Œuvres OVI (Objet volant identifié) Roxanne Turcotte

OVI (Objet volant identifié)

  • Roxanne Turcotte
  • Année de composition: 2009-14
  • Durée: 10:49
  • Instrumentation: guitare électrique modifiée, guitare amplifiée et support 5.1 canaux
À la mémoire de Martin

Recherches électroacoustiques effectuées à partir du timbre des cordes vibrantes de la guitare électrique modifiée, de la guitare acoustique amplifiée et des sons d’une harpe éolienne, inventée et fabriquée avec François Doyon.

L’instrument est construit à partir de matériaux recyclés et vibre sous l’effet du vent ou par manipulation de la tension des cordes et de gréements de voilier disposés sur une structure métallique: cordes de piano, cordages de nylon (fil à pêche), polyester, dyneema ou kevlar gainé, de type composite à plusieurs cordes ou monofil d’une épaisseur variant entre 0,8 et 3 mm. En ajoutant des poulies pour faire varier la tension des cordes, on obtient des modulations de fréquences: do 6 variant à si bémol 5, si5, sol, la et variations en glissandi selon la force du vent mesuré par un anémomètre. Un dispositif lumineux fait de l’objet une structure tant nocturne que diurne lors d’une exécution sous forme d’installation où le guitariste exécute une transcription des effets produits par la harpe, dispersés dans les haut-parleurs disposés tout autour de l’auditeur.

Une accumulation musicale en délire virevolte en rafale, produisant des sifflements mystérieux croqués en vol et qui renvoie aux expressions les plus courantes: corde sensible, plusieurs cordes à son arc, avoir la corde au cou, de sac et de corde… L’utilisation du EBow en direct sert à unifier les sonorités par l’entretien (sustain) des sons joués, et ainsi créer des effets fondus avec les prises de sons de la harpe éolienne. Un champ électromagnétique est créé par l’installation du EBow sur les capteurs de la guitare électrique qui devient alors le prolongement de l’«Objet volant identifié»…

Dans la dernière section de la pièce, on entend des notes générées naturellement par des haubans de voiliers. Les bateaux deviennent de véritables instruments de musique munis de longs cordages d’où proviennent différents sifflements en harmonie avec le cliquetis des gréements. Ce chant de mâts génère un accord de notes précises selon les dimensions variées des haubans et cordages. Il présente un magnifique concert à ciel ouvert pendant que les routes volantes d’un aéroport à l’autre suivent un plan dans le ciel pour le passage de la mer à l’espace. On perçoit maintenant l’ambiance de lieux: aéroports, ports de mer, marinas et le centre de contrôle du trafic aérien civil.

[iv-14]


La présente version de OVI (Objet volant identifié) a été réalisée en 2011 et complétée en 2014 au studio de la compositrice (Productions RTM) à Montréal. La version installation a été présentée à l’automne 2011 au Parc Bourgeau à Pointe-Claire (Québec). Merci au Conseil des arts du Canada (CAC), François Doyon, Francis Brunet-Turcotte, Claude Lassonde, judicieux conseils sur l’utilisation du EBow, Julien Leblond, restaurateur de piano et don de cordes et de gréements, Philippe Labbé, ingénieur en structures et vibrations, François Sébastien, contrôleur aérien qui me guidera vers la «machine à vent» lors d’une visite de sa station de travail, ainsi qu’à Martin Léveillé, conseils en prise de son et en utilisation de microphones de contact.

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.