Un printemps électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 25 mars 1990

Nous sommes en plein Printemps Électroacoustique, une série d’événements plutôt marginaux. Mal médiatisée, mal mise en marché, cette musique est encore à s’organiser. À l’aube de cette année, le compositeur Jean Lesage avait écrit, dans La Presse, que le Québec regorgeait d’artistes issus de cette communauté à tout le moins avant-gardiste. Et que certains d’entre eux gagnaient des prix en Europe sans faire d’éclat sur notre territoire.

D’accord, mettons-nous à l’écoute.

Demain et mardi, le Printemps électroacoustique présente Ni terrible ni simple, un spectacle performance de la claveciniste Catherine Perrin, mis en scène par Jean Asselin (Mimes Omnibus); à voir à la petite salle du Théâtre Élisée. Le 29 mars, d’autres œuvres électroacoustiques seront présentées à la Chapelle historique du Bon-Pasteur; l’événement s’intitule Autour de Luc Ferrari.

Mercredi prochain au Planétarium Dow, le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes, un nouveau label qui tente de s’immiscer sur le marché nord-américain. Une démarche cousine de l’étiquette Ambiances Magnétiques, mais dans le domaine électroacoustique.

La semaine prochaine, on vous parle de l’événement Électro clip, ambitieuse entreprise radiophonique qui se déroulera en direct de la Chapelle historique du Bon Pasteur, jeudi le 5 avril. Vous verrez alors que c’est un excellent moyen d’immersion.

… le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.