Œuvres Draugalimur eRikm, Ásdís R Magnúsdóttir, Jean Renaud, Traditionnel islandais

Draugalimur

L’attraction qu’exerçait la science-fiction et le cinéma de genre sur moi dès l’enfance, à refait surface à l’annonce du film Prometheus, prequel d’Alien, du réalisateur Ridley Scott. Lors de la projection de ce film, je fus complètement absorbé par les images du prologue, filmées dans un décor naturel du nom de Dettifoss en Islande.

Dettifoss est la chute. Elle plonge dans le canyon de la Jökulsá á Fjöllum en plein milieu d’un désert de roche volcanique. Cette chute d’eau, de plus de quarante quatre mètres de hauteur, sera le point de départ de mon périple en Islande. La puissance des éléments naturels, voire surnaturels, constituée par les paysages monumentaux de cette île monde, fait écho à une décennie de voyages que j’ai réalisé au dessus de 60 degrés latitude nord et en dessous de 30 degrés latitude sud.

Draugalimur (Membre fantôme, en français) est une traversée allant de l’intime aux grands espaces, à travers les éléments en mouvement. Les glaces, l’air, les gaz et le feu sont en perpétuelles activités dans ces lointains chaotiques et primitifs. Cela ressemble à la surface de la terre, il y a plus de cinq cent millions d’années.

À Reykjavik (Islande), je fis la connaissance du plasticien islandais Haraldur Jónsson. Il me narra le conte islandais Móðir mín, í kví, kví (Ma mère dans le parc, parc), lequel me troubla profondément. Je ne savais pas encore à quel point ce texte allait jouer un rôle prépondérant pour la composition de cette pièce et créer une résonance symbolique dans ma propre vie.

Draugalimur est un travail avec les éléments, acoustiques et sonores: débâcles glaciaires; intérieurs gigantesques des réservoirs d’huile de morue en ruine; anciens quais d’abattages à baleines et autres cétacés.

Isolé sous un pont en acier, traversant un désert désespérément revêtu de cendre noire, des icebergs à la dérive se font aspirer de leur lagon par l’océan Arctique, un leurre à la marée basse. J’ai vu à l’aplomb d’un sandur, quatre soleils diffractés ou lordose de la terre qui furent à cet instant, vert de gris, orange couchant à blanc létale.

À l’ombre des écorces chaudes ou dans les boues pestilentielles d’un jaune soufré, les soufrières à la rose glaise, n’attendent que l’éruption d’un geyser angoissé. La fluorescence effondrée des horizons de lichens, à la chute definitive d’un serak millénaire, seule la sterne rieuse peut faire face à tant de complexité.

Draugalimur est un essai, une tentative de faire lien entre la puissance des éléments et l’imaginaire de ses habitants; une affection à travers l’agencement et les diverses articulations de matériaux concrets et oniriques de cette île (encore) fantastique.

[iv-17]


Draugalimur — sous-titrée Membre fantôme — a été réalisée en 2014-15 au studio du compositeur à Marseille (France) et créée le 24 janvier 2015 dans le cadre de la saison Multiphonies de l’Ina-GRM à l’Auditorium Saint-Germain de la MPAA (Paris, France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). Texte: Móðir mín, í kví, kví (Ma mère dans le parc, parc), folklore islandais; version française tirée de La géante dans la barque de pierre et autres contes d’Islande, Jón Árnaso, Éditions José Corti (2003). Voix enregistrées: Dominique Poulain, Haraldur Jónsson. Merci à Dominique Poulain, Haraldur Jónsson, Natacha Muslera, Arnlín Óladóttir, Christian Zanési, Magnús Rafnsson et Jean Cristofol.


Création

  • 24 janvier 2015, Multiphonies 2014-15: Akousma, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.