Œuvres Bestiaire Roxanne Turcotte

Bestiaire

  • Roxanne Turcotte
  • Année de composition: 2010-11, 14
  • Durée: 10:01
  • Instrumentation: support 16 canaux

Dix divertissements environnementaux imbriqués les uns aux autres dépeignent une fresque descriptive d’animaux réels ou imaginaires que plusieurs ont vus. Leur histoire et un langage étonnant pour le plaisir de l’oreille. Des interprétations vocales d’oiseaux sont analysées et comparées à celles des voix humaines et des perceptions auditives sont mises en relief dans une spatialisation organisée de façon à créer un espace animalier naturel et une volière musicale à air libre presque réaliste.

De tous les temps, les bêtes sont partout dans la peinture, la musique, la littérature et la culture en général. Certains êtres imaginaires semblent vraiment exister dans ce monde éthéré. Des oiseaux mémorisent des notes, des espèces émettent et perçoivent des ultrasons et des infrasons. Une multitude de signaux sonores et cris de ralliement sont produits par des modes de production bien réels: battements d’ailes, frottements de pattes, passage rapide du grave à l’aigu et l’écholocalisation. Étrangement, on croit entendre une goutte d’eau, une voix chantée, un syntoniseur de fréquences radio, un balayage d’harmoniques, un chant d’Inuits, de pygmées ou de Birmans et d’onomatopées vocales. En combinant quelques sources sonores enregistrées, des animaux marins aux spectres très étendus donnent l’impression de créer une phrase musicale avec un rythme précis (illusion auditive). Pures interprétations vocales. Ils ont un pouvoir de communication et une émotivité que nous commençons à peine à comprendre. Les animaux pratiquent également une forme de solidarité par leur mobilisation. Nous les aimons car ils nous ramènent à l’essentiel: l’instinct de survie.

Mon bestiaire est un hommage aux êtres vivants. Une histoire basée sur des faits vécus et des expériences fabuleuses: Des chanteurs et imitateurs plumés à l’oreille absolue, un chien rieur qui se prend pour un chat en kayak, des écureuils presque humains, des corneilles qui réfléchissent, un monarque de compagnie sauvé in extremis déjeunant tranquillement avec ma fille Fannie, le chant des coyotes affamés, un perroquet «bécoteur» jasant en espagnol précisément sur une fréquence de 880 Hz. Nous retrouvons aussi quelques anecdotes au sujet de l’escapade d’une perruche attirée par l’odeur des œufs frits sur le bord d’une fenêtre une nuit d’hiver glaciale; l’adoption de notre petite mare par des grenouilles; le repérage de ma perruche Toupie en vol libre inattendu durant quatre jours sur 12 km.

Plusieurs séances de captures sonores ont été nécessaires afin d’obtenir le plus grand nombre d’échantillons possibles et ainsi fabriquer une banque de sons. De longues heures de triage et micro-montage servent ensuite à ne garder que l’essentiel.

Sources d’inspiration: Radio-Canada, Samedi et rien d’autre, 7 juin 2008; Joël Le Bigot, Les animaux du Grand Nord, Éditions Auzou; Nav Canada (contrôle du trafic aérien des «ailes humaines»); refuges d’animaux sauvages; mes animaux adoptés; L’Idéfix d’Obélix; la mouette rieuse de Gaston; le Milou de Tintin; des bestiaires de Sonia Sarfati, Alfred Pellan, Serge Bouchard, Olivier Messiaen

[iv-14]


Bestiaire a été réalisée en 2010-11 au studio de la compositrice (Productions RTM) à Montréal. La pièce a obtenu la 3e place au 2e Prix collégien de musique contemporaine 2009-10 décerné par le Cégep de Sherbrooke (Québec) en collaboration avec le Centre de musique canadienne — Région du Québec. Merci au Conseil des arts du Canada (CAC).


Création

  • 24 octobre 2015, L’Espace du son 2015: Roxanne Turcotte, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Albums

Partitions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.