Œuvres Oscillations planétaires Chantal Dumas

Oscillations planétaires

  • Chantal Dumas
  • Année de composition: 2017-18, 19
  • Durée: 49:21
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Deutschlandfunk Kultur

Oscillations planétaires est une évocation géologique.

De toutes les couches qui la composent, du noyau aux aires de surface, la planète Terre est mue par des mouvements ondulatoires qui agissent à des échelles temporelles extrêmement différentes. Alors que certains s’inscrivent dans une temporalité géologique, d’autres peuvent répondre à un rythme journalier. Cet ensemble oscillatoire participe aux mécanismes qui régissent la dynamique de la Terre.

Voici les phénomènes qui sont évoqués.

  • Tremblements de terre
    Chaque année, entre 800 000 et 1 000 000 de tremblements de terre se produisent à travers la planète. La plupart de ces secousses ne sont pas ressenties, en raison de leur trop faible intensité ou encore du fait que les zones touchées sont inhabitées.
  • Plaque antarctique
    Le déplacement des plaques tectoniques se fait dans un mouvement relatif les unes par rapport aux autres. La plaque antarctique se déplace lentement à une vitesse variant entre quelques millimètres et deux centimètres par an, selon les zones de contact avec la dizaine de plaques et de microplaques qui s’accrochent à sa périphérie.
  • La subduction se produit quand deux plaques entrent en collision. La plus dense plonge sous la moins dense et s’enfonce dans une couche terrestre extrêmement chaude appelée le manteau. Elle entraîne avec elle l’eau et les sédiments qui ont mis des millions d’années à se constituer.
  • Fosse océanique
    Challenger Deep est le point le plus profond connu de la Terre. Il se cache au creux de la fosse des Mariannes, à près de 11 km de profondeur sous la surface de l’océan Pacifique ouest, à proximité des Îles Mariannes.
  • Convection mantellique
    La formulation de la théorie de la tectonique des plaques dans les années 1960 a révolutionné les sciences de la Terre. Plusieurs hypothèses ont alors été avancées pour expliquer la mécanique de mise en mouvement des plaques. On sait aujourd’hui que le secret se trouve dans la convection des profondeurs.
  • Les geysers sont des phénomènes naturels extrêmement fragiles et sensibles aux tremblements de terre. Leurs activités varient en fonction de l’impact des séismes sur leur structure.
  • Formation de montagnes
    Les chaînes de montagne prennent forme principalement dans les zones de subduction. Lorsqu’une plaque continentale rencontre une plaque océanique, la plaque océanique plus dense glisse sous la plaque continentale qui, soumise à d’énormes forces de pression, se plisse et se soulève.
  • Marée crustale
    En 1994, Maya Tolstoy, géophysicienne marine et scientifique de renom, découvrait les premières preuves concrètes que les marées — le mouvement des océans et de la terre solide en réponse aux forces astronomiques — peuvent déclencher des tremblements de terre sous-marins. «Sur les fonds océaniques, où agit le poids de l’océan vers le bas et vers le haut, on voit le déplacement du sol lié à cette déformation avec l’eau, raconte-t-elle. C’est comme si le fond marin respirait avec les marées.»
  • Magnétisme terrestre
    Le champ magnétique de la Terre a la curieuse capacité de s’inverser, c’est-à-dire que le pôle Nord devient le pôle Sud et vice versa. Les inversions magnétiques surviennent à intervalles périodiques, irréguliers, voire imprévisibles. La Terre en a connu des centaines au cours de son histoire. La dernière inversion s’est produite il y a environ 780 000 ans.
  • Dorsale médio-atlantique
    La dorsale médio-atlantique fait partie d’un vaste réseau de chaînes de montagnes volcaniques sous-marines. Elle parcourt l’océan Atlantique sur une distance de 10 000 km. Malgré ses 3000 mètres de hauteur en moyenne, elle émerge à seulement neuf points sous forme d’îles volcaniques et de pics rocheux.
  • Ondes sismiques
    Lorsqu’un séisme est déclenché, un front d’ondes sismiques se propage à travers les couches géologiques jusqu’à atteindre la surface de la Terre. Très rapides et élastiques, ces ondes se propagent dans toutes les directions.

[x-19]


Oscillations planétaires a été réalisée en 2017-18 au studio de la compositrice à Montréal et a été créée le 13 juillet 2018 dans la cadre de l’émission Klangkunst à la radio de la Deutschlandfunk Kultur (Allemagne). Sous le titre Nazca Plate, Sound Essay on Geological Time, une version préliminaire de deux mouvements a été créée le 13 août 2017 lors du concert Time Response du festival Sound Travels produit par NAISA au Ernest Balmer Studio à Toronto (Canada). Oscillations planétaires a été créée en concert le 6 décembre 2018 lors du concert Électrochoc 3 au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec). La pièce a été révisée en août 2019. Avec la participation de: Ida Toninato, saxophone baryton (Convection mantellique et Marée crustale); Claire Marchand, flûte (Geysers); Daniel Áñez, piano (Dorsale médio-atlantique); Christian Olsen, batterie (Dorsale médio-atlantique et Ondes sismiques). Merci à Fiona Ann Darbyshire (conseillère scientifique — Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère, UQAM), à Marcus Gammel (initiateur de la commande) et au Conseil des arts du Canada (CAC). Oscillations planétaires est une commande de la Deutschlandfunk Kultur (Allemagne).


Création

  • 13 juillet 2018, Création à la radio: Klangkunst, Deutschlandradio Kultur, Allemagne
  • 6 décembre 2018, Création en concert: Électrochoc 2018-19: Électrochoc 3: Chantal Dumas — Oscillations planétaires, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Albums

Mouvements

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.