Critique

Jean-Noël von der Weid, Dissonance, no 33, 1 août 1992

Ce compositeur canadien «met en scene» des fragments du passé musical de l’Occident. Point de nostalgie, mais une démonstration mystérieuse, poétique et humoristique de l’énorme décalage entre un environnement médiatise — où tout ressortit à l’anecdote — et l’intimité solitaire du créateur et de l’instrumentiste.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.