts du Canada (CAC). Les textes de Marie Uguay proviennent des recueils L’outre-vie (1979) et Marie Uguay: autoportraits (1982) parus aux Éditions du Noroît et ont été utilisés grâce à l’autorisation de Stéphan Kovacs, artiste photographe. Voix enregistrées (par ordre d’apparition): Marthe Turgeon, Jean-Pierre Matte, Marie-Claude Trépanier, Gilles Laforce. Cette œuvre a obtenue une mention spéciale au 2e Concours international Phonurgia Nova (Arles, France, 1987) ainsi qu’une mention dans la catégorie musique à programme au 16e Concours international de Bourges (France, 1988).


Distinctions

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.