Œuvres Les aurores pourpres Stéphane Roy

Les aurores pourpres

  • Stéphane Roy
  • Année de composition: 2017-19
  • Durée: 13:54
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média

Cette œuvre évoque une vision onirique. Deux espaces, deux climats contrastants. D’abord, au seuil de l’aurore, un horizon calme et serein, froid et bleu. Soudain, l’espace se trouve clos, la froide lumière s’empourpre au point de devenir incandescente. Le lieu est peuplé de créatures farouches et fébriles dont la trace acoustique fait contrepoint avec l’entrechoc des matières tectoniques en mouvement.

L’écriture acousmatique relève encore une fois d’une démarche plasticienne, caractérisée par des signatures morphologiques contrastantes, aux mutations imprévisibles, évoquant des couleurs, des textures et des formes. L’œuvre s’ouvre sur de longues plages sonores stables et diaphanes, s’étirant comme des mélopées plaintives. Elles sont brutalement perturbées par des grésillements, crépitements, granulats et «arcs acoustiques» générés par la saturation qui déchire l’écran sonore.

Les aurores pourpres est composée de matériaux issus à la fois de la synthèse sonore et d’enregistrements de sources acoustiques traitées. Pour arriver à ce résultat, j’ai mené des fouilles dans mes anciennes banques de sons du début des années 1990 que j’avais constituées lors d’une année de création et de programmation à l’Université Stanford (Californie, ÉU).

Afin de façonner le matériau de l’œuvre, j’ai eu recours à un détecteur de mouvement infrarouge me permettant de contrôler simultanément, avec la gestuelle d’une main, jusqu’à cinq paramètres sonores dans des applications de synthèse additive et de synthèse par modélisation. Ce même contrôleur a servi au traitement sonore de mes matériaux anciens et nouveaux, notamment grâce au logiciel Cecilia. L’emploi du détecteur infrarouge a permis d’imprimer à la morphologie et à la facture des sons une signature gestuelle, vivante et organique, et de libérer ainsi les qualités expressives du matériau.

[ix-19]


Les aurores pourpres a été réalisée en 2017-19 dans le studio du compositeur à Montréal (Québec) et a été créée le 11 avril 2019 lors du concert Résidence croisée au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal.


Création

  • 11 avril 2019, Résidence croisée: Gilles Gobeil, Stéphane Roy, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Albums

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.