electrocd

I dreamt that I died and came back as a moth trapped in a practice room piano

Gordon Delap

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 9:26
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Cette pièce a été conçue à partir de sons et d’idées abandonnés, initialement destinés à une composition pour piano et sons électroacoustiques. J’ai finalement décidé de les utiliser dans J’ai rêvé que je mourrais et que je revenais en tant que papillon de nuit coincé dans le piano d’une salle de répétition. Cette composition est en partie une réflexion sur la répétition infinie et sur la fragilité de la vie. De plus, je pense que le piano peut nous laisser froids: on peut le respecter sans vraiment l’aimer. C’est une relique autoritaire, un monstre de par sa taille et de par sa forme. Outillé comme un instrument de torture avec un sourire jusqu’aux oreilles, il est immobile, rigide, et brise le matériau musical en interrompant ses lignes de manière disgracieuse. Il nous évoque des micro-traumatismes répétés et des déchirures de tendons, ou encore, selon les non-musiciens, des leçons de piano qui, enfants, les auraient dégoûtés à vie de toute formation musicale. Ainsi, le piano est autant un grand destructeur qu’un grand créateur. Le titre fait allusion au fameux passage du papillon, extrait des écrits de Zhuangzi, qui dans une des traductions, se lit comme suit: «Zhuangzi rêva une fois qu’il était un papillon, un papillon qui voletait et voltigeait alentour, heureux de lui-même et faisant ce qui lui plaisait. Il ne savait pas qu’il était Zhuangzi. Soudain, il se réveilla, et il se tenait là, un Zhuangzi indiscutable et massif. Mais il ne savait pas s’il était Zhuangzi qui avait rêvé qu’il était un papillon, ou un papillon qui rêvait qu’il était Zhuangzi. Entre Zhuangzi et un papillon, il doit bien exister une différence! C’est ce qu’on appelle la Transformation des choses».

[Source: MR 2018]


Distinctions