Mistpouffers (Téléchargement) L’aire de la Moure 2

L’aire de la Moure 2

eRikm / Paul Éluard

  • Année de composition: 2013
  • Arrangement: Arr. eRikm, 2015-16
  • Durée: 18:17
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GR2013, Radio Grenouille pour Marseille-Provence 2013 — Capitale européenne de la culture

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À Jean Paul Barde

L’aire de la Moure est un site physique et représentatif (à l’échelle 0) de la gestion des risques de futures catastrophes, liées à l’activité humaine. Il est l’un des symptôme de cette activité, la gestion de ces risques a pour effet la modification (maquillage du au retardant) du site ‘naturel’: modification du terrain (acidité…), de sa flore et de sa faune.

Cette zone, contrairement au reste du massif, est arrosée de manière périodique. L’eau salée et le retardant — fait d’un sel ignifugeant: phosphate d’ammonium; un épaississant: gomme ou argile; un colorant: oxyde de fer; et quelques autres composants en faible quantité — sont largués par le balle des avions Pélicans (Canadair CL-415), Trackers (Grumman S-2) et autres. Le lieu a une fonction symbolique (stigmatisantement, rouge) dans un environnement qui se compose de calcaire blanc et de garrigue, avec des versants couverts de pins d’Alep. La zone est visible d’une multitude d’endroits depuis la ville de Marseille et ses environs, tel un monument me faisant étrangement penser au rocher sacré (pour les aborigènes) d’Uluru en Australie.

Le livre Le chant des pistes de Bruce Chatwin m’a ouvert à un imaginaire du continent australien particulier. Cet imaginaire se mélange au grès des vents en un espace cristallisé par les théories de Paul Virilio, où vitesse et accident m’amènent à l’enfance: je désirais devenir un être volant.

La genèse de mon travail s’est révélée à travers un être volant de sons, de mots et d’images. L’expérience du voyage à travers les extrémités des contrées que j’ai traversé, me donne le sentiment que le site de l’aire de la Moure n’est pas chargé.

Il n’a pas à mon sens de puissance tellurique, magnétique ou vibratoire, comme lorsque l’on se trouve face à un glacier, une forêt pluvieuse ou encore lorsque l’on fait l’expérience d’être au beau milieu de la faille de Roland…

L’aire de la Moure est maquillée et pervertie au besoin des hommes, jusque dans sa morphogenèse linguistique: l’amour; le mourre de pouar: groin de porc en provençal (le voilier de pêche le plus caractéristique du littoral méditerranéen) [wikipedia].

Il m’a fallu donc, de manière inconsciente au départ, recourir à l’imaginaire (I) de mon enfance démunie de préjugé d’adulte afin d’entrer dans ce paysage. L’appropriation du site par l’imaginaire, à qui j’ai donné symboliquement (S) un sens sacré voir même magique, m’a conduit à créer au travers des trous existants, un troisième trou, entre les deux dimensions (I, S). Ce troisième trou ou vide transmet dans le réel de chacun des auditeurs une sorte d’instantané atemporel du jeux, et le «Je» d’une fiction spéculative, connectée à une mémoire ressource, source d’imaginaire.

[iv-17]


L’aire de la Moure 2 a été révisée en 2015-16 au studio du compositeur à Marseille (France) à partir de L’aire de la Moure de 2013 qui était une commande de GR2013 et de Radio Grenouille pour Marseille-Provence 2013 — Capitale européenne de la culture. Texte: À la flamme des fouets de Paul Éluard, © Éditions Gallimard. Voix enregistrées: Natacha Muslera, eRikm. Merci à Jean Paul Barde (typologie technique), Julie de Muer et Bernard Clavier.


À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par Giuseppe Ielasi et eRikm d’octobre à décembre 2016 à Vimercate (Italie).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.