Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992

Le titre de cet album ne laisse aucune ambiguïté quant à son contenu, il s’agit de musique anecdotique, c’est à dire d’une musique figurative qui emploie des sons quotidiens sans en modifier le sens. Ce matériau aà-priori banal (circulation urbaine, bulletin météo ou commentaires radiophonique) est confronté ici à un jeu instrumental (accordéon, piano, flûte) dans lequel on trouve des emprunts divers aux classiques tels Rameau ou Mozart. La coexistence de ces différentes sources crée des reliefs inattendus et humoristiques.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale. Ce filtrage du réel n’est cependant ni aseptisé ni soporifique, les compositions sont très Suggestives et l’imaginaire de l’auditeur est constamment sollicité. Pour Quatuor l’approche est différente, pas de citations ici, simplement les sonorités d’un quatuor à cordes sur lesquels Yves Daoust a opéré un certain nombre de traitements, les pizzicati parsèment l’espace, le violoncelle dévoile l’intimité de son grain et les “instruments” évoluent en état d’apesanteur. L’emploi de citations relève plus de l’hommage que de l’effet de style, Daoust se montre très respectueux vis à vis de ses sources sonores et son propos possède une grande fluidité.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.