Œuvres Barely: part-1 Natasha Barrett

Barely: part-1

À l’origine, Barely: part-1 était une installation sonore et visuelle spatialisée de 70 minutes, le résultat d’une collaboration entre Natasha Barrett et l’architecte-designer Birger Sevaldson, ainsi que le groupe Ocean North.

Il s’agit d’une installation spécifique conçue pour le Kanonhallen à Oslo (Norvège). Les Allemands ont réquisitionné Kanonhallen pendant la Seconde Guerre mondiale pour en faire une usine d’artillerie. Le bâtiment fait 50 mètres de long, 13,5 mètres de large et 8 mètres de haut. Les murs et le sol sont en béton. De hautes fenêtres laissent entrer la lumière toute la journée. Barely: part-1 a été installée en octobre 2007, un mois où, à Oslo, la lumière du jour change rapidement. L’acoustique de la pièce est complexe: outre une durée de réverbération de plus de trois secondes, on y trouve divers échos flottants et effets de filtre en peigne à différents endroits.

La composante visuelle de l’installation consistait en vingt feuilles de polycarbonate translucides, incolores, d’un millimètre d’épaisseur, un mètre de largeur et quatre mètres de long, suspendues au plafond par un grillage de neuf mètres par huit mètres. Ces bandes arboraient un motif de lignes en peinture ultraviolette réfléchissante. Ce motif avait été conçu en détail par ordinateur afin de rehausser et déformer la topologie spatiale. Les sons appartenant à l’environnement naturel intérieur et extérieur des lieux ont été enregistrés, puis classifiés selon leur contenu intrinsèque (paramètres spectraux et temporels, l’intérieur du son) et extrinsèque (paramètres référentiels, références extérieures au son). Ces matériologies comprenaient des sons quotidiens, comme les activités d’un concierge et de deux travailleurs, les sons provenant d’un chantier voisin, une garderie, un messager à moto et, au loin, un avion à hélices. Les sources extérieures étaient enregistrées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de Kanonhallen, afin que l’acoustique particulière des lieux les filtre. Ce mélange de sources intérieures et extérieures estompait la notion de frontière. Nous utilisions aussi des enregistrements rapprochés avec microphone (donc, court-circuitant l’acoustique des lieux) pour réarticuler les détails là où les variations microscopiques des données temporelles et spectrales se perdaient. Le montage et la transformation ont servi deux fonctions principales. Premièrement, créer un continuum menant d’un son suggérant une cause directe ou une référence concrète à un son à la cause éloignée ou la référence abstraite. Nous avons utilisé des sons à référence concrète pour tisser un réseau de relations indicatives suggérant principalement des activités humaines dans de environnements normaux. Deuxièmement, attirer l’attention sur d’infimes détails et fluctuations de l’identifié, du spectre et de la morphologie des sons afin d’explorer l’information intrinsèque. (Des informations complémentaires sur l’œuvre sont disponibles dans le site web de la compositrice.)

Veuillez régler le volume de Barely: part-1 pour que le son soit à peine audible.

[traduction française: François Couture, xii-09]


La composante sonore de Barely: part-1 a été réalisée en 2006-07 au studio de la compositrice et l’installation a été créée le 9 octobre 2007 lors du festival Ulitma à Kanonhallen, Oslo (Norvège). L’installation a été rendue possible par le soutien de Norsk kulturråd (Conseil des arts de la Norvège), Notam (Réseau norvégien de technologie, d’acoustique et de musique), Fond for Utovender Kunstnere et le festival Ultima. Pour Bouteilles de Klein, Barely: part-1 a été remixée et réduite à 39 minutes au studio de la compositrice en 2008; elle vise à créer une toile de fond sonore. La recherche et la composition de l’œuvre ont été financées par une bourse de Norsk kulturråd (Conseil des arts de la Norvège), 2006-08.

Albums

Cycle

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.