Œuvres Grooves Åke Parmerud

Grooves

  • Åke Parmerud
  • Année de composition: 2011
  • Durée: 9:11
  • Instrumentation: support multicanal (Klangdom)

Lorsque mon ami allemand Kai Hanekken me proposa de composer un morceau à base de sons de microsillons, je fus d’abord sceptique. Cette idée, on en a usé et abusé depuis le milieu des années 80, dans l’électronica tout particulièrement, au point où elle est devenue un cliché par excellence. Je ne voyais pas l’intérêt de m’embarquer dans un tel projet. Or, en y réfléchissant un peu, deux choses me frappèrent. Premièrement, à ma connaissance, il n’existait aucune composition qui explore en profondeur les bruits des disques vinyles; il y aurait donc là, dans les faits, un terrain relativement vierge. Deuxièmement, l’idée avait du mérite de par le fait qu’elle est éculée, du moment que je pourrais lui donner une tournure originale.

Lorsque Kai m’offrit de numériser tous les bruits de vinyle de sa vaste collection de microsillons; mes dernières réticences s’écroulèrent. J’aurais accès, sans effort, à un énorme bassin de matériel que je n’aurais jamais eu le temps (ou l’énergie) de colliger moi-même. Mieux encore: j’aurais la chance de créer l’œuvre sur les 43 canaux du Klangdome du Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM, Karlsruhe, Allemagne). J’ai plongé.

C’est ma pièce la plus «hardcore» à ce jour. Elle est dure, agressive, sombre et insupportable, mais d’une manière plutôt agréable… à mon avis.

Mon intention était de mener graduellement ce morceau vers «le crépitement ultime», le bruit de surface qui couvrirait l’ensemble du spectre sonore et emplirait l’espace sonore au maximum. Évidemment, cet effet n’est possible qu’avec un système sonore multicanaux d’une bonne taille. Dans la version stéréo, l’image sonore devient très dense, surcompactée et encore plus intolérable que prévu. Sentez-vous libre d’aimer ou de détester ce morceau, mais montez le son!

[traduction française: François Couture, iv-15]


Grooves [Sillons] a été réalisée en mai 2011 avec le Klangdome à 43 canaux du ZKM_Kubus du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne. Merci à Kai Hanekken et au ZKM.

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.