Critique

Concept, no 17, 1 octobre 1993

Une chose est sûre, les inconditionnels du «repère», du petit rythrme, de la structure rassurante, seront deboussoleés et refuseront cette œuvre avec violence, cette plongee acousrmatique dans I’inconnu…

Des le premier titre, Jeu, le decallage est brutal. Comme placé dans un ascenceur qui s’ouvrirait à différents étages sur de nouveaux mondes, nous découvrons par sections des plages électroacoustiques relevant d’un état psychique particulier laissant toujours l’imaginaire et la surprise mener cette recherche aux aspects automatiques.

Sans cesse la composition se dépouille d’artifices sonores, sombre plus profondément dans le minimalisme jusqu’à explorer par des voix detournées un son, une onde de synthèse, un bruit d’habitude quasi-imperceptible mais ici hyper-amplifié.

L’écoute du troisième morceau: Rumeurs (Place de Ransbeck) nous propulse hors du terme musique, tel qu’il est vulgairenent préjugé. Nous sommes dans un univers de micro-bruitages qui paraissent parfois quotidiens mais pourtant jamais totalement identifiables.

Impossible de fredonner cette musique en se proaenant ou de se remémorer la place exacte de ces plages sonores, nous ne pouvons que garder une vague impression de la sonorité entendue: une sorte d’iamge mentale auditive ou l’émotion doit sans doute résulter d’une satisfaction inconsciente qui peut nous pousser jusqu’au plaisir de garder sous la forme d’onoamatopées ces extravagances.

Alors procurez-vous cette œuvre et decouvrez une nouvelle dimension en mettant le casque Lieux inouis… Virtuel…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.