electrocd

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 16, 1 mars 1993

Corazón Road est conçu comme un carnet de voyage musical. Jean-Christophe Camps et Carole Rieussec (Kristoff K.Roll) ont rapporté des fragments sonores d’un voyage en Amérique Centrale. Ce voyage, ils le restituent dans la composition du disque: introduction, première région, interlude, seconde région… L’écoute a l’image du voyage se fait progressivement avec des pauses, il ne s’agit ni d’un voyage organisé «L’Amérique Centrale en 24 heures», ni d’un documentaire, mais de la rencontre avec d’autres, ailleurs. Les deux compositeurs sont du voyage, on les retrouve devant et derrière le micro. On ne tombe jamais dans le côté anecdotique, carte postale.

La Danse de Corazón Road, invitation au voyage (avec un petit clin d’œil aux jerks electroniques de la Messe pour le temps présent de Pierre Henry) fournit les éléments sonores aux deux interludes. Aquí en Yucatán, Belize City, Guatemala sont faits de rencontres, de discussions, d’éléments sonores enregistrés sur place alors que la dernière partie Le Pacifique marque le souvenir du voyage, l’évocation musicale de la rencontre avec l’océan, la fin du voyage… Les souvenirs reviennent.

Corazón Road est un disque vivant, un parcours que l’on peut suivre d’une traite ou en effectuant quelques pauses.

… un disque vivant…