electrocd

Liberté

Arturo Parra

Liberté

Les années de plomb n’ont pas réussi à faire taire la vie. Les rires reprennent, les cris des enfants. Le poète n’est pas mort en vain! L’un de ces résistants a survécu. Il a passé 23 ans en prison mais témoigne aujourd’hui, par la force de sa poésie, de l’immortalité des espoirs et du combat pour la liberté. Par-delà sa mort, Miguel Hernández retrouve aussi la liberté parce que l’espoir et la lute ont eu raison des ténèbres, et parce que son souvenir perdure et reste un phare incontournable dans les années sombres de l’humanité.

Les cris joyeux de la «parade des enfants» ont été enregistrés en pleine ville: j’ai capté «à la volée» des enfants défilant dans ma rue pour proclamer leur fierté d’appartenir à une école favorisant le respect mutuel, le partage et la tolérance. Je ne pouvais pas être insensible à ce merveilleux hasard qui les a fait passer sous mes fenêtres alors que j’en étais précisément à me demander comment évoquer la force invincible de la vie, de la joie…

La voix masculine que l’on entend réciter un poème est celle de Marcos Ana, poète espagnol lui aussi enfermé sous la dictature: il y passera 23 années de sa vie et ne sera libéré qu’en 1962, grâce aux pressions exercées par Amnistie Internationale sur le régime franquiste. Ce «jeune homme» de 87 ans parcourt aujourd’hui le monde entier pour faire connaître les espoirs qui l’ont animé dans sa jeunesse et l’ont condamné aux prisons franquistes — des espoirs qui l’animent encore et qui ont ainsi raison du Caudillo. Cette lecture de son poème intitulé Mi Corazon est un patio a eu lieu en juillet 2008, au 18e Festival international de poésie de Medellín, en Colombie.


Mouvements