Œuvres Espace vital Élise Turcotte, Roxanne Turcotte

Espace vital

Le piano est dans tous ses états. Sonorités de Steinway allemand, de Yamaha U3 et de Kurzweil numérique, et des mots effacés ou de vieux disques écorchés. Dix pistes de piano modifié ou préparé soutiennent les deux pianistes en direct, organisées comme s’il y avait douze joueurs qui se répondent de façon ponctuelle. Les non-dits qu’on ne peut exprimer sont récités par un dialogue des pianistes. Duel, divagation, rires et délire. Mettre de l’ordre dans les idées. Des journées passent… Une semaine et des ponts, des mois, des années et le temps en reste… Euphorie, nostalgie, être traquée. Douze variations d’état… Le journal d’une vie présente, future et passée.

Le son du piano est un déclencheur qui s’harmonise avec les émotions et l’abandon de soi-même… L’espace vital. L’étouffement, difficulté à respirer! Je suis traquée par une ombre en transformation. Cette ombre est le vide, l’émoi ou quelqu’un qui m’est inconnu.

Structure: Ouverture, deux thèmes et 12 variations ordonnées et désordonnées. Une vie, cycle de 12, c’est l’horoscope chinois qui le veut, ainsi que les mois de l’année. Les thèmes varient au gré des états d’âme, des humeurs parfois sombres ou ensoleillées. Le piano respire et devient un souffle de vie… L’espace vital. Les mots sont des voix intérieures qui restent gravées.

Technique: La partition du piano est réalisée à partir de mes propres improvisations. Une esthétique très personnelle incluant des harmonies et une mesure traditionnelle. Les variations multiplient les thèmes chevauchés ou développés individuellement sans se soucier de la structure originale. Le cri du cœur d’un long trémolo au début est suivi d’une résonance. Les pianos s’emballent pour créer des ritournelles. Les échantillons de mots sont transformés et découpés par montages successifs, étouffés, essoufflés, éteints par l’égalisation et l’écho rebondissant. Un son électronique sert de lien entre les pages tournées. Sur bande, des mots défilent pêle-mêle pour ne rien dire, des phrases et onomatopées modifiées électroniquement se battent et cherchent une place en réponse à quelque chose. Les mots, tout de même réfléchis et non spontanés, se fondent avec les échantillons du piano qui résonne comme un spectre omniprésent. Où est l’issue? Sommes-nous mal compris?

Sources d’inspirations pianistiques et littéraires:

  • Petit journal d’idées amorcé un jour et sans lendemain où les mots n’arrivent pas à me saisir clairement ou peut-être sont-ils trop apparents? Tout est sur mon piano comme un recueil de récits musicaux.
  • Le piano de Glenn Gould, le piano des musiciens russes. Le piano de George Gershwin, les impressionnistes et les pianistes de jazz.
  • Élise Turcotte, La maison étrangère, Éditions Leméac, Montréal, 2002.
  • Élise Turcotte, Ma petite sœur et moi, Radio-Canada, 2001.
  • Henrich Neuhaus, L’art du piano, Éditions Van De Velde, 1971.
  • Miguel Angel Estrella, Musique pour l’espérance, Le Seuil, 1997.
  • Clin d’œil à Claude Debussy.

[xi-08]


Espace vital a été réalisée en 2004 au studio de la compositrice (Productions RTM). Cette pièce a été réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Laure Fugère, Élise Turcotte (voix enregistrées).

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.