electrocd

Honey (Architectures From Silence No. 1)

Martin Bédard

Honey (Architectures From Silence No. 1)

  • Martin Bédard
  • Année de composition: 2020-21
  • Durée: 17:18
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3037389956 / T3037391456 / T3037390157

À MH et Lili…

La nature même du miel est pour moi un modèle naturel inspirant, dans la vie et particulièrement quant à la réalisation de cette œuvre. Le miel est le fruit d’une longue transformation. Au lieu d’être sécrété spontanément, il est issu d’un long processus de métamorphoses qui débute par des matières quasi volatiles (pollen, nectar) évoluant ainsi dans un processus de densification continu pour aboutir à une texture riche, dense, et ce, jusqu’à la cristallisation. L’abeille recueille, unifie, transfigure et transfuse: elle permet le passage du pollen au miel, c’est-à-dire qu’elle fait d’une poudre, d’une dispersion sans ordre, un liquide structuré et unifié. Le symbolisme du miel est associé à la transformation et à la synthèse. Le miel représente également une période de récolte et d’abondance.

Honey (Architectures From Silence No. 1) propose une architecture sonore ayant donc comme trame de fond:

  • la transformation et la métamorphose des matières vers la densification et la transfiguration;
  • la richesse matériologique et l’abondance associées à une période de récolte;
  • la profondeur de la rétrospection et ses possibilités temporelles et musicales qui récapitulent le chemin accompli jusqu’à la période de moisson; et
  • la poésie reliée aux transformations invisibles, à la reconnaissance, au plus grand que soi.

J’accorde également, en relation avec ces thématiques explorées dans Honey (Architectures From Silence No. 1), un souci sonore particulier:

  • aux développements des matériaux et à leurs évolutions vers la densification;
  • à une transformation des matériaux qui, par métamorphose poussée, transcende la matière initiale;
  • à l’articulation du discours sonore par le biais du montage cinématographique. Cette grammaire visuelle alimente mon discours sonore essentiellement basé sur l’articulation des matériaux et permettra un travail temporel favorisant la notion de rétrospection, d’anticipation et de mise en abyme. Je précise que la grammaire cinématographique avec ses possibilités temporelles et discursives est un outil catalyseur et architectural important pour la réalisation de cette pièce, car elle explore des procédés qui consolident et lient les éléments en présence, matérialisant ainsi un des thèmes centraux du projet; et
  • à l’évolution architecturale et formelle de l’œuvre grâce à une approche plus structurelle du montage mettant particulièrement l’accent sur une certaine non-linéarité et fragmentation entre les grandes unités et leurs sous-unités de l’œuvre tout en recherchant une cohésion locale (gestes, phrasés, techniques et procédés de liaisons, principe de cause à effet) et holistique (l’œuvre dans son entièreté). L’œuvre emprunte un parcours polyphonique aux lignes constamment interrompues où la discursivité est animée par les notions de parenthèses, de parenthèses dans la parenthèse, de ruptures et de mise en abymes, ce qui laisse supposer un départ rhizomatique quelque peu déroutant principalement dans la première partie de l’œuvre. Par contre, au fil des énonciations, un développement exponentiel émerge en poussant à terme le discours propre à chacune des voix qui furent présentées lors de ces multiples apparitions antérieures.

[ii-22]


Honey (Architectures From Silence No. 1) a été réalisée en 2020-21 au studio du compositeur à Longueuil (Québec) avec l’aide du Conseil des arts de Longueuil. Merci à Jean-Michel Dumas, Stéphane Roy et Christian Bouchard.


Composition