electrocd

Les oiseaux de Nias

Roxanne Turcotte / Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2017-19, 20
  • Durée: 30:00
  • Instrumentation: 5 instruments à vent, 25 appeaux et support multicanal immersif (31 canaux)

Stéréo

Sur l’île de Nias au large de Sumatra en Indonésie, des oiseaux chanteurs à la voix d’or sont malheureusement capturés chaque année pour les bénéfices d’un concours de chant. Un “Gazouillis mania” où les oiseaux disparaissent des forêts pour aller vivre dans de minuscules cages.

«Des milliers d’oiseaux exotiques sont en effet attrapés illégalement chaque année dans les forêts tropicales en Indonésie et revendus sur des marchés où ils arrivent cachés dans des caisses, parfois même à l’intérieur de bouteilles en plastique. L’Indonésie est un terrain propice à un tel trafic: la jungle de l’archipel d’Asie du Sud-Est regorge d’espèces d’oiseaux chanteurs, tels le Garrulaxe bicolore de Sumatra, le Lori noira rouge à la queue vert noirâtre ou encore l’étourneau à ailes noires.»

Idées puisées dans le reportage «Indonésie, l’éveil d’un archipel» de l’émission Thalassa (TV5) de janvier 2016.

Les rites de la nature font un bruit sous ce silence où que ce soit. Une forêt là où quelque part, des oiseaux s’y cachent pour se protéger des prédateurs. Le trafic d’oiseaux persiste afin de satisfaire des amateurs sans scrupules. Ailleurs, on les écoute, on les invite à une désinvolture certaine. Enregistrons-les et observons-les.

Des enfants sont enlevés à leur famille et exploités; des prisonniers politiques luttent pour la survie de leur voix unique et revendicatrice; tous les jours des femmes sont violentées et des minorités, marginalisées. Malgré le problème de la pauvreté sur Terre, les injustices résistent à la résilience des peuples, sous un soleil noir. Des regroupements d’oiseaux sont solidaires et sans hiérarchie. Ceci est un appel à la liberté et à la sauvegarde de notre espace vital. Étouffés par la claustrophobie, il ne faut jamais céder à la paralysie collective pour notre survie.

Le cœur de la thématique s’agite autour d’une étude comportementale et comparative du fonctionnement des oiseaux grégaires et des manifestations d’opposition chez les humains. La révolte est une conséquence, une défense contre la déshumanisation et le désordre universel. Le phénomène de individualisme est voué à l’autodestruction des hommes. La diminution de la biodiversité témoigne de l’incrédulité humaine et des gouvernements climatosceptiques. Le pouvoir industriel fait en sorte que des individus dissidents se démarquent des populations, pour former des groupuscules indignés.

Les oiseaux de Nias trace un parallèle entre les types de rassemblements chez les êtres vivants et fait référence à l’incidence de l’activité humaine sur l’écosystème terrestre qui demeure très inquiétante.

Le grand défi de cette œuvre, élaborée à partir de la coexistence acoustique / électronique, a été d’établir une uniformité entre les sons fixés pré-spatialisés, le son amplifié, modifié et spatialisé des cinq solistes et le chœur de 25 appeaux acoustiques.

Les chants d’oiseaux ont été enregistrés lors de mes expéditions et voyages. Aux sons acoustiques, s’ajoutent des objets sonores que j’ai fabriqués: petites cabanes fluorescentes sur bâton avec mini haut-parleur et interrupteur, pailles-sifflet modifiées générant des fréquences multiples simultanément, révélant ainsi des accords spontanés.

Cette fantaisie musicale comporte aussi des éléments visuels et théâtraux et elle demande également la participation du public. Elle a d’abord été conçue pour une présentation dans la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) à Montréal (Québec), une salle demi-sphérique qui dispose d’un système de son à 31 canaux répartis sur 157 haut-parleurs.

[vi-21]


Les oiseaux de Nias a été réalisée en 2017-19 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 26 février 2019 lors du concert D’un espace à l’autre à la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) dans le cadre du festival Montréal / Nouvelles musiques (MNM) à Montréal; scénographie: RB Breton Parisi; mise en scène, éclairages: François Doyon. Merci à Walter Boudreau et Aïda Aoun de la SMCQ. La pièce a été révisée en 2020. Merci: au «Chœur d’appeaux» dont un groupe d’enfants de l’École de la Samare (appeaux enregistrés); à Fannie Doyon-Turcotte, Michel Lacroix et Cédric Quilleré (captures sonores en voyage); au Centre de musique canadienne au Québec (production graphique de la partition); à David Ledoux et Robert Normandeau de la Faculté de musique de l’Université de Montréal (spatialisation avec SpatGRIS dans le dôme de haut-parleurs et répétition); à Audrée Southière (narration enregistrée); et aux cinq interprètes solistes Michel Dubeau, Julien Grégoire, Claire Marchand, Sonia Paço-Rocchia, Guy Pelletier; et un merci spécial à Élisabeth Cathy (joli son d’oiseau). Conception, fabrication et programmation du Tuyau long: Sonia Paço-Rocchia; conception et fabrication d’autres objets sonores: Roxanne Turcotte. Merci aussi au Conseil des arts du Canada (CAC) (composition, première diffusion en concert).

Création

Composition

Révision

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement sonore a été réalisé le 23 octobre 2020 au Studio Fast Forward à Montréal. Merci à: Frédéric Salter (prise de son), Bernard Beninger. Merci au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) (fixation). Trois mixages — multicanal, stéréo ambisonique et stéréo binaural — ont été réalisés en novembre et décembre 2020 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal.

Fixation

Mixage