Œuvres Un fil rouge Pierre Alexandre Tremblay

Un fil rouge

  • Pierre Alexandre Tremblay
  • Année de composition: 2018
  • Durée: 17:00
  • Instrumentation: quatuor à cordes, percussions et traitement
  • Commande: United Instruments of Lucilin, Philharmonie Luxembourg, HCMF

Cette pièce est une méditation existentielle sur la fiction en tant qu’exercice de simplification de nos vies, passées à naviguer le chaos: la beauté et la laideur des rencontres, des plans et des accidents, de l’improbable et de l’inéluctable. Surtout, la pièce se penche sur le sens que l’on tente de donner à tout ceci, dans nos mémoires individuelles et collectives, à travers les multiples écritures des grandes et petites histoires que l’art nous propose comme autant de clés.

Cette réflexion est — chez moi comme chez plusieurs — à la base d’une certaine spiritualité, renforcée par l’observation de plus en plus sereine de la polyphonie des canons et des propositions, à travers les différents biais décrits par les sciences cognitives, et sur lesquels les artistes, philosophes et statisticiens ont médité depuis la nuit des temps.

Contrairement à un requiem, qui souvent dramatise la disparition individuelle avec pompe, cette pièce se veut une ode à la vie telle quelle: la foule des joies et peines, des parcours multiples et partagés, enchevêtrés, des convergences temporaires, d’uniques combinaisons, entremêlées ou parallèles, compliquées et négociées. Il s’agit aussi d’un hommage à la simplicité volontaire, où le repos n’est pas celui des morts que l’on ne veut pas oublier, mais celui proposé par une vie modeste, légère, négligeable: une histoire parmi tant d’autres, et la lecture possible, émergente, qu’on lui donne.

~~~

Invité à composer à partir d’une pièce du répertoire électroacoustique, le défi principal fut de n’en choisir qu’une. En effet, je suis le fier descendant d’une quantité de pratiques souvent considérées antithétiques… et avec le temps et les rencontres, l’horizon de mon champ d’inspiration s’est encore élargi: à l’ère de l’accès immédiat à tant de musiques, tellement de propositions intéressantes abondent et m’alimentent!

J’ai donc cherché la pièce du canon électroacoustique qui fut pour moi importante et inspirante… d’une liste d’une quarantaine d’artistes influents dans mon passé, l’œuvre qui me marqua le plus, et qui me touche toujours et encore, est le Requiem (1973) de Michel Chion. Cependant, un problème de taille émergea rapidement: ce chef-d’œuvre représente aussi tout ce dont j’essaie maintenant de m’affranchir!

Tout? Nuançons. Harold Bloom, dans The Anxiety of Influence (aussi de 1973), est plutôt inspirant dans sa description de la relation complexe et ambiguë d’un créateur avec les géants du passé. Ma pièce fut donc un espace où j’ai dû négocier un dialogue entre ce requiem et l’incroyable richesse de sa descendance polymorphe: loin de l’échantillonnage, d’un hommage, ou encore d’une pièce-compagnon, je me suis imprégné de ce chef-d’œuvre pour en présenter une sorte d’anti-lecture… Un anti-requiem, une contemplation de la vie foisonnante, comme émergence improbable.

[ix-18]


J’aimerais remercier les gens suivants: Jim Hart, pour la vision inspirante sur son instrument; Jorge Boehringer, pour la session de test; Florence Martin et Lydia Rilling, pour la confiance aveugle et le support inconditionnel; l’ERC, car certaines parties du processus de composition ont été supporté par le projet FluCoMa (programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne, bourse #725899).


Création

  • 4 mai 2018, Miroirs, Salle de musique de chambre — Philharmonie Luxembourg, Luxembourg (Luxembourg)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.