Œuvres Le bruit des ailes Marcelle Deschênes

Le bruit des ailes

  • Marcelle Deschênes
  • Année de composition: 2000, 02
  • Durée: 10:54
  • Instrumentation: support stéréo
À ceux qui éprouvent les ébrouements irrépressibles des ailes

«L’oiseau a-t-il peur du bruit que font ses ailes en s’ouvrant?»Clarissa Pinkola Estés

«Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris;
J’unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes»Charles Baudelaire, Les fleurs du mal: XVII. La Beauté

L’altérité piétinée, le déchirement, l’errance, le gel, puis la démangeaison et la liberté explosive des ailes déployées d’un Vilain petit canard (Hans Christian Andersen).

Le bruit des ailes a été recomposée à partir de Musique défilé (1999-2000) et incorpore des auto-citations des œuvres musicales Écran humain (1983), Lux (1985), D-503 (1987) et Ludi (1990). Les matériaux ayant servi à créer la trame de cette œuvre proviennent d’une ‘banque’ de sons réalisée avec Nicolas Boucher, de verglas (de la crise du verglas qui a frappé le Québec en 1998; merci à Jean-François Laporte pour l’aide à l’enregistrement), de volcans en éruption et d’expériences nucléaires dans des déserts oubliés.

Les musiques composées pour l’événement musical/défilé de mode «Musique défilé pour une fin de siècle» du Nouvel ensemble moderne (NEM) ont été ultérieurement recomposées comme œuvres acousmatiques autonomes — Indigo et Le bruit des ailes — qui sont ainsi devenues les deux premières parties de l’œuvre-fleuve Griffes — en cours — inspirée des recherches psychanalytiques de Clarissa Pinkola Estés (Femmes qui courent avec les loups) et de Marie-Louise von Franz (La femme dans les contes de fées). Par l’usage de métaphores sonores et de sons référentiels riches d’évocation, la musique met en scène des images mentales associées à différents archétypes de la «Femme sauvage» issus des mythes, des rêves et des contes. Ces deux premières parties sont des œuvres d’introspection dans l’intime des affects. Y déferlent aussi les tragédies des origines et des forces fascinantes de création. Tenter d’explorer ces mémoires enfouies, ces torrents indomptés, ne se fait pas sans tumultes ni déferlantes.

[viii-06]


Le bruit des ailes a été recomposée à partir de Musique défilé (1999-2000) en 2002 au studio Bruit blanc et au studio de PRIM, centre d’arts médiatiques à Montréal (grâce à son programme de résidence); une première masterisation a été réalisée en 2004 par Bruno Bélanger au Studio PRIM à Montréal (grâce à son programme de coproduction) et la masterisation finale a été réalisée en 2005 par Dominique Bassal. La pièce a été créée le 2 novembre 2002 à l’église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier lors du Festival des musiques sacrées de Québec. Merci à PRIM, centre d’arts médiatiques. Le bruit des ailes a été finaliste au 5e Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’03 (Brésil).


Création

  • 2 novembre 2002, Festival des musiques sacrées de Québec, Église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, Québec (Québec)

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.