electrocd

Un lancement particulièrement réussi

François Tousignant, Le Devoir, 11 avril 2001

S’ouvrait lundi soir la neuvième édition de l’événement «d’électro» Rien à voir. Une tradition s’ancre et propose, quatre soirs de suite, une manifestation trifide à Ex-Centris. Conférence avec le compositeur invité (un par soir) à 18hl5. Suit, à 19h, un premier concert où l’invité fait entendre de la musique qu’il aime, où l’on découvre sa famille. Enfin, à 21h, c’est l’heure où le compositeur diffuse ses propres œuvres. Une formule bénie des dieux, dont on ne peut que déplorer qu’elle ne fasse encore se déplacer qu’une communauté encore trop restreinte.

Après ce qui a été entendu lundi, on peut en effet souhaiter qu’un public plus large cesse de craindre le médium électroacoustique. Le Britannique Adrian Moore a proposé deux programmes qui ont de quoi convaincre les plus réfractaires. Tout d’abord parce que, oui, on entend bien de la musique faite par un musicien. Comme diffuseur de sons dans la salle Fellini, on assiste à l’œuvre d’un poète, c’est-à-dire quelqu’un qui sait faire entendre et saisir l’ailleurs des sons.

Il maîtrise parfaitement la technique et l’orchestre de haut-parleurs mis à sa disposition. Cet espace que j’ai autrefois jugé ingrat montre maintenant toute sa merveilleuse potentialité. Ce jeune artiste reprend le flambeau qu’un Jonty Harrison avait laissé dans nos mémoires lors d’une précédente édition de l’événement, proclamant clairement toute la force et l’originalité — voire la personnalité! de l’école «anglaise» d’acousmatique.

Du prernier concert, je retiens Scherzo, d’Andrew Lewis. Jeux intelligents où, si le travail sur le son est «évident», notamment avec les carillons enfantins et l’appel de la fillette, la technique et sa démonstration sont transcendées par l’idée consistant à créer un paysage sonore de l’enfance, un peu à la manière du Schumann des Kinderszenen.

Encore mieux: Frictions, de Simon Emmerson. Le compositeur et son interprète nous emmènent en voyage sonore avec une sensualité que la frontière entre sons réels enregistrés (par exemple, les bâtons de pluie africains) et ceux d’origine synthétique est noyée dans la mouvance spatiale qui scelle l’unité. L’auteur y parle des quatre éléments; osons un parallèle avec le traitement des quatre instruments par un vrai bon quatuor à cordes inspiré et inspirant.

Nous faire réentendre Klang, de Jonty Harrison, fut une bonne idee: malgré le changement de contexte, non seulement Klang reste toujours aussi beau mais, malgré ses presque vingt ans, il est vivifiant d’entendre que cela n’a pas pris une ride, ni technologique ni musicale.

Une découverte

De sa propre musique, parlons d’une découverte, de celles qu’on aime faire en ce genre d’endroit et que le disque ne saura jamais rendre malgré les meilleurs intentions. Ce qui frappe d’emblée chez Adrian Moore, c’est le sens de l’espace, la profondeur — dans tous les sens du mot — et la maturité du jeune homme. Oscillant entre humour et sérieux, effet et intériorité, il tombe toujours juste, à défaut de toujours convaincre pleinement. Ainsi, sa dernière œuvre, Superstrings, n’apporte rien au mix média piano et bande, dommage de complaisance passagère. Study in Ink montre avec sourire ce qu’on peut intelligemment tirer du simple bruit d’un crayon feutre sur un tableau de plastique, décelant tout ce qu’on peut puiser d’un son, sans ostentation.

Ethereality temps fort de la soirée. Frisant le chef-d’œuvre, la musique tout court déploie grand ses ailes. Moore trouve une solution musicale personnelle irrévocable au délicat problème d’intégrer le discours parlé dans la trame électronique sans virer bêtement à l’anecdote (au contraire d’Arturo d’Elainie Lillios). Un petit opéra presque wagnérien, tient en quinze minutes de fascination totale. Un exploit? Non: simplement l’expression d’un talent hors du commun, d’un compositeur qui a quelque chose à dire et sait le dire, d’un interprète qui sait comment lui apporter vie.