Œuvres axet remperimos te Dominique Bassal

axet remperimos te

  • Dominique Bassal
  • Année de composition: 2014-17
  • Instrumentation: support 7.1 canaux

«Il s’est produit un accident sur la ligne de l’histoire, et l’Antiquité toute entière a été escamotée. Le rêve des Maîtres de l’Univers se réalise avant la lettre: on est passé directement du néolithique à la période médiévale, en fondant une civilisation planétaire absolutiste. Un mixage entre l’implacabilité des romains, l’hypocrisie grecque, le totalitarisme béat de la civilisation pharaonique, la cruauté éthérée de la Chine dynastique et bien sûr l’insondable stupidité du Moyen Âge occidental. C’est cette uchronie que décrit axet remperimos te.

On n’est même pas tout à fait sûrs de la signification précise de cette devise de l’Empire, quelque chose de l’ordre de «accepte de ramper» ou encore «accepte ou tu seras rompu». De toute manière, il s’agit d’un vestige linguistique unique, découvert au milieu d’une masse de documents comptabilisant les populations déportées, les villages rayés de la carte, les millions de femmes et d’enfants disparus. Souvenirs d’une époque peut-être pas plus cauchemardesque que ce vers quoi voudraient nous diriger ceux qui pensent maintenant à notre place.

Les ruines d’un immense château fort, centre du gouvernement mondial, témoignent encore de la puissance et de l’inhumanité de cette civilisation.

À l’intérieur de ces vestiges colossaux, on découvre une multitude de chambres, en condition de conservation surprenante, et dont on peine à comprendre la fonction. Des lieux paradoxaux, alimentés par des énergies à peine mesurables. Il est possible que les véritables maîtres de cet Empire aient résidé dans ces repaires, créatures non-humaines venues d’outre espace. On a aussi théorisé qu’une résistance organisée par des mutants à l’intelligence solaire, ait ici dressé des pièges existentiels destinés à détruire psychologiquement les rejetons des dirigeants. Dans quelques unes de ces chambres règne un silence sépulcral, mais plusieurs autres retentissent de constructions sonores émanant d’on ne sait où…

Les ambiances de quelques unes de ces chambres sont ici reproduites.»

[iii-18]


axet remperimos te a été réalisée d’août 2014 à décembre 2017 au studio du compositeur à Montréal (Québec).

Mouvements

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.