La boutique électroacoustique

Œuvres Dans le ventre de la machine Nicolas Bernier

Dans le ventre de la machine

  • Nicolas Bernier
  • Année de composition: 2010-11
  • Durée: 10:40
  • Instrumentation: support 5.1 pistes

Bois, métal, électricité, fréquences, eau, chair, combustible, violence. Elle est bel et bien vivante la Machine. Dans son chaos organisé réside une inaptitude à fonctionner objectivement. Par un moment d’inattention ou pire, un hasard, elle nous happe dans son inextricable engrenage. C’est à ce moment que cette pièce a été composée, alors que je m’y sentais prisonnier, incapable d’y mettre du sable, de l’arrêter, de concentrer l’énergie là où elle se doit. La résultante est une œuvre où la présence du corps est indéniable, où les gestes se déchirent entre volonté, léthargie et spasmes frénétiques avant l’exténuation du dernier souffle.

La base du matériau a été générée en séance de jeux en direct sur un système de haut-parleurs et microphones piézo créant des effets de larsen ainsi qu’avec une machine construite par mon ami menuisier Alexandre Landry. Cette machine, peuplée d’engrenages, de roues et de manivelles, me remémore toujours le discours légendaire Bodies upon the gears prononcé par Mario Savio en 1964. Évoquant la liberté et la résistance, il exprime avec fougue: «Il vient un moment où le fonctionnement de la machine devient si odieux, où il donne tant la nausée, qu’on ne peut plus y participer, même passivement. C’est alors qu’il faut se jeter sur les engrenages, sur les roues, sur les manivelles, sur toute la machine, pour la stopper à tout prix. Et qu’il faut faire comprendre aux gens qui la font tourner, à ses propriétaires, que jusqu’à ce que nous obtenions notre liberté, cette machine ne fonctionnera plus».

[xi-11]


Dans le ventre de la machine a été réalisée de juin 2010 à avril 2011 dans le studio du compositeur. Merci à Olivier Girouard, Gilles Gobeil ainsi qu’à Pierre Alexandre Tremblay pour leur précieuse écoute. Merci également à la University of Huddersfield ainsi qu’au Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC). Dans le ventre de la machine a obtenu le Prix Motus du 4e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar Del Plata, Argentine, 2011).


Création

  • 7 novembre 2011, Concierto de música electroacústica, Auditorio Noel Werthein — Instituto de Tecnología ORT, Buenos Aires (Argentine)

Distinctions

Albums