Œuvres Maelström Stéphane Roy

Maelström

  • Stéphane Roy
  • Année de composition: 2016
  • Durée: 12:05
  • Instrumentation: support stéréo

De la poursuite d’un idéal…

Je viens tout juste de terminer la composition de Maelström, c’est encore tout chaud et difficile à saisir… L’œuvre est dissonante, instable dans sa progression cadencée par un jeu d’oppositions entre ses composantes, terreau fertile pour l’expression d’un sentiment dramatique.

Exception faite de la fin de l’œuvre, le propos musical ne se conclut jamais totalement. Il progresse vers des sommets de tension qui se trouvent déviés, interrompus ou partiellement résolus. Ce type d’esquive est un archétype qui revêt des apparences diverses dans l’expression symbolique des œuvres, il renvoi probablement à une figure première, un imaginaire commun et antérieur, source de tension qui transcende les modes d’expression. La création est une occasion pour s’abreuver à cette source, lui donner corps dans la matérialité de l’œuvre. Pour emprunter la belle formule de Hans Robert Jauss, cette quête s’inscrit dans la tentative «d’aller chercher dans l’espace inconscient l’expérience perdue et de l’amener dans la sphère de l’art, où elle se fait langage».

De la matière et de la forme…

Maelström est construite sur des flux instables, des figures musicales qui s’imposent par des textures rugueuses, de rudes saillies morphologiques, des profils énergétiques puissants et une occupation instable de l’espace sonore. Ces figures se constituent parfois en ‘murs sonores’, formant des tourbillons d’énergie qui frôle la limite de la saturation sonore. Ces ‘murs’ jaillissent au début, au milieu et à la fin de l’œuvre contribuant ainsi à en souligner les articulations majeures.

À l’intérieur de cette grande forme se déploient des scènes évoquant des ambiances nocturnes, situées dans des espaces aux horizons indéfinis où interagissent dans un contrepoint serré des êtres musicaux fébriles. Ces scènes recèlent un germe d’appréhension suscité par des figures sonores qui s’infiltrent dans l’oreille sous la forme d’un murmure, d’un frottement ou d’une tenue obsédante. Un leitmotiv, dont les apparitions se trouvent souvent interrompues, contribue à la dimension expressive du propos par le rappel, ou parfois la seule évocation, de la figure sonore prégnante qui introduit l’œuvre.

[xi-16]


Maelström a été réalisée en 2016 dans le studio du compositeur à Montréal (Québec) et a été créée le 3 novembre 2016 durant le concert Résidence 1 au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec).


Création

  • 3 novembre 2016, Résidence 1: Stéphane Roy, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.